/
57 vues
6 minutes de lecture

6 méthodes démentielles !

Routines associées à une diminution du risque de démence

Crédit photo : The Washington post / Pratiquer au minimum 150 minutes d'exercice de intensité modérée ou 75 minutes d'activité d'intensité vigoureuse chaque semaine
Publié dans The Washington Post par Annabelle Timsit

Une recherche récente menée sur plus de 29 000 individus d’un certain âge a décelé six routines, allant de la consommation d’un éventail diversifié d’aliments à la lecture fréquente ou aux jeux de cartes, qui sont associées à une diminution du risque de démence et à une progression plus lente de la dégradation de la mémoire.

Crédit photo : Pexels/Pixabay
Concernant le tabagisme; il est préférable de n’avoir jamais fumé ou d’être un ex-fumeur

Les avantages d’un mode de vie sain

Adopter une nutrition bien équilibrée, stimuler régulièrement son esprit et son physique, maintenir des interactions fréquentes avec autrui, et éviter la consommation d’alcool ou de tabac, ces six éléments de style de vie sain ont été liés à de meilleures performances cognitives chez les seniors, selon une vaste recherche chinoise menée sur dix ans et révélée dans le BMJ ce mercredi.

Bien que les spécialistes aient depuis longtemps identifié une corrélation entre la démence et des facteurs comme l’isolement social et l’obésité, l’ampleur et l’étendue de cette nouvelle étude apportent des arguments solides à un ensemble de recherches internationales qui proposent qu’un mode de vie sain favorise un vieillissement cérébral plus sain.

Ceci suggère aussi que même pour les individus plus sensibles génétiquement au déclin de la mémoire, les bénéfices d’un style de vie sain sont notables. Une conclusion remplie d’espoir, selon Eef Hogervorst, le président de la psychologie biologique à l’Université de Loughborough, qui n’a pas contribué à cette étude. Ceci est particulièrement encourageant pour les millions de personnes dans le monde porteurs du gène APOEε4, un facteur de risque prédominant de la maladie d’Alzheimer.

Crédit photo : Pexels/Cottonbro studio
Se réunir avec des amis ou des membres de la famille autant de fois que possible

Un signe précurseur de démence…

Avec l’avancée en âge, il est naturel que la mémoire commence à fléchir progressivement. Certains individus plus âgés peuvent développer une démence, un terme englobant qui peut couvrir des conditions comme la maladie d’Alzheimer, et qui représente généralement une détérioration de la fonction cognitive qui excède les effets habituels du vieillissement.

Cependant, pour une grande partie des personnes, « la perte de mémoire peut tout simplement être due à l’oubli sénile », selon les auteurs de l’étude publiée dans le BMJ. Cela peut se manifester par l’oubli du nom de votre émission de télévision préférée ou de ce fait ennuyeux que vous souhaitiez vérifier.

Le déclin progressif de la mémoire n’en est pas moins néfaste, et dans certains cas, la diminution de la mémoire associée à l’âge pourrait constituer un signe précurseur de la démence. Toutefois, les scientifiques apportent une note optimiste en affirmant que ce déclin peut être « inversé ou stabilisé, plutôt que de mener inexorablement vers une condition pathologique ».

Même pour les individus plus sensibles génétiquement au déclin de la mémoire, les bénéfices d’un style de vie sain sont notables

L’enquête du BMJ s’est déroulée en Chine sur une période de dix ans, de 2009 à 2019. Les scientifiques ont réalisé des tests sur un échantillon de plus de 29 000 individus, tous âgés de 60 ans et plus, et ont ensuite suivi leur évolution ou leur déclin dans le temps, dans le cadre de ce qu’on nomme une étude de cohorte basée sur la population. Malgré l’abandon de plus de 10 500 participants durant la décennie suivante, certains étant décédés ou ayant choisi de ne plus participer, les données collectées auprès de ces personnes ont été incorporées à l’analyse des chercheurs.

Crédit photo : Pexels/Pixabay
Abstenez-vous de consommer de l’alcool ou faites-le de manière occasionnelle

Au commencement de la recherche, les scientifiques ont procédé à des examens fondamentaux de la mémoire ainsi qu’à des analyses pour le gène APOE. De plus, ils ont sondé les participants au sujet de leurs routines journalières. Selon leur mode de vie, les participants ont été répartis en trois catégories – favorable, moyen et défavorable.

Les chercheurs se sont focalisés sur six éléments modifiables du style de vie :

  • Activité physique : Il est recommandé de pratiquer au minimum 150 minutes d’exercice de intensité modérée ou 75 minutes d’activité d’intensité vigoureuse chaque semaine.
  • Plan d’alimentation : Consommez des portions adaptées de sept, au minimum, parmi ces douze aliments chaque jour (fruits, légumes, poisson, viande, produits laitiers, sel, huile, œufs, céréales, légumineuses, noix et thé).
  • Alcool : Abstenez-vous de consommer de l’alcool ou faites-le de manière occasionnelle.
  • Concernant le tabagisme : Il est préférable de n’avoir jamais fumé ou d’être un ex-fumeur.
  • Activité cognitive : Solliciter l’esprit au moins deux fois par semaine, par exemple par la lecture ou en jouant à des jeux tels que les cartes ou le mah-jongg.
  • Interaction sociale : Il est recommandé d’interagir avec d’autres personnes au moins deux fois par semaine, que ce soit en participant à des rassemblements communautaires ou en visitant des amis ou des membres de la famille, par exemple.

Lors de leur recherche, les scientifiques ont observé que les individus dans le groupe préférentiel (quatre à six comportements sains) et dans le groupe intermédiaire (deux à trois comportements sains) montraient une diminution plus lente de la mémoire sur la durée que ceux ayant un style de vie défavorable (zéro à un comportement sain).

Les individus adoptant un style de vie préférable, comportant au moins quatre pratiques saines, avaient également une probabilité moindre d’évoluer vers un état de déficience cognitive légère ou de démence.

Les conclusions de l’étude mettent en avant que « plus on adopte de comportements sains, mieux c’est », selon Hogervorst. En d’autres mots, plus vous adoptez de facteurs de style de vie sain, plus grandes seront vos chances de maintenir votre mémoire intacte et d’éviter la démence.

Cela s’avérait exact même pour les individus porteurs du gène APOE, lié à une probabilité accrue de développer la maladie d’Alzheimer.

« Nos observations véhiculent un message d’espoir, car elles laissent entendre que même si le risque génétique n’est pas modifiable, l’adoption d’un ensemble de facteurs de mode de vie plus sains peut entraîner un ralentissement du déclin de la mémoire, indépendamment du risque génétique », ont déclaré les chercheurs à l’origine de l’étude.

L’ampleur de l’étude ainsi que son suivi longitudinale se démarquent, en plus du fait qu’elle a été réalisée en Chine, un contexte distinct car « une majorité des études sont basées sur les pays occidentaux à haut revenu », a souligné Carol Brayne, professeure de santé publique à l’Université de Cambridge, spécialiste des seniors et de la démence, par le biais d’un courriel.

Toutefois, les auteurs de la recherche reconnaissent certaines limitations. Par exemple, il est possible que les autodéclarations des participants concernant leurs habitudes de vie saines ne soient pas entièrement précises. De plus, ceux qui se sont engagés dans l’étude étaient probablement déjà plus enclins à adopter un mode de vie sain à l’origine.

Hogervorst note des divergences entre certains résultats de cette recherche et ceux d’autres études majeures réalisées en Europe et aux États-Unis. Par exemple, la recherche du BMJ a identifié le facteur de vie le plus influent sur le ralentissement du déclin de la mémoire comme étant une alimentation équilibrée. À l’inverse, d’autres études ont proposé que l’alimentation joue un rôle moindre dans le vieillissement par rapport à l’exercice physique et mental, précise Hogervorst.

Cependant, les conclusions de cette étude concordent avec le consensus scientifique largement accepté qui établit un lien entre notre mode de vie et notre fonction cognitive au fur et à mesure que nous vieillissons, et qui suggère peut-être plus significativement qu’il n’est jamais trop tard pour améliorer la santé du cerveau.

« Le message global de l’étude est positif », affirme Snorri B. Rafnsson, professeur associé de vieillissement et de démence à l’Université de West London, dans un e-mail. « C’est-à-dire, que la fonction cognitive, et notamment la mémoire, plus tard dans la vie, peut être positivement impactée par une participation régulière et fréquente à différentes activités liées à la santé. »

SOURCE : The Washington Post
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

4-7-8 … Apprendre à respirer pour vivre plus longtemps !

Prochain article

Avantage tennis pour l’espérance de vie

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.