Crédit photo : Pixabay/ Gerd Altmann / Chaque individu possède un patrimoine génétique qui reste globalement inchangé tout au long de sa vie
/
234 vues
4 minutes de lecture

Améliorer la prédiction du vieillissement

L'influence épigénétique contre les facteurs sociaux

Publié dans The Conversation

Grâce à une mesure précise, les scientifiques pourraient potentiellement modifier notre taux de vieillissement pour vivre plus longtemps et en meilleure santé. Les chercheurs sont conscients que certaines personnes vieillissent plus rapidement que d’autres, et ils s’efforcent de trouver une mesure concise des changements physiologiques internes qui conduisent à une détérioration de la santé liée à l’âge.

Crédit photo : Pixabay/Chokniti Khongchum
Les scientifiques pourraient potentiellement modifier notre taux de vieillissement pour vivre plus longtemps et en meilleure santé

Chaque individu possède un patrimoine génétique

Pendant des années, les chercheurs se sont basés sur des facteurs cliniques couramment relevés lors des examens médicaux, tels que l’hypertension, le cholestérol et le poids, pour prédire le vieillissement. L’idée était que ces mesures pourraient déterminer si une personne vieillit rapidement ou lentement à n’importe quel stade de sa vie. Cependant, des recherches plus récentes ont théorisé qu’il existe d’autres marqueurs biologiques qui reflètent le vieillissement au niveau moléculaire et cellulaire. Cela inclut les modifications du matériel génétique lui-même, appelées épigénétique.

Chaque individu possède un patrimoine génétique qui reste globalement inchangé tout au long de sa vie. Toutefois, des modifications chimiques du matériel génétique peuvent survenir au fil du temps et entraîner une activation ou une désactivation de certains gènes, ce qui accélère le processus de vieillissement. Ces modifications, qui impliquent généralement l’ajout de groupes méthyle à l’ADN, sont influencées par des facteurs sociaux et environnementaux tels que les expériences traumatisantes vécues pendant l’enfance, le tabagisme, la pollution et la dépression.

Cependant, dans quelle mesure les marqueurs épigénétiques sont-ils réellement prédictifs des changements de santé importants qui surviennent avec le vieillissement ? En tant que chercheurs en sciences sociales, nous nous intéressons à la prédiction du vieillissement par les facteurs sociaux. Nos recherches antérieures ont démontré que des éléments tels que l’éducation, la pauvreté, la race, l’accès aux soins médicaux et certains comportements liés à la santé peuvent influencer le rythme de vieillissement.

Crédit photo : Pexels/Arek Socha
Les processus de vieillissement épigénétique, tels que la méthylation de l’ADN, offrent des perspectives prometteuses pour expliquer le vieillissement

Nous intégrons des mesures biologiques, comme l’âge épigénétique, dans de vastes études de population afin de comprendre comment les facteurs sociaux pénètrent « sous la peau » et impactent le vieillissement. Dans notre étude récemment publiée, nous avons constaté que bien que l’âge épigénétique prédise certains résultats de santé à un âge avancé, il n’explique que partiellement les différences importantes liées aux facteurs sociaux.

Qu’est-ce que le vieillissement épigénétique ?

En 2013, le généticien et biostatisticien Steve Horvath a proposé l’idée selon laquelle le taux de vieillissement d’une personne pourrait être mesuré en fonction du niveau de méthylation de son génome. Il a également développé des méthodes permettant de mesurer l’âge épigénétique en années et de le comparer à l’âge chronologique.

Les processus de vieillissement épigénétique, tels que la méthylation de l’ADN, offrent des perspectives prometteuses pour expliquer le vieillissement

Depuis lors, les chercheurs ont mis au point plusieurs mesures permettant de prédire de manière plus fiable les résultats de santé en se basant sur l’épigénétique. Certains ont suggéré que la méthylation de l’ADN pourrait être utilisée pour évaluer de façon concise la quantité et la vitesse de vieillissement à partir de quelques gouttes de sang.

Crédit photo : Pexels/Life Of Pix
Des éléments tels que l’éducation, la pauvreté, la race, l’accès aux soins médicaux et certains comportements liés à la santé peuvent influencer le rythme de vieillissement

Comparaison des facteurs épigénétiques et sociaux

Jusqu’à présent, il était difficile de déterminer dans quelle mesure l’âge épigénétique prédisait les résultats de santé par rapport à d’autres facteurs non génétiques tels que les caractéristiques démographiques et le statut socioéconomique. Nous avons voulu vérifier si l’âge épigénétique, mesuré par les niveaux de méthylation de l’ADN dans le sang, était prédictif de quatre résultats de santé liés au vieillissement : le décès, les maladies chroniques, le handicap physique et les troubles cognitifs.

En utilisant les données de l’étude Health and Retirement, qui regroupe un vaste échantillon représentatif d’Américains de plus de 56 ans, nous avons constaté que l’âge épigénétique prédisait tous les résultats de santé que nous avons étudiés. L’âge épigénétique était particulièrement prédictif du décès et de la morbidité à un âge avancé. Ainsi, en général, les personnes ayant un âge épigénétique plus élevé présentaient une santé plus médiocre.

En revanche, l’âge épigénétique ne permettait pas d’expliquer pourquoi certaines caractéristiques démographiques, telles qu’un niveau d’éducation plus faible, le tabagisme, l’appartenance aux groupes ethniques noir ou hispanique, l’obésité ou une enfance difficile, étaient associées à de moins bons résultats de santé plus précoces ou plus fréquents. Ces facteurs sociaux permettaient de prédire la mortalité et la morbidité aussi bien que l’épigénétique, et prédisaient de manière significative le fonctionnement physique et cognitif de manière plus précise que l’âge épigénétique.

Nos résultats suggèrent que si la méthylation de l’ADN constitue un outil utile pour prédire les résultats de santé à un âge avancé, d’autres facteurs tels que les caractéristiques démographiques, le statut socioéconomique, la santé mentale et les comportements liés à la santé sont tout aussi, voire plus, fiables pour prédire la santé.

Améliorer la prédiction du vieillissement et de la santé

Les processus de vieillissement épigénétique, tels que la méthylation de l’ADN, offrent des perspectives prometteuses pour expliquer le vieillissement. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à accomplir avant que les chercheurs ne comprennent pleinement les mécanismes moléculaires et cellulaires qui sous-tendent le processus de vieillissement.

Améliorer notre capacité à mesurer à la fois les expériences sociales vécues tout au long de la vie qui ont un impact sur la biologie et les mécanismes biologiques qui sont à l’origine du vieillissement pourrait non seulement permettre de mieux évaluer le processus de vieillissement, mais également ouvrir la voie à de meilleurs traitements et à la prévention des maladies pour ceux qui en ont le plus besoin.

SOURCE : The Conversation
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Respirer moins pourrait prolonger nos années de vie !

Prochain article

Des réponses dans nos bactéries intestinales

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.