Crédit photo : Pixabay/Daniel Reche / Mise en évidence de l'importance de l'activité physique dans la prévention du diabète de type 2.
/

Prévention diabète !

Étude de cohorte prospective sur l'activité physique mesurée par accéléromètre, le risque génétique et l'incidence du diabète de type 2

206 vues
Publié dans Neuroscience News.com

Adopter un mode de vie actif peut considérablement réduire le risque de développer un diabète de type 2, même pour les personnes présentant une prédisposition génétique plus élevée. Selon cette étude, des niveaux élevés d’activité physique, en particulier d’intensité modérée à soutenue, sont fortement associés à une diminution du risque de diabète de type 2. Fait intéressant, les participants très actifs ayant un risque génétique élevé ont un risque moindre de développer la maladie par rapport aux individus peu actifs mais à faible risque génétique. Ces découvertes mettent en évidence l’importance de l’activité physique dans la prévention du diabète de type 2.

Crédit photo : Pixabay/Photo Mix
Dans le but de prévenir le diabète de type 2, il est recommandé de pratiquer 30 minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée

Informations clés

  • L’étude s’est appuyée sur les données de 59 325 adultes du UK Biobank qui portaient des accéléromètres pour surveiller leur activité physique sur une période de sept ans.
  • Les individus qui pratiquaient plus d’une heure d’activité physique d’intensité modérée à élevée par jour avaient un risque de développer un diabète de type 2 réduit de 74 %.
  • Même chez les personnes présentant un risque génétique élevé de diabète, le risque de développer la maladie était plus faible s’ils étaient très actifs, comparé aux personnes inactives présentant un faible risque génétique.

De nouvelles recherches révèlent que l’activité physique peut réduire le risque de diabète de type 2, même chez les individus présentant un risque génétique élevé de développer cette affection médicale. Une étude menée par l’Université de Sydney a découvert une forte corrélation entre des niveaux élevés d’activité physique totale, en particulier d’activité physique d’intensité modérée à élevée, et un risque réduit de développer un diabète de type 2. Les résultats ont été publiés dans le British Journal of Sports Medicine.

Crédit photo : Pexels/Mikhail Nilov
L’activité physique d’intensité modérée se réfère à des mouvements qui vous font transpirer et vous essouffler légèrement

Selon les chercheurs, cette étude démontre que l’encouragement à des niveaux plus élevés d’activité physique devrait être considéré comme une stratégie majeure de prévention du diabète de type 2, une maladie qui touche des millions d’Australiens. L’étude a impliqué la participation de 59 325 adultes de l’UK Biobank, qui ont porté des accéléromètres (des dispositifs de suivi d’activité portés au poignet) au début de l’étude, puis ont été suivis pendant une période pouvant aller jusqu’à sept ans pour évaluer les résultats de santé.

Le UK Biobank est une importante base de données biomédicales et une ressource de recherche contenant des informations génétiques, sur le mode de vie et la santé de près de cinq cent mille participants au Royaume-Uni, avec une anonymisation des données. Cela comprenait des marqueurs génétiques associés à un risque élevé de développer un diabète de type 2. Les individus présentant un score génétique élevé avaient un risque 2,4 fois supérieur de développer un diabète de type 2 par rapport à ceux ayant un score génétique faible.

L’encouragement à des niveaux plus élevés d’activité physique devrait être considéré comme une stratégie majeure de prévention du diabète de type 2

L’étude a démontré qu’une pratique d’au moins une heure d’activité physique d’intensité modérée à élevée par jour était fortement liée à une réduction de 74 % du risque de développer un diabète de type 2 par rapport aux participants réalisant moins de cinq minutes d’activité physique. Cela s’est avéré vrai même en tenant compte d’autres facteurs, y compris le risque génétique

Crédit photo : Pexels/cottonbro studio
Les exemples d’activités physiques d’intensité élevée comprennent les activités de jardinage exigeantes. Toutes des activités qui vous font respirer lourdement ou vous essouffler

Une autre découverte intéressante était que les participants présentant un risque génétique élevé, mais étant classés parmi les plus actifs physiquement, avaient en réalité un risque plus faible de développer un diabète de type 2 par rapport à ceux présentant un risque génétique faible, mais classés parmi les moins actifs.

L’auteur principal, le professeur associé Melody Ding du Centre Charles Perkins et de la Faculté de Médecine et de Santé, affirme que bien que le rôle des gènes et de l’activité physique dans l’apparition du diabète de type 2 soit bien établi, jusqu’à présent, la plupart des données étaient autodéclarées et il y avait peu de preuves quant à la possibilité de compenser le risque génétique par l’activité physique.

« Nous ne pouvons pas contrôler notre risque génétique et nos antécédents familiaux, mais cette découverte apporte des nouvelles prometteuses et encourageantes : grâce à un mode de vie actif, on peut ‘combattre’ une grande partie du risque excessif de diabète de type 2. »

Le professeur associé Ding explique que l’activité physique d’intensité modérée se réfère à des mouvements qui vous font transpirer et vous essouffler légèrement, tels que la marche rapide et le jardinage général. Les exemples d’activités physiques d’intensité élevée comprennent la course à pied, la danse aérobique, le cyclisme en montée ou à un rythme soutenu et les activités de jardinage exigeantes, comme le creusage, toutes des activités qui vous font respirer lourdement ou vous essouffler.

Étude pour contribuer aux directives de santé publique

Le diabète est une préoccupation majeure de santé publique à l’échelle mondiale. En 2021, on recensait 537 millions d’adultes vivant avec le diabète dans le monde. Près de 1,2 million d’Australiens ont été diagnostiqués avec un diabète de type 2 en 2020. Les résultats revêtent également une signification personnelle forte pour le professeur associé Ding, dont le père a récemment été diagnostiqué avec un diabète de type 2 à l’âge de la soixantaine.

« Ma famille du côté de mon père a des antécédents de diabète de type 2, donc les résultats de l’étude sont extrêmement encourageants pour ma famille et moi. Étant déjà une personne active, cela me motive davantage à maintenir ce style de vie actif », déclare le professeur associé Ding. « Notre objectif est que cette étude contribue aux directives de santé publique et cliniques afin de soutenir la prévention des maladies chroniques pour les professionnels de la santé, les organisations et le grand public. »

« Je suis ravie de partager les résultats de nos recherches avec un large public pour faire comprendre que l’activité physique améliore la santé, en particulier pour les personnes présentant un risque génétique élevé. Que vous ayez des antécédents familiaux de diabète de type 2 ou non, aujourd’hui est le jour idéal pour commencer à être physiquement actif », déclare Mengyun (Susan) Luo, doctorante responsable de l’étude.

A propos de cette actualité sur la recherche associant l’exercice physique et la génétique

Dans le but de prévenir le diabète de type 2 (T2D), il est généralement recommandé de pratiquer 30 minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée. Cependant, ces recommandations reposent principalement sur des auto-déclarations et ne prennent que rarement en compte le risque génétique. Cette étude vise à examiner les relations prospectives dose-réponse entre l’activité physique totale et spécifique à l’intensité, ainsi que l’incidence du T2D, en tenant compte et en stratifiant les participants selon différents niveaux de risque génétique.

Cette étude de cohorte prospective a été menée auprès de 59 325 participants du UK Biobank, avec un âge moyen de 61,1 ans en 2013-2015. L’activité physique totale et spécifique à l’intensité a été mesurée à l’aide d’accéléromètres et a été suivie via les registres nationaux jusqu’au 30 septembre 2021. Les chercheurs ont utilisé des modèles de risques proportionnels de Cox et des splines cubiques restreintes pour examiner la forme de l’association dose-réponse entre l’activité physique et l’incidence du T2D, en ajustant et en stratifiant les résultats en fonction du score de risque polygénique basé sur 424 polymorphismes mononucléotidiques sélectionnés.

Résultats

Au cours d’un suivi médian de 6,8 ans, une association linéaire dose-réponse significative a été observée entre l’activité physique d’intensité modérée à élevée (MVPA) et l’incidence du T2D, même après avoir ajusté pour le risque génétique. Comparés aux participants les moins actifs, ceux qui pratiquaient des niveaux plus élevés de MVPA présentaient des taux de risque (HR) plus bas : 0,63 (IC à 95 % : 0,53 à 0,75) pour 5,3 à 25,9 minutes/jour, 0,41 (IC à 95 % : 0,34 à 0,51) pour 26,0 à 68,4 minutes/jour et 0,26 (IC à 95 % : 0,18 à 0,38) pour plus de 68,4 minutes/jour. Bien qu’aucune interaction multiplicative significative entre l’activité physique et le risque génétique n’ait été observée, une interaction additive significative entre la MVPA et le score de risque génétique a été constatée, suggérant des différences de risque absolu plus importantes en fonction des niveaux de MVPA chez les individus présentant un risque génétique plus élevé.

Conclusion

La participation à des activités physiques, en particulier l’activité physique d’intensité modérée à élevée (MVPA), devrait être promue, en particulier chez les individus présentant un risque génétique élevé de diabète de type 2 (T2D). Il n’y a pas de seuil minimal ou maximal clairement défini pour bénéficier de ces effets positifs. Cette découverte pourrait orienter le développement de futures directives et interventions visant à prévenir le T2D.

SOURCE : Neuroscience News.com
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

5 astuces naturelles pour impacter la glycémie

Prochain article

L’Oscar du meilleur régime alimentaire …

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.