Crédit photo : Neuroscience News.com / Sur la base de nos 30 dernières années de recherche, nous ne considérons plus la maladie d’Alzheimer principalement comme une maladie du cerveau.
/
499 vues
4 minutes de lecture

Alzheimer, une maladie auto-immune ?

La maladie d’Alzheimer pourrait être un trouble du système immunitaire dans le cerveau

Publié dans Neuroscience News.com

Selon les chercheurs, la maladie d’Alzheimer pourrait être davantage considérée comme un dysfonctionnement du système immunitaire cérébral, plutôt que simplement comme une affection neurologique. 

La recherche d’un traitement contre la maladie d’Alzheimer s’est intensifiée ces dernières années, devenant de plus en plus compétitive et controversée. Des controverses significatives ont émergé, notamment en juillet 2022, lorsque des allégations ont remis en question un document de recherche datant de 2006 publié dans la prestigieuse revue Nature, qui identifiait la bêta-amyloïde, un sous-type de protéine cérébrale, comme étant la cause de la maladie d’Alzheimer. Des soupçons ont été soulevés quant à la possible falsification des données.

Crédit photo : Pexels/A. Koolshooter
Souvent, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont incapables de reconnaître leurs propres enfants ou même leur conjoint.

En juin 2021, malgré des données incomplètes et contradictoires, la Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé l’aducanumab, un anticorps ciblant la bêta-amyloïde, en tant que traitement de la maladie d’Alzheimer. Cette approbation a suscité des débats parmi les médecins, certains remettant en question sa légitimité tandis que d’autres la soutiennent.

Avec des millions de personnes ayant besoin d’un traitement efficace, on pourrait se demander pourquoi les chercheurs semblent toujours chercher une solution à cette maladie qui est sans aucun doute l’une des plus importantes défis auxquels l’humanité est confrontée.

Sortir de l’impasse de la bêta-amyloïde :

Au fil des ans, les scientifiques se sont principalement focalisés sur la recherche de nouvelles thérapies pour la maladie d’Alzheimer en s’attaquant à la formation des agrégats d’une protéine cérébrale mystérieuse appelée bêta-amyloïde. Cette approche a peut-être enfermé les chercheurs dans une certaine impasse intellectuelle, les amenant à négliger ou même à ignorer d’autres explications possibles.

Crédit photo : Pexels/Kat Smith
La démence touche actuellement plus de 50 millions de personnes dans le monde, avec un nouveau diagnostic posé toutes les trois secondes.

Malheureusement, malgré ce dévouement à l’étude des agrégats de protéines anormales, cela n’a pas abouti à un traitement ou un médicament efficace. Il est devenu essentiel pour la recherche sur le cerveau d’adopter une nouvelle façon de penser à la maladie d’Alzheimer, en envisageant d’autres perspectives pour progresser dans la quête d’une solution.

Au sein du Krembil Brain Institute, faisant partie du Réseau universitaire de santé de Toronto, un tout nouveau concept de la maladie d’Alzheimer est en cours d’élaboration. Fondé sur trois décennies de recherches, ce concept propose une approche alternative en considérant cette maladie non seulement comme un trouble cérébral, mais principalement comme un dérèglement du système immunitaire dans le cerveau.

Krembil Brain Institute croit plutôt que la maladie d’Alzheimer est principalement un trouble du système immunitaire dans le cerveau

Le système immunitaire, présent dans chaque organe du corps, se compose d’un ensemble de cellules et de molécules qui travaillent de concert pour favoriser la réparation des lésions et protéger contre les menaces extérieures. Lorsqu’une personne trébuche et tombe, le système immunitaire intervient pour réparer les tissus endommagés. De même, en cas d’infection virale ou bactérienne, il participe à la lutte contre ces agressions microbiennes.

Crédit photo : Shutterstock
La maladie d’Alzheimer est une crise de santé publique qui a besoin d’idées novatrices et de nouvelles orientations.

Ces mêmes processus sont également présents dans le cerveau. Lorsqu’un traumatisme crânien survient, le système immunitaire cérébral s’active pour contribuer à sa réparation. De plus, en présence de bactéries dans le cerveau, le système immunitaire entre en action pour contrecarrer ces intrus.

Crédit photo : Fondation Médéric Alzheimer / Alzheimer n’est pas une fatalité !

La maladie d’Alzheimer en tant que maladie auto-immune

Au sein du Krembil Brain Institute, une nouvelle théorie émerge concernant la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs envisagent la maladie d’Alzheimer sous un angle différent, la considérant principalement comme une maladie auto-immune du cerveau plutôt qu’une simple anomalie de la protéine bêta-amyloïde, qui fait normalement partie du système immunitaire cérébral.

Le système immunitaire, présent dans tous les organes du corps, joue un rôle essentiel dans la protection contre les agressions extérieures et la réparation des tissus endommagés. Cependant, lorsque la bêta-amyloïde ne peut différencier les bactéries envahissantes des cellules cérébrales en raison de leurs similitudes structurelles, elle peut attaquer par erreur les cellules cérébrales qu’elle est censée protéger. Ce processus provoque une perte progressive des fonctions cérébrales, conduisant finalement à la démence. Dans cette perspective, la maladie d’Alzheimer se profile donc comme une maladie auto-immune, ce qui en fait un cas unique parmi les maladies auto-immunes connues, telles que la polyarthrite rhumatoïde.

Bien que les thérapies conventionnelles à base de stéroïdes utilisées pour d’autres maladies auto-immunes ne soient pas efficaces contre la maladie d’Alzheimer, les chercheurs du Krembil Brain Institute sont convaincus qu’en ciblant d’autres mécanismes de régulation immunitaire dans le cerveau, de nouvelles approches de traitement prometteuses pourraient être découvertes.

Autres théories de la maladie

En parallèle de la théorie auto-immune, de nombreuses autres hypothèses émergent quant à la cause de la maladie d’Alzheimer. Certains scientifiques considèrent cette pathologie comme une affection liée aux mitochondries, les centrales énergétiques des cellules cérébrales, tandis que d’autres évoquent une possible infection cérébrale, suggérant parfois les bactéries de la bouche comme responsables. Des hypothèses liées à une perturbation des métaux dans le cerveau, tels que le zinc, le cuivre ou le fer, sont également avancées.

Actuellement, plus de 50 millions de personnes dans le monde sont touchées par la démence, avec un nouveau diagnostic toutes les trois secondes. La maladie d’Alzheimer constitue une crise de santé publique nécessitant des idées novatrices et de nouvelles orientations. Pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de démence et de leurs familles, et pour faire face aux défis socioéconomiques croissants liés à la démence, il est essentiel de mieux comprendre la maladie d’Alzheimer et de développer des approches de traitement plus efficaces pour soutenir les personnes concernées.

SOURCE : Neuroscience News.com
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Bien-être : 5 habitudes révélées par la science

Prochain article

Interrompre le processus de vieillissement

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.