Crédit photo : Pexels/Anna Shvets / Moins votre cerveau fonctionne, plus vous êtes susceptible de tomber dans une démence plus tard.
/

Maîtriser les facteurs de risque de démence

Environ un dixième des individus âgés de plus de 65 ans souffrent de la maladie d'Alzheimer

557 vues
Publié dans Lifespan par Preston W. Douglas, M.D.

La population américaine continue de vieillir et au fil des décennies, le risque de développer des problèmes cognitifs et des pertes de mémoire augmente progressivement. La démence est un terme général désignant divers troubles de la pensée et de la mémoire liés à la dégénérescence cérébrale, qui affecte l’autonomie d’une personne.

Crédit photo : Pexels/Cottonbro
L’activité physique régulière favorise le renforcement musculaire, diminuant le risque de développer une forme de démence.

Environ 10% des personnes de plus de 65 ans sont atteintes de la maladie d’Alzheimer, une forme de démence. Par ailleurs, près de 20% des individus de plus de 65 ans présentent une déficience cognitive légère, une condition moins sévère de pertes de mémoire et de troubles de la pensée qui peuvent évoluer vers une démence. Pour simplifier, sur un groupe de 10 personnes de plus de 65 ans, 3 d’entre elles peuvent faire face à des problèmes de pensée ou de mémoire.

La cause exacte de la maladie d’Alzheimer demeure inconnue, cependant, des études récentes suggèrent que certains changements de comportement à un certain âge pourraient contribuer à réduire le risque. Si vous faites face à des problèmes de mémoire, c’est le moment d’adopter des comportements favorisant une fonction cérébrale optimale.

Crédit photo : Pexels/Kelly
Les fumeurs sont 30% plus susceptibles de développer des problèmes cognitifs.

Adopter une alimentation saine pour préserver un cerveau performant

Les aliments ultra transformés, comme les collations sucrées et salées, les produits reconstitués, les plats surgelés et la restauration rapide, sont associés à l’inflammation et à des effets négatifs sur la santé. Malgré cela, ces aliments représentent plus de la moitié de l’apport énergétique aux États-Unis.

Une étude récente suivant des personnes sur plusieurs années a révélé que la consommation régulière d’aliments ultra transformés par des individus de 50 ans augmente leur risque de développer une démence. En revanche, cette même étude a constaté qu’une consommation d’aliments non transformés ou peu transformés par des personnes du même âge réduisait leur risque de démence d’environ 20%.

Des changements de comportement aident à réduire le risque de maladie d’Alzheimer et de troubles de la mémoire.

Un régime alimentaire qui met l’accent sur la consommation de légumes, de fruits et de graisses saines comme le poisson et l’huile d’olive, à l’image du « régime méditerranéen », est reconnu pour réduire les chances d’avoir un accident vasculaire cérébral. En plus de cela, une adhérence rigoureuse à ce régime peut également diminuer le risque de démence chez certains individus.

Crédit photo : Fondation Médéric Alzheimer / Alzheimer n’est pas une fatalité !

Prévenir la démence : l’importance de l’activité physique

Le niveau de condition physique à un certain âge peut être un prédicteur significatif de la survenue de démence plus tard dans la vie. Par ailleurs, chez les personnes de plus de 50 ans, la présence de diabète et d’hypertension artérielle augmente considérablement ce risque. Pour contrôler efficacement ces facteurs, l’activité physique régulière est essentielle, car elle permet de perdre du poids de manière saine.

L’activité physique régulière, notamment l’entraînement soutenu et le yoga, joue un rôle crucial dans le maintien et le renforcement musculaire, réduisant ainsi le risque de démence. Une étude réalisée au Royaume-Uni a révélé que des niveaux de force de préhension plus faibles à l’âge de 50 ans étaient associés à un risque accru de développer une forme de démence à l’avenir.

Crédit photo : Lifespan
Les personnes de plus de 50 ans qui consomment des aliments non transformés ou peu transformés réduisent leur risque de développer une forme de démence de 20%.

L’effet du tabagisme et de la consommation d’alcool sur la santé cérébrale

Il est crucial que les fumeurs de tous âges arrêtent de fumer le plus tôt possible, car leur risque de démence est augmenté de 30%. De même, une consommation excessive d’alcool, soit six verres ou plus par jour pour les hommes et quatre pour les femmes, est associée à un triplement du risque de démence. Si vous avez fait l’expérience d’au moins deux épisodes d’évanouissement au cours de l’année passée en raison d’une consommation excessive d’alcool, votre risque de démence ultérieure est multiplié par dix.

Il est essentiel de noter que boire occasionnellement cinq bières ne signifie pas que vous êtes condamné à la démence. C’est plutôt la consommation excessive et régulière sur une longue période qui augmente le risque.

Prenez soin de votre audition et de votre vision

La perte auditive non traitée double le risque de développer une démence. En effet, lorsque vous souffrez de perte auditive, votre cerveau reçoit moins d’informations auditives, vos centres de mémoire sont moins sollicités et votre cerveau travaille moins. Moins votre cerveau est stimulé, plus vous risquez de développer une démence à l’avenir. De même, les personnes ayant une déficience visuelle sont environ 60% plus susceptibles de développer une démence. Bien que la relation entre ces facteurs ne soit pas forcément causale, prendre soin de votre audition et de votre vision peut certainement contribuer à retarder l’apparition de la démence.

Le diagnostic de démence est une perspective redoutée par tous, mais il ne devrait pas être uniquement réservé aux personnes âgées. Les choix de vie que nous faisons tout au long de notre existence ont un impact direct sur notre probabilité de développer une démence plus tard dans la vie.

SOURCE : Lifespan
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

La Noix, fruit de longévité

Prochain article

Vitamine K1 : moins de risque de fractures

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.