Crédit photo : Pexels/Art Guzman / Des niveaux élevés de résilience protégeront un individu des effets négatifs de la pression, contribuant à faciliter une performance optimale.
/

Résilience : Garde à vous !

La résilience va au-delà de la simple notion de « ne pas abandonner »

2 297 vues
Publié dans Believe Perform par Luke Jennings

« Aujourd’hui, les joueurs ont fait preuve d’une incroyable résilience, ils n’ont jamais abandonné ». Combien de fois avons-nous entendu cette déclaration, ou quelque chose de similaire, de la part des entraîneurs lors d’une conférence de presse après le match ? La résilience se limite-t-elle simplement à ne pas abandonner, ou a-t-elle une signification plus profonde ? Comment l’armée peut-elle aider les athlètes à développer leur résilience ?

Crédit photo : Pexels/Alena Darmel
Accepter et reconnaître que les pensées négatives sont un processus naturel aide à préparer à faire face à des situations défavorables.

Avez-vous une idée de ce qu’est réellement la résilience ?

La résilience consiste à utiliser des qualités personnelles pour faire face à la pression. La plupart d’entre vous associent probablement la résilience à une capacité « forte » qui permet de repousser les adversités et de ne pas laisser les pensées, les émotions ou les événements négatifs affecter les performances.

La résilience en termes de « rebond » n’est pas très différente ; elle se réfère à la capacité de rebondir après un échec. Prenons l’exemple d’un athlète qui se blesse juste avant les Jeux olympiques et qui remporte finalement la médaille d’or quatre ans plus tard. En somme, ceux qui manquent de résilience sont susceptibles de s’effondrer sous la pression et de voir leurs performances se détériorer rapidement. En revanche, des niveaux élevés de résilience protègent un individu des effets néfastes de la pression, facilitant ainsi une performance optimale.

Crédit photo : Pexels/Ann H
La résilience c’est utiliser des qualités personnelles pour résister à la pression.

Comment développer cette résilience ? Tout d’abord, il est nécessaire d’être confronté à des situations stressantes ou à des adversités. Prenez l’exemple du Leicester City Football Club. Face à la menace de relégation en mars 2015, l’équipe a inversé la tendance et est devenue championne de la ligue seulement 14 mois plus tard, réalisant un exploit sans précédent dans l’histoire de la Premier League. En développant à la fois une résilience solide et une résilience de rebond pour contrer les effets négatifs de la pression, cette équipe a réussi à sortir du gouffre dans lequel elle se trouvait. Selon les champions olympiques, sans une adversité significative, remporter une médaille d’or aurait été impossible. Il est donc parfois nécessaire pour les sportifs de faire face à l’échec afin de ressortir plus forts.

L’adversité ne constitue qu’une partie de la résilience. La théorie enracinée de la résilience psychologique explique comment, pour atteindre des performances optimales, un athlète a besoin de facteurs psychologiques tels qu’une attitude positive, une motivation intrinsèque, une confiance en soi, une concentration et un soutien moral et social. Ils doivent également être capables de percevoir le stress comme une opportunité de croissance (évaluation des défis) et d’être conscients de leurs émotions et de leurs pensées (métacognition).

Accepter et reconnaître que les pensées négatives sont un processus naturel aidera à préparer à faire face à des situations critiques.

Les Dr Fletcher et Sarkar ont mis au point un programme d’entraînement mental axé sur le succès durable, mettant en évidence l’importance de la résilience psychologique, qui repose sur les qualités personnelles d’un individu, les caractéristiques de sa personnalité et les facteurs psychologiques qui permettent de surmonter les effets négatifs du stress. Selon ce programme, les athlètes ont besoin de traits de personnalité tels que la conscience et le perfectionnisme, ainsi que d’une confiance, d’une motivation et d’une autodétermination. Un environnement favorable et une mentalité orientée vers les défis sont également nécessaires, où l’individu perçoit positivement la pression et engage des processus cognitifs appropriés.

La résilience dans le contexte militaire

La résilience psychologique est probablement l’une des compétences psychologiques les plus cruciales dans les forces armées. Sur le champ de bataille, les soldats sont confrontés à de nombreuses situations critiques et doivent se préparer à des défis inconnus. Quelles leçons les militaires peuvent-ils nous enseigner sur la résilience ?

Crédit photo : Pexels/Pixabay
La résilience psychologique est probablement la compétence psychique la plus importante dans les forces armées.

Conditionnement physique complet du soldat

Le Comprehensive Soldier Fitness (CSF), basé sur les principes de la « psychologie positive », a été développé par l’armée américaine pour aider les soldats à se préparer au stress du champ de bataille. Il s’agit d’un programme préventif visant à développer la résilience psychologique afin d’améliorer les réponses des soldats face à l’adversité, réduisant ainsi le nombre de ceux qui souffrent de troubles de stress post-traumatique après la guerre. Les maîtres formateurs en résilience (TRM) dispensent une formation axée sur la résilience et sont formés à la conscience de soi, à l’autorégulation, à l’optimisme, à l’agilité mentale, aux forces de caractère et à la connexion sociale. Selon l’armée américaine, ces compétences sont essentielles au développement de la résilience et sont enseignées à travers la Formation à la Résilience Institutionnelle (IRT).

Dans le cadre de l’IRT, les soldats suivent une formation basée sur le modèle ABC. Ce modèle leur apprend à reconnaître un événement (A), à comprendre leurs croyances associées à cet événement (B) et à évaluer les conséquences de leurs processus de pensée sur l’événement (C). Les soldats sont formés à la gestion de l’énergie, à la résolution de problèmes et à la remise en question des croyances profondément ancrées. Ils apprennent également à minimiser les pensées négatives, à contrer les pensées contre-productives et à cultiver la gratitude. La composante de gestion de l’énergie du programme est basée sur la pleine conscience, avec une attention particulière portée à la respiration et à une perspective positive pour développer la résilience. Accepter et reconnaître que les pensées négatives sont un processus naturel aide à préparer les soldats et les athlètes à faire face à des situations critiques. Après cette formation, les soldats se concentrent sur l’identification de leurs forces de caractère et le renforcement des relations, considérés comme essentiels pour développer la résilience de l’équipe.

Ce qui est particulièrement intéressant dans le cadre du CSF, c’est la suggestion selon laquelle ce programme de formation, associé à une formation militaire, rendra un soldat « prêt » à servir. Les militaires sont souvent associés à une condition physique exceptionnelle, leur permettant de surmonter des obstacles et d’atteindre des objectifs que de nombreux civils ne pourraient qu’imaginer. Cependant, on oublie souvent les images et les expériences traumatisantes auxquelles les soldats sont confrontés, les défis quotidiens auxquels ils sont confrontés et les situations de haute pression dans lesquelles ils doivent travailler. La seule condition physique ne suffit pas à préparer les soldats au combat, tout comme elle ne suffit pas aux athlètes pour la compétition. La résilience et une mentalité orientée vers les défis sont clairement nécessaires pour qu’ils puissent opérer efficacement dans leur domaine d’activité choisi.

Entraînement à la résilience dans le sport

Bien que le théâtre de guerre soit très différent d’une arène sportive, il existe plus de similitudes que l’on ne pourrait le penser. Les deux impliquent généralement un affrontement ou une bataille entre des équipes ; les deux peuvent avoir des conséquences désastreuses en cas de défaite. Et les deux exigent que les individus surmontent de nombreux défis et échecs en cours de route. C’est pourquoi l’entraînement à la résilience reçu par les soldats peut également être utilisé par les athlètes et les équipes sportives.

Pensez-y un instant, combien de fois avez-vous vu une équipe de football mener 2-0 en première période pour finalement perdre le match 3-2 ? Lorsque l’équipe mène 2-0, elle semble en sécurité… Mais si l’adversaire marque (2-1), la pression pour maintenir l’avantage augmente, ce qui nécessite une résilience pour faire face à cette pression. Une équipe résiliente est plus susceptible de prendre de bonnes décisions sous pression et de gagner. En revanche, une équipe manquant de résilience risque de succomber à des pensées négatives, de s’enliser dans les scénarios les plus sombres (« Nous sommes condamnés à perdre parce que… »). L’IRT est utilisée pour minimiser la pensée catastrophique chez les soldats, ce qui suggère que les techniques utilisées par les militaires peuvent être adaptées pour développer la résilience des athlètes et les aider à se préparer à des situations de pression.

Les « icebergs », ou croyances profondément ancrées, sont discutés dans le cadre de l’IRT et devraient également être abordés chez les athlètes. Selon le CSF, une croyance devrait être remise en question en se demandant si elle est significative, si elle est applicable à la situation actuelle, si elle peut être modifiée et si elle est utile. Ensuite, les icebergs peuvent être évalués et une décision peut être prise quant à leur contribution ou non à la performance. Il y a d’innombrables situations où ce processus peut être utilisé dans le sport : l’objectif de « devenir le meilleur joueur sur le terrain » peut sembler incroyablement significatif, mais peut ne pas être utile, surtout dans les sports d’équipe où la cohésion et l’altruisme sont nécessaires pour une performance optimale. Bien que ces croyances profondément ancrées puissent être résistantes au changement, les athlètes doivent au moins les reconnaître s’ils veulent développer une résilience psychologique.

Entraînement à la résilience grâce à des camps militaires

Il apparaît donc que le sport peut apprendre beaucoup de l’armée en ce qui concerne la résilience. Les camps d’entraînement de style militaire sont une façon pour les équipes sportives d’améliorer un certain nombre d’attributs indispensables à la réussite. Résilience, travail d’équipe, coopération, résolution de problèmes, prise de décision… Tous ces attributs importants sont enseignés par les militaires et sont sans aucun doute nécessaires pour les stars du sport et les autres athlètes. Alors, quels sont les avantages pour les athlètes de participer à un camp d’entraînement militaire pour développer leur résilience ? Et y a-t-il des raisons pour que cela ne soit pas une si bonne idée ?

Vers une résilience positive

Les équipes sportives participent à des camps d’entraînement militaires depuis une vingtaine d’années, et l’équipe d’Angleterre de Clive Woodward, qui a remporté la Coupe du monde de rugby en 2003, en est l’un des premiers exemples. Woodward a utilisé les connaissances et la formation des Royal Marines pour identifier les joueurs possédant les qualités nécessaires pour réussir sous pression. Après une séance d’entraînement maritime en 1999, Woodward a déclaré qu’un « mauvais joueur d’équipe peut saper toute l’énergie du groupe », ce qui rejoint la célèbre citation d’Aristote selon laquelle « le tout est plus grand que la somme des parties ». Ce ne sont pas seulement des individus résilients et leurs qualités personnelles qui font une équipe résiliente (bien que cela puisse contribuer à améliorer la résilience de l’équipe), ce sont les qualités collectives d’un groupe qui renforcent la résilience de l’équipe dans son ensemble. Ces qualités collectives incluent les relations interpersonnelles développées au sein de l’équipe, un aspect que le programme CSF cherche à développer. Lorsqu’on cherche à développer la résilience grâce à un camp militaire, il est essentiel de donner la priorité au développement de ces relations.

Plus récemment, Brian Ashton a emmené l’équipe de rugby d’Angleterre à un camp d’entraînement avec les Marines. Ashton a évalué comment ses joueurs ont développé un état d’esprit de défi après avoir vécu cette expérience. Pendant les entraînements de rugby qui ont suivi le camp, les joueurs faisaient constamment référence à la façon dont ils avaient fait face à l’adversité et aux défis lors de leur séjour à Lympstone. Pendant le camp militaire, les joueurs devaient rapidement trouver les meilleures stratégies pour surmonter les défis, ce qui est similaire à la réponse requise lors d’une compétition de haut niveau. Ils ont finalement atteint la finale de la Coupe du monde de rugby en 2007.

Ces exemples d’exposition au stress correspondent parfaitement à l’entraînement sous pression (PIT) : augmenter progressivement les demandes de stress tout en ajustant subtilement le niveau de soutien apporté à un individu pour favoriser la résilience psychologique. Lorsqu’il est bien réalisé, un camp d’entraînement militaire utilise une forme de PIT en plaçant les athlètes dans un environnement très stressant, mais en leur offrant un soutien adéquat. Gareth Southgate, l’entraîneur de football anglais, a parlé d’une « rupture des attentes » lors d’un camp d’entraînement avec les Marines, aidant ses joueurs à comprendre comment ils doivent s’adapter aux situations difficiles. Cette capacité d’adaptation est cruciale en raison de la nature dynamique du sport, mais il est important de veiller à ne pas exposer les athlètes à des pressions qu’ils ne sont pas en mesure de gérer. Si la pression est élevée, le niveau de soutien doit également l’être. Sans soins, considération et soutien appropriés, les effets d’un camp d’entraînement militaire de mauvaise qualité peuvent être catastrophiques…

Une résilience mal construite

En parallèle de la préparation de l’équipe de rugby sud-africaine pour la Coupe du monde de rugby en 2003, où Clive Woodward a utilisé les compétences et la mentalité des Royal Marines, Gideon Sam et Rudolph Straeuli ont soumis leur équipe à un camp militaire de « team building » dans la brousse du Limpopo, connu sous le nom de « Kamp Staaldraad » ou « camp de barbelés ». Les joueurs ont été forcés de se réfugier dans des espaces restreints et couverts d’eau glacée, sous la menace d’une arme, en plus d’avoir été chargés de gonfler des ballons de rugby dans un lac glacial. Sam a déclaré : « Les gars ont été mis à l’épreuve, mais c’est ainsi qu’on se prépare au combat ». Bien que l’idée d’être vulnérable et de surmonter un niveau de stress extrêmement élevé pour développer la résilience puisse être vraie, il est clair que cette approche est contraire à l’éthique et inappropriée, car elle soumet les individus à une détresse physique et psychologique intense. Ce camp a eu lieu avant la publication d’une grande partie de la recherche sur la résilience, et nous comprenons maintenant l’importance d’un niveau approprié de soutien par le biais de commentaires constructifs et motivants.

Un autre exemple d’un camp de style militaire inadapté est le tristement célèbre « Melbourne Swimming Boot Camp ». Lors de ce camp, deux nageurs ont simulé une grave blessure par balle et ont été évacués sur des civières devant les autres membres de l’équipe de natation. Cette expérience faisait partie de l’objectif de soumettre les athlètes à des niveaux élevés de stress émotionnel, mais il semble que les entraîneurs aient franchi une ligne éthique qu’il aurait été préférable de ne pas dépasser. Les entraîneurs doivent se rappeler qu’aucun athlète n’est complètement à l’abri des effets de la pression. Dans des circonstances suffisamment défavorables et sous une pression supplémentaire, n’importe qui peut éprouver une détresse psychologique et des difficultés. Bien que jusqu’à présent, on ait considéré la résilience comme une « nécessité » pour les performances sportives de haut niveau, il y a eu une tendance négative à interpréter à tort la faiblesse comme une force, poussant les individus à leurs limites de manière trop extrême, ce qui met leur santé en danger. Dans quelle mesure est-il nécessaire de pousser quelqu’un à ses limites ?

En conclusion, le développement de la résilience dans l’armée n’est pas très différent de son développement chez les athlètes et les équipes sportives. Bien que les environnements diffèrent considérablement, les méthodes et les techniques utilisées sont presque identiques. Les leçons, l’état d’esprit, les qualités personnelles et les caractéristiques psychologiques enseignées dans les forces armées ont le potentiel d’aider les athlètes et les équipes sportives à acquérir la résilience nécessaire pour réussir au plus haut niveau.

SOURCE : Believe Perform
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Une rémission chez près de 80% des patients

Prochain article

Ralentir le vieillissement cardiovasculaire

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.