/
282 vues
7 minutes de lecture

6 méthodes pour ralentir le vieillissement

Les chercheurs n'ont pas encore découvert la fontaine de jouvence tant recherchée, mais leurs avancées scientifiques ont permis de mieux comprendre les mécanismes du vieillissement

Crédit photo : MIDLANDTODAY.ca
Publié dans MIDLANDTODAY.ca par Judy Campbell / Stacker.com

Le vieillissement constitue l’un des principaux facteurs de risque de nombreuses maladies, telles que les cancers et les troubles neurodégénératifs tels que la maladie d’Alzheimer. En effet, plus une personne vieillit, plus elle est susceptible de développer plusieurs maladies chroniques.

Adopter une alimentation saine et faire des choix de mode de vie sains sont des moyens essentiels pour vivre plus longtemps. Toutefois, notre histoire familiale peut également influencer notre longévité. Selon le Dr Thomas Perls, expert en vieillissement et directeur de la faculté de médecine de l’Université de Boston : « nos gènes pourraient nous rapprocher de l’âge remarquable de 90 ans si nous menons un mode de vie sain »

Crédit photo : MIDLANDTODAY.ca
Le jeûne intermittent fonctionne par commutation métabolique.

Les comportements de santé sont directement liés à la longévité, mais les scientifiques qui étudient la régénération et le vieillissement ont considérablement amélioré notre compréhension de la façon dont notre corps évolue avec l’âge. C’est dans cet esprit que Guava Health a dressé une liste de six domaines de recherche scientifique en développement, qui visent à ralentir le processus de vieillissement. Bien que les chercheurs n’aient pas encore trouvé la légendaire fontaine de jouvence, leurs découvertes ont permis de mieux comprendre la science derrière la sénescence.

Crédit photo : MIDLANDTODAY.ca
Les chercheurs continuent de développer ces résultats dans des études de laboratoire.

Jeûne intermittent

Le jeûne est devenu très populaire et est l’un des régimes les plus recherchés sur Google. Le jeûne intermittent consiste à limiter la quantité ou la fréquence des repas pour réguler le métabolisme du corps. Mais pourrait-il également être utilisé comme une arme anti-âge ?

Les bienfaits pour la santé du jeûne intermittent ont été clairement établis chez les animaux, avec des études récentes montrant des résultats prometteurs chez les humains également. Cependant, il n’est pas certain que cela ait des effets similaires sur la durée de vie humaine, ni s’il existe des types spécifiques ou une combinaison d’aliments à consommer pendant les périodes de jeûne. Les résultats de l’expérimentation animale sur l’efficacité du jeûne intermittent pour la perte de poids ont été mitigés, et les essais humains n’ont pas encore prouvé son efficacité à long terme. Le jeûne intermittent fonctionne en provoquant une switch métabolique, dans laquelle le corps passe de la source d’énergie du glucose stocké dans le foie aux cétones, une substance produite lorsque les cellules sont en manque de glucose.

Selon le Dr Richard J. Hodes, directeur de l’Institut national sur le vieillissement, une étude a efficacement démontré que lorsque des souris ne mangeaient qu’un repas par jour et avaient la plus longue période de jeûne, leur durée de vie semblait s’allonger et elles présentaient de meilleurs résultats en termes de maladies hépatiques et de troubles métaboliques couramment liés au vieillissement.

Les chercheurs poursuivent leurs travaux en laboratoire pour approfondir ces résultats, et beaucoup d’entre eux espèrent que cela pourrait avoir des avantages potentiels anti-âges pour les humains, notamment en réduisant les troubles métaboliques liés au vieillissement.

Renouvellement du système immunitaire

À mesure que nous vieillissons, notre système immunitaire peut subir une diminution progressive au fil du temps. Un objectif crucial de la recherche sur le vieillissement consiste à élaborer des stratégies pour stimuler le système immunitaire, de sorte que notre corps conserve sa résilience et devienne moins sensible aux maladies.

Les recherches ont montré que l’utilisation combinée expérimentale de deux composés anti-âge, appelés « cible mécaniste de la rapamycine » ou inhibiteurs de mTOR, peut prolonger la durée de vie et revitaliser le système immunitaire vieillissant ainsi que les organes des souris.

En 2018, une étude clinique financée par la société pharmaceutique Novartis a été menée sur 264 volontaires âgés de 65 ans et plus. Les participants ont reçu soit l’un des deux médicaments expérimentaux, soit les deux, ou ont été placés dans un groupe témoin avec des placebos. Les résultats ont montré que les personnes ayant pris de faibles doses des deux médicaments ont signalé une moyenne de 1,49 infection respiratoire par an, comparativement à 2,41 dans le groupe placebo.

Les cellules reviennent à un état plus vigoureux et perdent toute « mémoire » des identités précédentes tout en revenant à un état plus jeune.

Le système immunitaire est un domaine d’intérêt majeur pour les scientifiques qui cherchent à lutter contre les processus de vieillissement, allant des rides au cancer, en raison de sa capacité à réguler l’homéostasie et à combattre les infections. Les recherches actuelles incluent des thérapies visant à reconstituer les tissus ou les cellules du système immunitaire vieilli, des stratégies immunosuppressives et diverses approches ciblant des types de cellules spécifiques.

Viser la sénescence cellulaire

Au fil du temps, nos cellules subissent des altérations qui affectent leur fonctionnement. La sénescence cellulaire est un processus qui se produit lorsque les cellules perdent leur capacité de se diviser et de se répliquer. Ces cellules sénescentes, parfois appelées « cellules zombies », sont résistantes à la mort cellulaire et ne peuvent plus remplir leur fonction, causant des dommages aux cellules environnantes.

L’accumulation de cellules sénescentes est une caractéristique du vieillissement qui contribue à la détérioration des organes et des tissus du corps, ainsi qu’au développement de maladies liées à l’âge. Dans les études en laboratoire, l’élimination de ces cellules a été associée à une amélioration de la fonction tissulaire. Bien que le rôle précis des cellules sénescentes dans le processus de vieillissement ne soit pas encore pleinement compris, leur présence joue un rôle important dans les changements dégénératifs qui se produisent dans le corps.

Crédit photo : MIDLANDTODAY.ca
Dans les tests de laboratoire, l’élimination des cellules sénescentes peut améliorer la fonction tissulaire.

Les sénolytiques constituent une classe de médicaments qui ont la capacité de cibler spécifiquement et d’éliminer les cellules sénescentes, potentiellement ralentissant ainsi le processus de vieillissement. En 2016, deux groupes de recherche ont indépendamment découvert de nouveaux médicaments sénolytiques qui ont la capacité de tuer sélectivement les cellules sénescentes. Des études menées par l’Université de l’Arkansas ont démontré que le médicament Navitoclax (ABT-263) pouvait éliminer les cellules sénescentes de manière sélective, ce qui a permis de rajeunir les tissus. Des scientifiques de l’Institut Weizmann des sciences en Israël ont également utilisé un médicament similaire, ABT-737, pour cibler et éliminer les cellules sénescentes présentes dans les poumons et la peau des souris.

En 2018, le chercheur James Kirkland de la Mayo Clinic a mené une étude visant à tester l’efficacité d’une combinaison de deux médicaments, le dasatinib utilisé pour traiter certaines formes de leucémie, et la quercétine, un flavanol végétal présent dans certains fruits et légumes, sur des souris vieillissantes. L’objectif était de ralentir le dysfonctionnement physique causé par l’accumulation de cellules sénescentes. Les résultats ont été encourageants, suggérant que des composés similaires pourraient être efficaces chez l’homme, bien que des études supplémentaires soient nécessaires pour le confirmer.

Rétablissement de la perte osseuse

Le U.S. Preventive Services Task Force recommande que les femmes âgées de 65 ans ou plus ainsi que celles à risque d’ostéoporose fassent régulièrement des tests de mesure osseuse. Les os perdent de leur densité et de leur résistance avec l’âge, ce qui augmente le risque d’ostéoporose et les rend plus vulnérables aux fractures. Une étude de 2014 a suggéré que le resvératrol, un phytoestrogène naturel, pourrait être une thérapie anti-âge potentielle pour les os. Cette étude, qui portait sur la masse osseuse et les propriétés biomécaniques chez 20 rats, a révélé que le resvératrol peut augmenter la microstructure osseuse ainsi que les propriétés mécaniques.

Il est intéressant de noter que le traitement au resvératrol peut avoir des effets bénéfiques, y compris la réduction du rythme de perte osseuse.

Au cours des années 2000, les chercheurs ont dû faire face à des défis considérables dans le domaine de la transplantation d’organes, ce qui a conduit à l’exploration de nouvelles méthodes pour la régénération tissulaire et la reconstruction d’organes. Dans un avenir proche, il pourrait être envisageable d’isoler des cellules d’un patient via une petite biopsie, de les cultiver pour augmenter leur nombre, et ensuite de les réimplanter. Cette approche permettrait aux chercheurs de mieux comprendre comment surmonter les effets du vieillissement.

Ingénierie tissulaire

Le domaine de la thérapie régénérative vise à développer des substituts biologiques pour maintenir ou restaurer la fonction des cellules endommagées, en utilisant des techniques d’ingénierie tissulaire. Des exemples réussis mais coûteux de thérapies régénératives expérimentales comprennent la reconstruction de vessies supplémentaires, de petites artères, de greffes de peau, de cartilage et même d’une trachée complète. Des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université de Stanford ont découvert qu’un traitement protéique rajeunissant donné aux cellules souches musculaires existantes avait permis à des souris âgées de retrouver leur force de jeunesse.

Régénération cellulaire

Le gène kat7 pourrait jouer un rôle clé dans le vieillissement cellulaire, selon une méthode découverte par l’Institut de zoologie de l’Académie chinoise des sciences. Des chercheurs ont constaté qu’en désactivant ou en altérant le fonctionnement du gène kat7 chez la souris, leur durée de vie augmentait de 25 % et leur apparence générale et leur force de préhension s’amélioraient.

L’université de Stanford poursuit ses recherches sur les facteurs Yamanaka, des protéines connues pour leur capacité à transformer les cellules matures en cellules souches pluripotentes induites (iPS). Les iPS sont essentielles à la recherche régénérative car elles ont la capacité de se développer en différents types de cellules dans le corps. Au cours de ce processus, les cellules retrouvent un état plus vigoureux et perdent toute « mémoire » de leurs identités précédentes, retrouvant ainsi un état plus jeune.

Le Centre de recherche sur les cellules souches Broad Stem de l’UCLA suggère que les cellules iPS pourraient être utilisées pour créer des cellules non cancéreuses pour un patient atteint de leucémie ou pour être développées en neurones pour traiter les troubles neurologiques.

SOURCE : MIDLANDTODAY.ca
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Masse musculaire : 5 habitudes alimentaires

Prochain article

Prolonger notre durée de vie avec la vitamine D

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.