Crédit photo : Longevity.Technology / Un mode de vie actif physiquement pourrait contribuer à freiner la diminution cognitive liée au vieillissement
/
431 vues
5 minutes de lecture

6 minutes de HIIT retarde Alzheimer et Parkinson

La pratique du HIIT permet d'accroître le taux de BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau) dans l'organisme

Publié dans Longevity.Technology par Ivy C

Selon des experts, l’alternance de jeûne et d’un mode de vie actif physiquement pourrait contribuer à freiner la diminution cognitive liée au vieillissement. D’après des études récentes, la pratique de l’exercice physique, notamment sous forme de courtes séances à haute intensité, permet d’accroître le taux de BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau) dans l’organisme. Les résultats de l’étude indiquent que l’activité physique de forte intensité s’avère plus efficace que le jeûne seul pour augmenter le niveau de BDNF.

Crédit photo : Longevity.Technology
Le cyclisme léger a augmenté le sérum de BDNF jusqu’à 14% après 90 minutes

Le déclin cognitif lié à l’âge

La performance cognitive diminue avec l’avancée en âge. Des recherches ont montré que les capacités cognitives atteignent leur maximum vers l’âge de 30 ans.

Les signes de déclin cognitif lié au vieillissement incluent :

  • Une diminution des capacités de raisonnement et de résolution de problèmes
  • Une diminution des capacités verbales et numériques
  • Des difficultés à se rappeler les choses

Bien que le déclin cognitif soit inévitable, des études suggèrent que l’alimentation adéquate et l’exercice physique peuvent aider à maintenir le corps et l’esprit en bonne santé. De nombreuses preuves indiquent que l’exercice physique est significativement capable de réduire le risque de déclin cognitif.

Crédit photo : Pexels/National Cancer Institute
La performance cognitive diminue avec l’avancée en âge

Ryan Glatt, coach en santé cérébrale senior et directeur de l’Institut de neurosciences du Pacifique à Santa Monica, a déclaré que la « médecine préventive du mode de vie » est plus axée sur la réduction du risque en pourcentage, qui peut être plus importante avec plusieurs changements de mode de vie.

Traiter le déclin cognitif

Une combinaison de jeûne intermittent (JI) et d’exercice a été démontrée pour ralentir le déclin cognitif lié à l’âge. Toutefois, les deux processus entraînent un « changement de substrat cérébral », qui redirige la source d’énergie principale du cerveau du glucose vers les graisses.

Des recherches ont montré que le JI réduit les niveaux de glucose et augmente la circulation de cétones, qui deviennent la source d’énergie principale du cerveau. Le cerveau est également alimenté par le lactate produit par les muscles pendant l’exercice.

La pratique de l’exercice physique, notamment sous forme de courtes séances à haute intensité, permet d’accroître le taux de BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau) dans l’organisme

Crédit photo : Longevity.Technology
Une alimentation adéquate et l’exercice physique peuvent aider à maintenir le corps et l’esprit en bonne santé

HIIT et le cerveau

Un changement de carburant est associé à une augmentation de la protéine BDNF, qui est une protéine neuroprotectrice liée à la santé du cerveau. Le BDNF joue un rôle important dans la survie et la croissance des cellules, ce qui a un impact sur la fonction d’apprentissage et de mémoire.

Des niveaux bas de BDNF ont été liés à des maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson. Le Dr Kate N Thomas de l’Université d’Otago a dirigé une recherche qui a constaté que même de courtes périodes d’exercice de haute intensité peuvent augmenter les niveaux de BDNF. Les résultats ont été publiés dans The Journal of Physiology.

Comparer les entraînements de haute et de faible intensité

Dans le cadre d’un essai croisé, les chercheurs ont examiné 12 individus en bonne santé âgés de 18 à 56 ans. La majorité des participants étaient des femmes, avaient un indice de masse corporelle inférieur à 25 et pratiquaient régulièrement une activité physique. Les participants atteints de maladies chroniques en prenant des médicaments quotidiens ont été exclus de l’étude.

Les participants ont été soumis à quatre régimes d’étude différents :

  • Un jeûne de 20 heures
  • 90 minutes de cyclisme à faible intensité calculées à 25 % de la consommation maximale d’oxygène du participant
  • Six minutes de cyclisme à 100 % de la consommation maximale d’oxygène du participant
  • La combinaison d’exercice et de jeûne

Une série d’échantillons sanguins a été prélevée tout au long de l’essai pour mesurer le BDNF, le glucose, l’insuline, les corps cétoniques bêta-hydroxybutyrate et le nombre de plaquettes.

HIIT vs Jeûne intermittent

Il y a eu une augmentation de 9 fois de la disponibilité des corps cétoniques après le jeûne de 20 heures, mais aucune différence notable dans les niveaux de BDNF. Comparé au jeûne, le cyclisme léger a augmenté le sérum de BDNF jusqu’à 14% après 90 minutes. Les chercheurs ont découvert que cela était associé à une augmentation de 13% des plaquettes sanguines.

Six minutes de cyclisme à haute intensité ont augmenté les niveaux circulants de BDNF cinq fois plus que les sessions plus longues de cyclisme à faible intensité. Indépendamment de la pratique du jeûne, cette augmentation était liée à une augmentation de six fois des niveaux de lactate. Une augmentation du niveau de lactate n’était pas évidente pendant l’exercice à faible intensité.

L’équipe de recherche a également découvert que l’exercice avait augmenté le nombre de plaquettes circulantes de 20%, concluant que l’exercice avait un impact plus important sur le nombre de plaquettes que le jeûne.

Tout exercice est-il équivalent ?

Le premier auteur, Travis Gibbons, a souligné l’importance du type d’exercice dans cette étude. Selon lui, tous les types d’exercice sont acceptables, du moment que l’intensité est suffisamment élevée pour produire du lactate. L’intensité nécessaire dépend de chaque individu.

Il a également précisé que les participants de l’étude ont travaillé dur, mais pas à leur maximum. Pour obtenir des résultats similaires, il conseille simplement de « donner tout ce que l’on a pendant 20 à 40 secondes ». Les individus ont une bonne perception de leur rythme et choisiront une intensité qu’ils peuvent soutenir pendant au moins cette période.

Qu’est-ce qui rend cette étude remarquable ?

D’après Gibbons, « ces résultats incitent les gens à être actifs à l’extérieur, ce qui constitue une réponse à de nombreux problèmes de santé modernes (occidentalisés) qui sont juste devant notre porte. Selon lui, sortir et bouger tout au long de notre vieillissement est une méthode bien plus simple, efficace et équitable pour préserver notre santé que de chercher des remèdes. » Glatt est du même avis.

Les limites de la recherche

Étant donné la faible puissance statistique et la conception multimodale de cette étude, elle soulève plus de questions qu’elle n’en résout. Cependant, selon les auteurs, l’exercice est une intervention « accessible, abordable, efficace et équitable » qui peut être facilement intégrée à la vie quotidienne.

Comme cette étude n’a pas mesuré la cognition ou d’autres aspects de la fonction cérébrale, Glatt a souligné qu’il est difficile de comprendre l’importance de l’expression du BDNF dans ce contexte. Il a ajouté que les futures recherches devraient se concentrer sur « l’importance de ces avantages, quels types d’avantages existent (cognitifs, fonction ou structure cérébrale ou humeur), et combien de temps ces avantages peuvent durer ».

Est-ce que l’exercice et le jeûne peuvent protéger le cerveau ?

Le prochain but de cette étude est de déterminer si la combinaison de l’exercice physique et du jeûne modifie les effets neuroprotecteurs. Cela permettra d’en savoir plus sur le « moment idéal de l’exercice pour obtenir le meilleur stimulus pour les adaptations spécifiques du cerveau », a expliqué Gibbons. L’équipe cherche également à comprendre comment l’exercice affecte le sang dans le cerveau et travaille sur une recherche qui leur permettra de prélever du sang du cerveau pendant l’exercice. Nous savons que le sang dans notre cerveau est très différent de celui dans le reste de notre corps.

SOURCE : Longevity.Technology
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

L’huile d’olive prolonge-t-elle la vie ?

Prochain article

L’endurance musculaire après 50 ans

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.