Crédit photo : Gizem Vural / La perception est la clé de la résilience.
/

Apprendre à devenir résilient

La résilience est un défi pour les psychologues

289 vues
Publié dans The New Yorker par Maria Konnikova

Parmi les milliers d’enfants qu’il a rencontrés au cours de ses quarante années de recherche en tant que psychologue du développement et clinicien à l’Université du Minnesota, Norman Garmezy a été particulièrement marqué par un garçon. Ce dernier, âgé de neuf ans, avait une mère alcoolique et un père absent. Son déjeuner quotidien se résumait à deux tranches de pain, sans rien d’autre. Il était seul pour se préparer ses repas et il n’y avait aucune autre source de nourriture à son domicile. Garmezy se rappelle que le garçon s’efforçait de cacher sa situation et de ne susciter la pitié de personne. Chaque jour, il arrivait en classe, arborant un sourire, et dissimulant ses deux tranches de pain dans son sac.

Crédit photo : Pexels/Kampus Production
La résilience est un ensemble de compétences qui peuvent être enseignées.

Un défi captivant pour les psychologues

Ce garçon, faisant partie d’un groupe particulier, est le premier d’une longue série qui, selon Garmezy, sera plus tard identifié comme des individus résilients, malgré les circonstances incroyablement difficiles auxquelles ils sont confrontés. Pendant de nombreuses années, Garmezy a visité des écoles à travers le pays, en se concentrant principalement sur les zones économiquement défavorisées, suivant un protocole standard. Lors de ses réunions avec les directeurs, les travailleurs sociaux ou les infirmières scolaires, il pose invariablement la même question : y a-t-il des enfants dont les antécédents soulèvent des signaux d’alarme, des enfants qui, malgré toute attente, sont devenus une source de fierté plutôt que de problèmes ?

Crédit photo : Pexels/Anna Baranova
Surmontez-vous les problèmes ou les esquivez-vous?

La question de Garmezy suscite souvent un long silence avant qu’une réponse ne lui parvienne. La résilience est un défi pour les psychologues. Elle ne peut être déterminée par un simple test psychologique, mais plutôt par la façon dont la vie se déroule. Si vous avez la chance de ne jamais faire face à l’adversité, nous ne saurons pas à quel point vous êtes résilient. C’est seulement lorsque vous êtes confronté à des obstacles, au stress et à d’autres menaces environnementales que la résilience, ou son absence, se manifeste : faites-vous face aux problèmes ou les évitez-vous ?

Considérez-vous un événement comme traumatisant ou bien une occasion d’apprendre et de grandir ?

Diverses formes de menaces environnementales peuvent se présenter. Certaines sont le produit d’un faible statut socio-économique et de conditions de vie difficiles. Souvent, ces menaces sont chroniques, comme des parents ayant des problèmes psychologiques, une exposition à la violence ou à des mauvais traitements, ou encore être un enfant issu d’un divorce tumultueux. D’autres menaces sont aiguës, telles que vivre ou être témoin d’un événement violent et traumatisant, ou être impliqué dans un accident. Ce qui importe, ce sont l’intensité et la durée du facteur de stress. Dans le cas des facteurs de stress aigus, l’intensité est généralement élevée. Le stress causé par une adversité répétitive, selon Garmezy, peut être de moindre intensité, mais il a un impact cumulatif sur l’individu et persiste pendant de nombreux mois, voire beaucoup plus longtemps.

Les recherches de Garmezy ont ouvert la voie à l’étude des facteurs de protection : les éléments dans les antécédents ou la personnalité d’un individu qui lui permettent de réussir malgré les défis auxquels il est confronté. Garmezy a mis fin à sa carrière de recherche avant de tirer des conclusions définitives, car sa maladie d’Alzheimer l’a interrompue. Cependant, son équipe et ses étudiants ont pu identifier deux groupes : les facteurs individuels et psychologiques d’une part, et les facteurs externes et environnementaux d’autre part.

En 1989, une psychologue du développement du nom d’Emmy Werner a publié les résultats d’un projet de 32 ans. Elle a suivi un groupe de 698 enfants de Kauai, à Hawaï, depuis avant leur naissance jusqu’à leur trentaine. Au cours de cette période, elle a surveillé leur exposition au stress, que ce soit le stress maternel in utero, la pauvreté, les problèmes familiaux, etc. Les deux tiers des enfants venaient de milieux essentiellement stables, tandis que l’autre tiers était considéré comme étant « à risque ». Comme Garmezy, elle a rapidement découvert que tous les enfants à risque ne réagissaient pas de la même manière au stress. Les deux tiers d’entre eux ont développé de graves problèmes d’apprentissage ou de comportement à l’âge de dix ans, ou ont connu des problèmes de délinquance, de santé mentale ou des grossesses précoces à l’âge de 18 ans. Cependant, le tiers restant est devenu de jeunes adultes compétents et confiants. Ils ont réussi leur scolarité, leur vie sociale et ont saisi toutes les opportunités qui se présentaient à eux.

Crédit photo : Pexels/Ann H
Chaque événement effrayant, aussi négatif soit-il, a le potentiel d’être traumatisant ou non pour la personne qui le vit.

Qu’est-ce qui distinguent ces enfants résilients ? Grâce à un suivi et à des tests cohérents sur une période de trois décennies, Werner disposait d’une mine de données. Plusieurs éléments prédisaient la résilience. Dès leur plus jeune âge, les enfants résilients avaient tendance à explorer le monde selon leur propre vision. Ils étaient autonomes et indépendants, recherchant de nouvelles expériences et ayant une « orientation sociale positive ». Bien qu’ils ne soient pas particulièrement doués, ces enfants utilisaient efficacement toutes les compétences dont ils disposaient, selon Werner. Plus important encore, les enfants résilients possédaient ce que les psychologues appellent un « locus de contrôle interne » : ils croyaient que leurs réussites étaient le résultat de leurs propres capacités, et non des circonstances. Les enfants résilients se percevaient comme les maîtres de leur propre destin. En fait, sur une échelle mesurant le locus de contrôle, ils dépassaient de plus de deux écarts-types le groupe « normalisé.»

L’apprentissage de la résilience : Comment est-ce possible ?

Werner a également découvert que la résilience pouvait évoluer avec le temps. Certains enfants résilients ont été particulièrement malchanceux, ayant été exposés à de multiples facteurs de stress majeurs qui ont finalement submergé leur résilience. Selon Werner, la résilience est un calcul constant entre la résilience elle-même et les facteurs de stress : lequel de ces deux aspects pèse le plus ? Les facteurs de stress peuvent devenir si intenses que la résilience en est éclipsée. Cependant, à l’inverse, certaines personnes qui ne présentaient pas de résilience dans leur jeunesse apprennent avec le temps à développer cette qualité. Elles parviennent à surmonter l’adversité plus tard dans la vie et continuent à prospérer, tout autant que celles qui ont toujours été résilientes.

George Bonanno, psychologue clinicien au Teachers College de l’Université Columbia, dirige le Laboratoire sur la Perte, le Traumatisme et l’Émotion et étudie la résilience depuis près de 25 ans. Alors que Garmezy, Werner et d’autres ont démontré que certaines personnes sont meilleures que d’autres pour faire face à l’adversité, Bonanno a cherché à comprendre les origines de cette variation. La théorie de la résilience de Bonanno part du constat que nous possédons tous le même système fondamental de réponse au stress, qui s’est développé au fil de millions d’années et que nous partageons avec d’autres animaux. La grande majorité des individus utilisent ce système de manière adéquate pour gérer le stress. En ce qui concerne la résilience, la question qui se pose est la suivante : pourquoi certaines personnes utilisent-elles ce système de manière plus fréquente ou efficace que d’autres ?

L’un des éléments clés de la résilience, découvert par Bonanno, est la perception de l’événement : le considérez-vous comme traumatisant ou comme une occasion d’apprendre et de grandir ? « Les événements ne sont pas traumatisants tant que nous ne les ressentons pas comme tels. » Bonanno a proposé un terme différent : Événement Potentiellement Traumatique (EPT), qui, selon lui, est plus précis. La théorie est simple. Chaque événement effrayant, aussi négatif soit-il, a le potentiel d’être traumatisant ou non pour la personne qui le vit. Prenez par exemple le décès soudain d’un proche, une tragédie terrible en soi : vous pourriez ressentir de la tristesse, mais si vous parvenez à donner un sens à cet événement, peut-être en prenant conscience d’une certaine maladie, par exemple, alors il peut ne pas être considéré comme un traumatisme. En effet, Werner a observé que les personnes résilientes étaient beaucoup plus susceptibles de déclarer avoir des sources de soutien spirituel et religieux que les autres.

C’est pourquoi les événements « stressants » ou « traumatisants » en eux-mêmes n’ont pas un grand pouvoir prédictif. En d’autres termes, vivre dans l’adversité ne garantit pas que vous souffriez à l’avenir. Ce qui compte, c’est de savoir si cette adversité devient traumatisante.

La bonne nouvelle est que l’interprétation positive peut être enseignée. « Nous pouvons devenir plus ou moins vulnérables en fonction de la manière dont nous interprétons les choses », explique Bonanno. Dans une étude menée à Columbia, le neuroscientifique Kevin Ochsner a montré que le fait d’enseigner aux gens à penser différemment, à recadrer positivement les stimuli, modifie la façon dont ils les ressentent et y réagissent. Il est possible de former les individus à mieux réguler leurs émotions, et cette formation semble avoir des effets durables.

Selon les recherches de Martin Seligman, psychologue à l’Université de Pennsylvanie et pionnier de la psychologie positive, le fait de former les individus à changer leur interprétation interne en externe (les événements négatifs ne sont pas de ma faute), de global en spécifique (cet événement indique qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans ma vie), et de permanent en non permanent (je peux changer la situation plutôt que de supposer qu’elle est définitive) les rend plus forts psychologiquement et moins enclins à la dépression. Il en va de même pour le locus de contrôle : non seulement un locus interne est associé à une perception réduite du stress et à de meilleures performances, mais le passage d’un locus externe à un locus interne entraîne des changements positifs à la fois dans le bien-être psychologique et la performance objective au travail. Les compétences cognitives qui soutiennent la résilience peuvent donc être apprises avec le temps, créant ainsi une résilience là où elle n’existait pas auparavant.

L’inverse peut également être vrai

« Nous pouvons devenir moins résilients, ou moins enclins à la résilience. Nous avons la capacité de créer ou d’exagérer facilement des facteurs de stress dans notre propre esprit. C’est là le danger de la condition humaine », explique Bonanno. Si vous considérez l’adversité comme un défi, vous deviendrez plus flexible et capable d’y faire face, d’avancer, d’en tirer des leçons et de grandir. En revanche, si vous vous concentrez sur elle et la présentez comme une menace, un événement potentiellement traumatisant deviendra un problème persistant. Vous serez alors plus susceptible d’être affecté négativement.

En décembre, le New York Times Magazine a publié un essai intitulé « The Profound Emptiness of Resilience ». Il a mis en évidence le fait que le terme est désormais utilisé partout, souvent de manière à vider le concept de sa signification et à le relier à des notions vagues. Des décennies de recherche ont révélé beaucoup de choses sur son fonctionnement réel. Cette recherche démontre que la résilience est en réalité un ensemble de compétences qui peuvent être enseignées. Il est temps d’investir le temps et l’énergie nécessaires pour comprendre véritablement ce que signifie « résilience ».

SOURCE : The New Yorker
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Petites poussées de stress et longévité

Prochain article

La Noix, fruit de longévité

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.