Crédit photo : Longevity.Technology / L’espérance de vie a augmenté grâce à l’amélioration continue de l’assistance médicale, à l’amélioration de l’environnement et aux progrès de la nutrition.
/

Activité physique plus que les gènes ?

La recherche sur les gènes de la longévité est en constante évolution, et de nombreuses études suggèrent que maintenir une activité physique est bénéfique pour un vieillissement en bonne santé

109 vues
Publié dans Longevity.Technology par Ivy C

La longévité et les gènes sont étroitement liés

On estime que seulement environ 25 % de la variation de la durée de vie humaine est déterminée par la génétique, et l’identification des gènes qui contribuent à la longévité reste mal comprise. Bien que certaines variations communes (appelées polymorphismes) dans les gènes APOE, FOXO3 et CETP soient associées à une longue durée de vie, elles ne se retrouvent pas systématiquement chez tous les individus ayant une longévité exceptionnelle. Il est possible que des variantes de plusieurs gènes, dont certains sont encore inconnus, agissent en synergie pour contribuer à une longue vie.

Crédit photo : Shutterstock
25 % de la variation de la durée de vie humaine est déterminée par la génétique.

Le mode de vie joue un rôle important dans la longévité

La longévité et le vieillissement en bonne santé chez l’homme résultent d’une combinaison de facteurs génétiques et non génétiques. Des études ont montré que les facteurs génétiques contribuent à environ 25 % de la variation de la longévité humaine. La recherche sur les bases moléculaires et génétiques du vieillissement a permis d’identifier les gènes qui régulent le métabolisme cellulaire et son maintien comme les principaux facteurs génétiques ayant un impact sur la variation individuelle du phénotype du vieillissement.

Les recherches ont également démontré que la restriction calorique et une efficacité métabolique génétique dans la signalisation de la détection des nutriments peuvent moduler la durée de vie en permettant des soins cellulaires et organismiques efficaces. Des analyses ont montré que ces facteurs peuvent jouer un rôle crucial dans la régulation de la longévité.

Crédit photo : Pexels/Artem Podrez 
Si la génétique vous destine à vivre longtemps, continuer à être physiquement actif est toujours vital pour la longévité.

Des études récentes ont mis en évidence que les changements épigénétiques, qui sont influencés à la fois par le contexte génétique et le mode de vie, sont très sensibles aux processus de la sénescence. Ces changements peuvent être utilisés comme biomarqueurs de la qualité du vieillissement ou influencer directement le taux et la qualité du vieillissement.

Le mode de vie a un impact significatif sur la longévité humaine

Grâce à l’amélioration continue de l’assistance médicale, de l’environnement et de la nutrition, l’espérance de vie dans les sociétés occidentales a augmenté pendant la majeure partie du siècle dernier. Par exemple, en Italie, l’espérance de vie est passée de 29 ans en 1861 à 82 ans en 2011. Ces améliorations ont également conduit à une augmentation de l’extrême longévité.

Les facteurs environnementaux ont un impact puissant sur la durée de vie et la longévité humaines.

En Italie, le nombre de centenaires a connu une augmentation remarquable, passant de 165 en 1951 à plus de 15 000 en 2011. Cette augmentation a été en grande partie due à la réduction spectaculaire des maladies infectieuses, qui a également contribué à la réduction de la mortalité infantile et de la mortalité à l’âge adulte.

Crédit photo : Shutterstock
Une faible activité physique et un temps passé assis plus longtemps sont liés à un risque de décès plus élevé.

Pendant la majeure partie du siècle dernier, l’espérance de vie a augmenté dans les sociétés occidentales grâce à des améliorations continues en matière d’assistance médicale, d’environnement, de nourriture et de nutrition. En Italie, par exemple, l’espérance de vie est passée de 29 ans en 1861 à 82 ans en 2011, avec une augmentation de l’extrême longévité.

En Italie, en 2011, moins de 10 % des décès ont eu lieu chez des sujets de moins de 60 ans, alors que ces chiffres étaient de 74 % en 1872, 56 % en 1901 et 25 % en 1951. L’allongement de la durée de vie au cours des dernières décennies est principalement dû à l’amélioration de l’assistance médicale pour les maladies liées à l’âge, en particulier les maladies cardiovasculaires et le cancer, qui ont augmenté l’espérance de vie de cinq ans en deux décennies et de deux ans en dix ans.

Ces chiffres montrent que les facteurs environnementaux ont un impact important sur la durée de vie et la longévité humaines. Toutefois, l’augmentation de la durée de vie n’a pas été accompagnée d’une augmentation comparable de la durée de vie en bonne santé au cours des dernières décennies.

Bien que la prolongation de la durée de vie ait été principalement due aux maladies chroniques liées à l’âge, la communauté des biogérontologues cherche des interventions basées sur les connaissances issues des études sur les bases génétiques et biomoléculaires de la longévité pour prolonger la durée de vie en bonne santé.

Des récentes recherches sur les bienfaits de l’exercice physique sur la longévité

Des études antérieures ont démontré qu’un faible niveau d’activité physique et une sédentarité prolongée sont associés à un risque accru de décès. L’étude menée par les chercheurs de la Herbert Wertheim School of Public Health and Human Longevity Science de l’Université de Californie à San Diego, publiée dans le Journal of Aging and Physical Activity en ligne le 24 août 2022, a cherché à comprendre si ce risque varie en fonction de la prédisposition génétique à la longévité d’un individu.

En 2012, dans le cadre de l’étude OPACH (Women’s Health Initiative Objective Physical Activity and Cardiovascular Health), des chercheurs ont commencé à mesurer l’activité physique de 5 446 femmes âgées de 63 ans et plus aux États-Unis. Les participantes ont été observées jusqu’en 2020 pour évaluer leur mortalité. Les chercheurs ont utilisé des accéléromètres de qualité pour quantifier la durée de l’activité physique, l’intensité et le temps passé en position assise. Les résultats de l’étude ont montré que des niveaux d’activité physique légers à modérés-vigoureux plus élevés étaient associés à une diminution du risque de mortalité.

L’étude a également révélé que des périodes d’inactivité ou de sédentarité plus longues étaient liées à un risque plus élevé de mortalité. Ces associations ont été cohérentes chez les femmes ayant différents niveaux de prédisposition génétique à la longévité. Les chercheurs ont conclu que même si une personne a une faible probabilité de vivre longtemps en raison de ses gènes, elle peut prolonger sa vie en adoptant des habitudes de vie bénéfiques telles que l’exercice régulier et une réduction du temps passé en position assise. De même, même si une personne est génétiquement prédisposée à vivre longtemps, il est toujours essentiel de maintenir une activité physique régulière pour améliorer la longévité.

Les résultats de cette recherche suggèrent que les femmes âgées devraient s’engager dans des activités physiques de haute intensité pour réduire leur risque de maladies et de décès prématuré, en particulier compte tenu du vieillissement de la population adulte aux États-Unis et de la tendance à passer plus de temps dans des activités de faible intensité.

Bien que 25 % de la variabilité de la durée de vie humaine soit due à la variabilité commune, la compréhension de la base génétique modulant la longévité peut fournir des indices importants sur la façon de moduler son mode de vie pour atteindre une longévité accrue et prolonger la durée de vie. Certains sujets peuvent atteindre la longévité en raison d’une combinaison de polymorphismes qui leur permettent d’avoir un métabolisme efficace ou de répondre à différents types de stress, tandis que d’autres peuvent atteindre un résultat similaire en modifiant leur mode de vie ou en adoptant des interventions appropriées.

Il est possible pour d’autres individus d’obtenir des résultats similaires en suivant des modes de vie ou des interventions appropriées qui ciblent les mêmes voies. À cet égard, l’importance des facteurs épigénétiques, qui peuvent servir de biomarqueurs du vieillissement et de cibles pour des interventions spécifiques, devrait augmenter dans un futur proche sans aucun doute.

SOURCE : Longevity.Technology
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

5 boissons pour augmenter votre longévité

Prochain article

Les premiers immortels humains possibles

Dernières nouvelles de Blog

Editorial

Une activité qui préserve votre jeunesse ! Votre main est verte ? Le jardinage est lié à