Crédit photo : Shutterstock
/
335 vues
4 minutes de lecture

AMAR détoxifie le corps de l’alcool

Des chercheurs de l’Université de Virginie ont découvert une méthode prometteuse pour ralentir le processus de vieillissement en éliminant les sous-produits nocifs des graisses, tels que le glycérol et le glycéraldéhyde, qui s’accumulent naturellement dans l’organisme au fil du temps

Publié dans University of Virginia par Josh Barney

Eyleen Jorgelina O’Rourke et son équipe de l’Université de Virginie (UVA) aux États-Unis ont fait de nouvelles découvertes en cherchant à comprendre les mécanismes qui favorisent un vieillissement en bonne santé et une longue vie. Leur recherche suggère qu’il est possible d’y parvenir en réduisant les niveaux de glycérol et en atténuant les effets néfastes du glycéraldéhyde sur la santé.

Crédit photo : University of Virginia
Diminuer les sous-produits toxiques de la graisse pourrait vous faire sentir mieux et vivre plus longtemps.

O’Rourke, du département de biologie de l’UVA et du département de biologie cellulaire de l’UVA School of Medicine, a déclaré : « La découverte était inattendue. Nous avons poursuivi une hypothèse très bien étayée selon laquelle le secret de la longévité était l’activation d’un processus de rajeunissement cellulaire appelé autophagie, et avons fini par trouver un mécanisme non reconnu de santé et d’extension de la durée de vie ».

Selon O’Rourke, un aspect particulièrement intéressant de cette découverte est que les enzymes responsables de l’activation du mécanisme de longévité sont déjà bien connues pour leur capacité à détoxifier l’organisme de l’éthanol, l’alcool présent dans des boissons telles que la bière et le bourbon.

« Ces connaissances existantes facilitent grandement notre recherche de médicaments qui peuvent spécifiquement activer ce processus anti-âge », a-t-elle déclaré.

Crédit photo : University of Virginia
Eyleen Jorgelina O’Rourke, chercheuse en santé UVA, et son équipe ont découvert qu’une enzyme qui détoxifie le corps humain de l’alcool pourrait améliorer la santé et prolonger la durée de vie.

Stratégie pour lutter contre le vieillissement

Dans leur quête pour comprendre comment ralentir le processus de vieillissement, O’Rourke, son assistant Abbas Ghaddar et l’étudiant postdoctoral Vinod Mony ont étudié des vers microscopiques connus sous le nom de « C. elegans ». Ces petits êtres vivant dans le sol partagent plus de 70% de nos gènes et sont un outil précieux pour la recherche en biomédecine. Deux lauréats du prix Nobel de médecine ont été récompensés pour des découvertes faites grâce à l’étude de ce ver.

Les scientifiques ont trouvé des niveaux accrus d’enzymes anti-âge chez les humains.

Des études antérieures menées sur des vers, des souris et des cellules humaines ont conduit O’Rourke et d’autres scientifiques à penser que l’activation de l’autophagie, un processus qui permet de renouveler les parties endommagées et vieillissantes de nos cellules, pourrait être la clé pour prolonger la durée de vie.

Crédit photo : Pexels/Edward Jenner
Les chercheurs ont pris plusieurs mesures supplémentaires pour voir si leur avance était aussi prometteuse qu’elle le paraissait.

O’Rourke et son équipe ont été surpris de découvrir que l’activation de l’autophagie n’était pas nécessaire pour améliorer la santé et prolonger la durée de vie des vers. En effet, ils ont réussi à augmenter la durée de vie des vers de 50% sans aucune augmentation de l’autophagie. Ils ont atteint ce résultat en exploitant un mécanisme qu’ils ont découvert et nommé AMAR, un acronyme pour « Alcool et aldéhyde-déshydrogénase Mediated Anti-aging Response », qui signifie également « immortalité » en sanskrit.

Les chercheurs ont découvert qu’en stimulant un gène spécifique, appelé adh-1, ils pouvaient déclencher une réponse anti-âge. Cette stimulation a incité le gène à produire davantage d’une enzyme appelée alcool déshydrogénase, qui protège contre la toxicité causée par le glycérol et, indirectement, par le glycéraldéhyde. En conséquence, les vers ont vécu plus longtemps et en meilleure santé.

Bien que les résultats obtenus sur des modèles de laboratoire tels que les vers et les souris ne soient pas toujours applicables aux humains, les chercheurs ont pris des mesures supplémentaires pour vérifier si leur découverte était aussi prometteuse qu’elle le semblait. Ils ont ainsi confirmé que l’enzyme avait des effets bénéfiques similaires sur la durée de vie d’un autre modèle de laboratoire, la levure.

En examinant les données sur l’activité des gènes chez les êtres vivants ayant subi un jeûne ou une restriction calorique, deux pratiques connues pour prolonger la durée de vie, les chercheurs ont découvert que les niveaux d’enzyme anti-âge étaient plus élevés chez tous les mammifères testés, y compris les humains.

Selon les scientifiques, les niveaux de glycérol et de glycéraldéhyde chez l’homme augmentent naturellement avec l’âge car ils sont des sous-produits toxiques des graisses que nous stockons davantage en vieillissant. Ainsi, l’activation du mécanisme AMAR pourrait permettre d’éviter la toxicité liée aux graisses, de prolonger notre durée de vie en bonne santé et peut-être même de nous aider à perdre du poids.

« Nous espérons susciter l’intérêt pour le développement de thérapies ciblant l’AMAR », a déclaré O’Rourke, qui fait partie du Centre de recherche cardiovasculaire Robert M. Berne de l’UVA. « Étant donné que les maladies liées à l’âge constituent actuellement le principal fardeau pour la santé des patients, de leurs familles et du système de santé, cibler le processus de vieillissement lui-même serait le moyen le plus efficace de réduire ce fardeau et d’augmenter le nombre d’années de vie saine et autonome pour nous tous. »

SOURCE : University of Virginia
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Devenir mentalement plus fort !

Prochain article

Ils impriment des tissus cardiaques en 3D

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.