Crédit photo : Lifespan.io /
/

Apport en protéines et densité osseuse

Les effets sur les jeunes et les personnes âgées semblent être différents.

503 vues
Publié dans Lifespan.io par Arkadi Mazin, le 11 novembre 2022

Les scientifiques ont constaté que la consommation de protéines animales est en corrélation positive avec la densité osseuse chez les personnes âgées. Les choses se compliquent en ce qui concerne les protéines végétales.

Quelle quantité ?

La quantité de protéines que les gens doivent consommer a été un point de discorde. Des recherches vieilles de plusieurs décennies, menées principalement dans des communautés sous-développées, montrent que la carence en protéines peut être nocive. Depuis lors, la prévalence de ce problème a considérablement diminué, et au contraire, la surconsommation de protéines, est apparu sous les projecteurs.

Crédit photo : Shutterstock
Les personnes âgées devraient augmenter leur apport en protéines.

Une étude montre qu’un faible apport en protéines est associé à une réduction majeure du cancer et de la mortalité globale chez les personnes de moins de 65 ans. Cependant, l’inverse était vrai pour les personnes âgées. Cela a conduit les auteurs à suggérer qu’un faible apport en protéines, suivi d’une consommation modérée de protéines chez les sujets âgés, peut optimiser la durée de vie et la longévité ». L’étude montre également que l’augmentation de la mortalité n’est corrélée qu’à l’apport en protéines animales. La recherche sur les animaux semble soutenir cette hypothèse. La restriction protéique est apparue comme l’une des rares méthodes éprouvées pour prolonger la durée de vie des rongeurs. Les études cliniques chez l’homme sont rares, cependant l’année dernière, une étude a montré que la restriction protéique peut atténuer le dysfonctionnement métabolique.

Crédit photo : Pexels/Malidate Van
Les protéines : un allié de choix pour les seniors

Protéines animales VS végétales

Même si un apport élevé en protéines peut être globalement malsain, les protéines sont connues pour être importantes pour la santé des os, qui se détériore avec l’âge, conduisant à l’ostéoporose et à la fragilité. Cette nouvelle étude a cherché un lien entre l’apport en protéines et la densité osseuse chez les personnes âgées en analysant les résultats de quatre essais antérieurs.

Tout d’abord, les scientifiques ont analysé les valeurs de base de l’apport en protéines et de la densité de masse osseuse (DMO) pour les 1570 participants. Les participants ont un âge médian de 71 ans et 56 % sont des femmes. Dans leur analyse, les chercheurs ont ajusté plusieurs facteurs: l’âge, le sexe, le niveau d’activité physique, le tabagisme et la consommation d’alcool.

Les protéines sont importantes pour la santé des os, qui se détériore avec l’âge, conduisant à l’ostéoporose et à la fragilité.

L’apport total en protéines et l’apport en protéines animales sont associés à une DMO totale plus élevée pour le corps et la colonne vertébrale, tandis que l’apport en protéines végétales présente une corrélation négative. Fait intéressant, une association plus forte est détectée entre l’apport total en protéines et la DMO de la colonne vertébrale chez les femmes que chez les hommes, mais l’inverse est vrai pour l’apport en protéines végétales, qui semble être plus préjudiciable à la DMO de la colonne vertébrale chez les hommes que chez les femmes.

Selon les chercheurs, cela pourrait signifier que les protéines animales améliorent la densité osseuse indépendamment du calcium et de la vitamine D, car elles pourraient être plus digestes et avoir un profil d’acides aminés plus complet (certains aliments à base de plantes, tels que le quinoa, contiennent également tous les acides aminés essentiels).

Crédit photo : Pexels/Matthias Zomer
Les protéines végétales ne sont pas intrinsèquement nocives pour la santé des os.

Peu d’effet à court terme

Les participants ont été invités à adopter le régime méditerranéen. Par conséquent, ce régime a été exclu de l’analyse, ce qui a laissé les chercheurs avec seulement 340 participants qui ont reçu diverses interventions protéiques. Cependant, aucune de ces interventions, qui ont duré entre 12 et 24 semaines, n’a significativement amélioré la DMO.

Dans un essai, après 24 semaines de supplémentation en protéines et d’exercice de résistance, une amélioration notable mais statistiquement non significative a été observée. Les chercheurs prédisent qu’«une plus grande taille d’échantillon ou une exposition plus longue à une intervention de protéines et d’exercice augmenterait l’ampleur de l’effet », mais cela, bien sûr, nécessite une preuve.

Bien que la conception de cette étude présente de nombreuses limites, elle élargit notre connaissance de la relation entre l’apport en protéines et la densité osseuse chez les personnes âgées. L’idée actuelle selon laquelle les personnes âgées devraient augmenter leur apport en protéines (plus, probablement, l’activité physique) semble tenir la route, mais des questions se posent quant à la contribution des protéines végétales, qui devrait être résolue par de futures études plus rigoureuses.

SOURCE : Lifespan.io
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Exercices anti-âges à faire à partir de 60 ans

Prochain article

Exercice régulier, lésions cérébrales et anxiété

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.