Crédit photo : Interesting Engineering
/

3 caractéristiques du vieillissement et le cancer

Les échanges entre les télomères et les mitochondries peuvent jouer un rôle déterminant dans la lutte contre le cancer

1 100 vues
Publié dans Insteresting Engineering par Rupendra Brahambhatt

D’après une récente étude menée par une équipe de biologistes du Salk Institute, situé à San Diego, il a été découvert que les télomères, les capuchons protecteurs des chromosomes humains, interagissent avec les mitochondries au fur et à mesure que les individus vieillissent. Cette interaction déclenche des réponses inflammatoires qui favorisent la destruction des cellules cancéreuses présentes dans le corps humain. Le cancer, l’un des plus grands fléaux de l’humanité, est responsable d’environ dix millions de décès chaque année à travers le monde.

Crédit photo : Shutterstock
Un décès sur six dans le monde est dû au cancer

En effet, un décès sur six dans le monde est attribué au cancer. Les nouvelles découvertes du Salk Institute mettent en lumière un nouveau mécanisme anticancéreux présent dans le corps humain, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles stratégies de traitement et de prévention de la maladie.

Le lien entre le vieillissement, les télomères, les chromosomes et le cancer

Les télomères, ces enveloppes protectrices situées à l’extrémité de nos chromosomes, sont composés de séquences d’ADN répétitives qui empêchent les extrémités des chromosomes de fusionner ou de se détériorer. Ils jouent également un rôle crucial dans la division cellulaire en déterminant la limite de fois qu’une cellule peut se diviser.

Crédit photo : Shutterstock
Chaque fois qu’une cellule subit une division, les télomères de la cellule deviennent plus courts

À chaque division cellulaire, les télomères raccourcissent progressivement. Au fil du temps, avec le vieillissement et les multiples divisions cellulaires, les télomères peuvent devenir si courts que la division cellulaire supplémentaire risquerait d’endommager les chromosomes de la cellule. Cela conduit à un état appelé « crise », où la cellule est amenée à mourir.

Selon les chercheurs, ce processus d’élimination des cellules en crise, appelé autophagie, est un mécanisme naturel de mort cellulaire et d’élimination qui prévient la formation et l’apparition de cancers chez l’homme.

Il est important que nous identifions les interactions anticancéreuses comme celle qui se produit entre les télomères et les mitochondries

Les chercheurs ont fait une découverte intéressante concernant l’interaction entre les télomères et les mitochondries, qui déclenche des signaux d’immunité inflammatoire similaires à ceux utilisés par notre système immunitaire pour combattre les virus.

Crédit photo : Interesting Engineering
Un diagramme illustrant l’interaction télomère-mitochondries

Lorsque les télomères des chromosomes cellulaires deviennent très courts, ils entrent en communication avec les mitochondries et libèrent des molécules d’ARN. Ces molécules d’ARN activent ensuite les capteurs immunitaires, appelés MAVS et ZBP1, présents à la surface externe des mitochondries. Ces capteurs déclenchent une série de réponses immunitaires inflammatoires dans le corps humain, qui aboutissent à l’élimination de toute croissance ou activité cancéreuse.

Gerald Shadel, co-auteur principal et professeur au Salk Institute, a déclaré : « Nos résultats démontrant que les télomères en stress envoient des messages d’ARN aux mitochondries pour induire une inflammation soulignent l’importance d’étudier ces interactions pour mieux comprendre le vieillissement et éventuellement intervenir pour augmenter la durée de vie chez l’homme. »

Il est essentiel d’examiner les caractéristiques liées au vieillissement

Les chercheurs notent que bien que de nombreux scientifiques aient étudié séparément les changements survenant dans les télomères, les mitochondries et les voies inflammatoires du corps humain avec l’âge, personne n’a encore remarqué leur rôle dans la prévention du cancer, car ces facteurs sont généralement étudiés de manière isolée.

Le professeur Shadel déclare : « Les télomères, les mitochondries et l’inflammation sont trois caractéristiques du vieillissement qui sont le plus souvent étudiées de manière indépendante ». Cette étude est probablement la première à établir un lien entre toutes ces caractéristiques du vieillissement.

Le cancer n’apparaît pas subitement, il est le résultat de nombreux changements qui se produisent progressivement dans les cellules au fil du temps. Les scientifiques connaissent déjà de nombreuses voies de développement du cancer, mais il est également essentiel d’identifier les interactions anticancéreuses, comme celle qui se produit entre les télomères et les mitochondries.

De telles découvertes pourraient nous permettre de développer des thérapies plus efficaces contre cette maladie mortelle qui afflige l’humanité depuis des siècles.

L’étude a été publiée dans la revue Nature.

SOURCE : Interesting Engineering
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Gardons nos poumons en bonne santé

Prochain article

Le cerveau des femmes, plus jeune que celui des hommes

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.