Crédit photo : Pixabay/jpmn00 / La résilience peut être mesurée et quantifiée en tant que biomarqueur
/

Boostez votre longévité, renforcez votre résilience !

À partir de l'âge de 35 ans, le début du vieillissement serait caractérisé par une déviation lente des signaux physiologiques

326 vues
Publié dans Longevity.Technology par Danny Sullivan

Les spécialistes du vieillissement acclament une nouvelle étude mettant en évidence que la résolution du déclin de notre capacité de récupération liée à l’âge pourrait être la clé d’une prolongation significative de la durée de vie humaine.

Crédit photo : Pixabay/Daniel Reche
La résilience a depuis longtemps été liée au processus de vieillissement

Une percée dans la recherche sur la sénescence

L’entreprise Gero, basée à Singapour, a récemment fait une percée significative dans la recherche sur le vieillissement. Après avoir validé leur outil d’intelligence artificielle, GeroSense, permettant de suivre l’âge biologique et la résilience, ils ont publié une étude révolutionnaire dans Nature Communications. Cette étude met en évidence une corrélation forte entre notre capacité de récupération, le développement de maladies chroniques et un risque accru de mortalité toutes causes confondues. Les résultats suggèrent que résoudre le déclin de notre capacité à récupérer avec l’âge « pourrait être la clé pour prolonger considérablement la durée de vie humaine ». Des experts de premier plan dans le domaine, dont David Sinclair, professeur de génétique à l’école de médecine de Harvard, saluent cette étude et soulignent « le potentiel de développement de thérapies prolongeant la vie en ciblant les taux de récupération et en ralentissant le processus de vieillissement. »

Au fur et à mesure que nous vieillissons, le temps nécessaire pour récupérer après avoir fait face au stress augmente, ce qui signifie que nous passons de moins en moins de temps dans notre état physiologique optimal. Alors que la résilience a depuis longtemps été liée au processus de vieillissement, cette nouvelle recherche semble indiquer qu’elle peut être mesurée et quantifiée en tant que biomarqueur, ce qui pourrait aider à soutenir le développement d’interventions visant à augmenter la longévité humaine.

Crédit photo : Longevity.Technology
Le premier auteur de l’étude, le Dr Tim Pyrkov, dirige également la division R&D en santé mobile de Gero

L’étude, réalisée en collaboration avec des chercheurs du Roswell Park Cancer Center sur plusieurs milliers de sujets, a révélé qu’en moyenne, le temps nécessaire à notre corps pour revenir à un état « normal » après un épisode de stress augmente, passant de deux semaines pour des adultes en bonne santé de 40 ans à six semaines pour ceux de 80 ans. L’extrapolation de ces données indique une perte totale de la résilience du corps humain aux alentours de 120 à 150 ans, marquant ainsi la limite actuelle de la durée de vie humaine.

« Ce travail de l’équipe de Gero démontre que les études offrent de nouvelles perspectives pour comprendre le processus de vieillissement et identifier de manière systématique les biomarqueurs du vieillissement humain dans de vastes ensembles de données biomédicales », a déclaré le professeur Brian Kennedy de l’Université nationale de Singapour. « Cette recherche contribuera à mieux appréhender les limites de la longévité et les futures interventions anti-âge. Plus important encore, elle pourrait contribuer à combler le fossé croissant entre la durée de vie en bonne santé et la durée de vie totale, un écart qui se creuse dans la plupart des pays en développement. »

À partir de l’âge de 35 ans, le début du vieillissement serait caractérisé par une déviation lente des signaux physiologiques par rapport à leurs valeurs de référence

Dr Tim Pyrkov, premier auteur de l’étude chez Gero

« Ce travail démontre clairement une bonne différenciation entre la phase de croissance d’une personne, qui est en grande partie achevée vers l’âge de 30 ans, et le processus de vieillissement », a déclaré le Dr Tim Pyrkov, premier auteur de l’étude chez Gero. « À partir de l’âge de 35 ans, nous avons observé le début du vieillissement, caractérisé par une déviation lente (linéaire, sub-exponentielle) des signaux physiologiques par rapport à leurs valeurs de référence. »

Crédit photo : Pixabay/Pexels
La résolution du déclin de notre capacité de récupération liée à l’âge pourrait être la clé d’une prolongation significative de la durée de vie humaine

Renforcement de la résilience et interventions pour contrer les effets du vieillissement

Même chez les individus ne souffrant pas de maladies chroniques, une diminution de la résilience a été observée, et Gero affirme que la perte prévue de résilience, même chez les individus les plus sains, pourrait expliquer pourquoi nous n’avons pas constaté d’augmentation de l’espérance de vie maximale, malgré l’augmentation de l’espérance de vie moyenne au cours des dernières décennies. La société suggère également que les interventions qui ne ciblent pas le déclin de la résilience ne conduiront qu’à une augmentation marginale de la longévité humaine.

« À mon avis, ce travail constitue une percée conceptuelle car il détermine et sépare les rôles des facteurs fondamentaux dans la longévité humaine, le vieillissement, défini comme une perte progressive de la résilience, et les maladies liées à l’âge, en tant qu’exécuteurs de la mort suite à la perte de résilience », a déclaré le co-auteur de l’étude, le professeur Andrei Gudkov du Roswell Park Comprehensive Cancer Center. « Cela explique pourquoi même la prévention et le traitement les plus efficaces des maladies liées à l’âge ne peuvent améliorer que l’espérance de vie moyenne et non maximale, à moins que de véritables thérapies anti-âge n’aient été développées. »

L’IA permet de mesurer la résilience

Les résultats de l’étude ont été confirmés par deux ensembles de données différents, basés sur des mesures biologiques distinctes : les paramètres des tests sanguins et les données d’activité physique collectées par l’IA GeroSense. Les deux ensembles de données ont abouti aux mêmes résultats, renforçant ainsi la validité des conclusions.

« Les recherches menées par Gero nous surprennent en parvenant à une quantification similaire de la résilience humaine, un biomarqueur proposé du vieillissement, à partir de deux types de données très différents : les paramètres des tests sanguins d’un côté, et les niveaux d’activité physique enregistrés par des dispositifs portables de l’autre », explique Luca Foschini, co-fondateur et scientifique en chef des données chez Evidation Health. « Je suis très enthousiaste de voir comment les données de santé générées par les individus, y compris celles provenant des dispositifs portables commerciaux, peuvent contribuer à créer des profils individuels et longitudinaux de santé qui joueront un rôle essentiel pour éclairer les phénomènes de santé à long terme, tels que le vieillissement. »

SOURCE : Longevity.Technology
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

La poignée de main révèle l’âge !

Prochain article

Se débarrasser des vieilles cellules

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.