Crédit photo : Pexels/Mart Production
/
301 vues
3 minutes de lecture

Des vaccins à l’IA : la lutte contre le cancer

Serait-il enfin possible pour l'humanité de gagner la longue bataille contre le cancer ?

Publié dans RTL Today

Les progrès récents dans le domaine scientifique et médical ont ajouté de nouvelles armes à notre arsenal contre le cancer, telles que la thérapie génique personnalisée, le dépistage assisté par intelligence artificielle, les tests sanguins simples et potentiellement les vaccins.

Crédit photo : RTL Today
Des scientifiques français travaillent sur un vaccin contre le cancer, l’un des nombreux en développement qui laisse espérer des avancées à venir

En 2020, le cancer a causé près de 10 millions de décès, soit environ un décès sur six dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la santé. À l’approche de la Journée mondiale contre le cancer, examinons quelques-uns des développements prometteurs récents dans le diagnostic et le traitement de cette maladie.

Immunothérapie

L’immunothérapie, qui stimule le système immunitaire pour traquer et éliminer les cellules cancéreuses, a été l’une des avancées majeures dans le traitement du cancer au cours de la dernière décennie. Comparée à la chimiothérapie, elle présente moins d’effets secondaires graves et a eu un impact considérable dans le traitement de divers types de cancer.

Crédit photo : RTL Today
Il a été démontré que l’intelligence artificielle identifie le cancer du sein à partir d’analyses de routine avec plus de précision que les humains

Avant 2010, les patients atteints de cas graves de mélanome cutané avaient un taux de survie très faible. Cependant, grâce à l’immunothérapie, certains patients peuvent maintenant vivre 10 ans ou plus.

« Nous ne faisons que commencer avec l’immunothérapie », a déclaré Bruno Quesnel, directeur de recherche à l’Institut national du cancer.

Des résultats d’essais précoces positifs pour les vaccins à ARNm personnalisé pour traiter les patients atteints d’un cancer de la peau

Pierre Saintigny, oncologue au centre français de cancérologie Léon Bérard, a souligné la nécessité de combiner de manière intelligente, différents types de traitements d’immunothérapie. « Nous avons franchi une étape supérieure dans le traitement du cancer grâce à l’immunothérapie, mais il reste encore des étapes à franchir pour les patients qui n’en bénéficient pas », a-t-il ajouté.

Crédit photo : RTL Today
Le cancer est la deuxième cause de mortalité dans le monde, responsable de près de 10 millions de décès en 2020

Thérapie CAR-T

La thérapie CAR-T implique la modification en laboratoire des lymphocytes T prélevés chez un patient. Ces lymphocytes T, qui font partie du système immunitaire, sont ensuite réinjectés chez le patient, modifiés pour cibler spécifiquement les cellules cancéreuses.

Une variante de cette technique, appelée CAR-T allogénique, consiste à utiliser les cellules d’une personne saine différente. Jusqu’à présent, la thérapie CAR-T a montré une efficacité principalement contre certains types de leucémie, mais le processus reste coûteux.

Intelligence artificielle

Les programmes informatiques utilisant l’intelligence artificielle (IA) ont démontré une meilleure précision que les humains dans l’identification du cancer du cerveau et du sein à partir d’analyses de routine.

Avec l’avancée de la recherche sur l’IA dans divers domaines, son rôle dans le diagnostic du cancer devrait croître. « Grâce à l’intelligence artificielle, nous pourrons identifier les patients bénéficiant de traitements plus courts », a déclaré Fabrice André, oncologue à l’Institut du cancer Gustave Roussy en France.

Cela entraînerait moins d’effets secondaires pour les patients et allégerait la charge sur le système de santé.

Test de biopsie liquide

Les biopsies liquides permettent la détection de l’ADN du cancer à partir d’un simple test sanguin, évitant ainsi la nécessité de procéder à une biopsie tissulaire plus invasive. Des tests plus rapides et plus faciles aideraient les médecins à détecter et à traiter le cancer avant qu’il ne se propage.

Bien que la nouvelle technique soit déjà utilisée aux États-Unis, il existe encore un risque de faux positifs, selon le Dr André.

Vaccins

Des vaccins existent depuis longtemps pour protéger contre le virus du papillome humain (VPH) responsable du cancer du col de l’utérus, ainsi que contre l’hépatite B, qui peut entraîner un cancer du foie. Les efforts pour développer un vaccin contre le cancer n’ont pas abouti pendant des décennies, mais la technologie de l’ARNm utilisée dans les vaccins Covid-19 suscite désormais de nouveaux espoirs. Les vaccins thérapeutiques, qui traitent le cancer plutôt que de le prévenir, se sont révélés les plus prometteurs en développement.

En décembre, les fabricants de médicaments Moderna et Merck ont annoncé des résultats positifs lors des essais précoces de leur vaccin à ARNm personnalisé pour traiter le cancer de la peau. Le mois dernier, la société pharmaceutique allemande BioNTech a également déclaré qu’elle effectuerait un essai pour un vaccin à ARNm contre le cancer, adapté aux tumeurs individuelles, impliquant 10 000 participants au Royaume-Uni.

Un plan personnalisé

Steven Le Gouill, chef du groupe hospitalier de l’Institut Curie en France, est optimiste quant à l’avenir du traitement du cancer. Idéalement, toutes ces approches et nouvelles thérapies seront combinées pour élaborer un plan personnalisé pour chaque patient, a-t-il déclaré.

« Nous avons franchi une étape importante dans notre compréhension des cellules tumorales », a-t-il ajouté. « Le cancer reste un défi, mais les progrès ont été exponentiels. »

SOURCE : RTL Today
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Alzheimer au tapis avec les hormonothérapies substitutives ?

Prochain article

Restreindre l’apport calorique pour ralentir le vieillissement

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.