Crédit photo : Open Access Government / Le manque de sommeil peut avoir un impact négatif sur notre espérance de vie
/
435 vues
6 minutes de lecture

Le sommeil c’est la santé !

L'insomnie demeure un problème majeur de santé au Royaume-Uni. Près de 67% des adultes avouent avoir un sommeil perturbé

Publié dans Open Access Government

Il ne s’agit pas de contredire Henri Salvador qui chantait « Le travail c’est la santé. Rien faire c’est la conserver… » Le sommeil est tout aussi crucial pour une bonne santé que l’alimentation et l’exercice. A la fois une cause et une conséquence de l’état de santé, les médecins spécialistes de cette discipline souhaitent attirer l’attention sur l’état de notre sommeil et sur l’urgence de le prendre en compte dans les politiques de santé publique.

Crédit photo : Pexels/Ketut Subiyanto
Le sommeil permet au cerveau de subir un processus de détoxification, entraînant une amélioration de la mémoire et des fonctions cérébrales

Le sommeil joue un rôle important dans la régulation métabolique et la détoxification de l’organisme

Bien que souvent considéré comme inactif, il est désormais établi que pendant le sommeil, le corps exécute un programme métabolique intensif. La régulation de l’homéostasie du glucose, par exemple, dépend de la qualité et de la durée du sommeil. Le sommeil améliore la sensibilité à l’insuline et stimule la production d’insuline par les cellules des îlots pancréatiques. De même, les hormones de régulation de l’appétit et de la satiété, telles que la leptine et la ghréline, sont également produites pendant le sommeil. Ces hormones jouent un rôle essentiel dans la régulation de notre poids corporel. Il a été établi qu’une durée de sommeil réduite est fortement associée à un risque accru de diabète de type 2.

Crédit photo : Pexels/Andrea Piacquadio
Les scientifiques comparent souvent l’effet du manque chronique de sommeil sur le bien-être à l’ivresse alcoolique

Le sommeil permet au cerveau de subir un processus de détoxification, entraînant une amélioration de la mémoire et des fonctions cérébrales. Les scientifiques comparent souvent l’effet du manque chronique de sommeil sur le bien-être à l’ivresse alcoolique. En effet, le manque de sommeil a des effets néfastes sur l’humeur, les émotions, la concentration et la productivité au travail.

Le manque de sommeil peut avoir un impact négatif sur notre espérance de vie. Selon une étude de 2019, sur plus de 50 000 adultes suivis pendant 16 ans, les personnes dormant moins de 7 heures par nuit ont perdu entre 1 et 3 années de vie en bonne santé, sans maladies, par rapport à celles dormant entre 7 et 8,5 heures par nuit. Chez les personnes souffrant de troubles du sommeil sévères, cette réduction était encore plus importante, allant jusqu’à 3 à 6 années.

Les plus de 60 ans sont davantage sujets à l’insomnie. Pour chaque décennie de vie après 50 ans, une personne perd en moyenne 27 minutes de sommeil par nuit

L’importance du sommeil est souvent mal comprise par de nombreux médecins

Malgré l’importance indéniable du sommeil, celui-ci n’a pas reçu l’attention qu’il mérite de la part du corps médical. Des études récentes ont révélé que les médecins généralistes n’évaluent pas régulièrement le sommeil et sont incertains quant au diagnostic de l’insomnie.

Crédit photo : Pexels/Acharaporn Kamornboonyarush
Le manque de sommeil peut avoir un impact négatif sur notre espérance de vie

Dans une étude, il a été constaté que 75 % des patients souffraient d’insomnie depuis plus d’un an, mais seuls 11,1 % d’entre eux avaient discuté de ce problème avec leur médecin. Cette situation peut s’expliquer par plusieurs raisons, notamment le fait que d’autres symptômes tels que la dépression ou la douleur peuvent masquer l’insomnie.

Les médecins généralistes ont décrit leurs connaissances sur le sommeil et les troubles du sommeil comme étant « acceptables » ou « mauvaises ». Ceci pourrait être dû au manque d’enseignement sur le sommeil dans le cursus universitaire de médecine, ainsi qu’à la difficulté d’accès à une formation continue sur le sommeil.

Le sommeil n’est pas toujours considéré comme une priorité en matière de santé publique. Selon une revue américaine des questionnaires de santé utilisés dans 121 établissements de soins , seuls 43 % d’entre eux comportaient des questions sur le sommeil, tandis que tous contenaient des questions sur le tabagisme et l’alcool.

Brexit pour l’insomnie ?

L’insomnie demeure un problème majeur de santé au Royaume-Uni. Près de 67% des adultes avouent avoir un sommeil perturbé, et 23% d’entre eux dorment seulement 5 heures ou moins par nuit. La moitié de la population adulte estime qu’elle ne dort pas suffisamment, mais un pourcentage similaire (51%) admet ne rien faire pour y remédier. 13% ont recours à des somnifères et 13% utilisent de l’alcool pour tenter de trouver le sommeil.

Après la soixantaine

Les plus de 60 ans sont davantage sujets à l’insomnie. Pour chaque décennie de vie après 50 ans, une personne perd en moyenne 27 minutes de sommeil par nuit. Les personnes âgées ont moins de sommeil à ondes lentes et moins de sommeil paradoxal (REM), ce qui les conduit à avoir plus de périodes d’éveil pendant la nuit et à se réveiller le matin sans se sentir reposées.

Bien que les médicaments tels que les benzodiazépines et les médicaments Z (comme le zopiclone) puissent aider à dormir, ils sont associés à une dépendance et des symptômes de sevrage. De plus, ces médicaments sont associés à un risque accru de chutes. Les médecins préfèrent donc essayer d’améliorer l’insomnie par des méthodes non pharmacologiques.

Les personnes âgées sont également à risque accru de troubles du sommeil tels que les troubles du rythme circadien du sommeil, les troubles respiratoires du sommeil, les mouvements périodiques des membres et le syndrome des jambes sans repos. Dans le trouble comportemental du sommeil paradoxal, lié à la maladie de Parkinson et à la démence à corps de Lewy, les patients font des mouvements brusques avec leurs membres pendant le sommeil.

L’insomnie de la personne âgée est une pathologie fréquente et ses conséquences en termes de morbidité et sur la qualité de vie sont importantes. D’origine multifactorielle, elle nécessite un traitement spécifique des facteurs causals, concernant les comorbités somatiques ou psychiatriques, et le dépistage de troubles primaires du sommeil. On recommande plutôt aux personnes âgées, comme à tous les adultes, d’être rigoureuses quant à leur hygiène de sommeil et leur routine du coucher.

La relation entre l’insomnie et la maladie d’Alzheimer

L’insomnie est un constat fréquent chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer (MA). Le sommeil est vital pour l’élimination des protéines bêta-amyloïdes et tau en excès du cerveau. En effet, des recherches suggèrent que le sommeil anormal augmente le risque de MA, mais également que la MA cause des anomalies du sommeil, il s’agit donc d’un phénomène bidirectionnel. Le sommeil perturbé peut se produire de nombreuses années avant le début du déclin cognitif. Il a même été démontré que l’insomnie peut augmenter le risque de MA de 50%.

Les patients atteints de la MA ont souvent des périodes d’éveil pendant la nuit au cours desquelles ils peuvent se lever et errer. Par conséquent, ils se sentent fatigués et font souvent des siestes pendant la journée. Les patients atteints de la MA présentent souvent un syndrome de fin de journée, ce qui signifie qu’ils deviennent agités et agités en début de soirée. Un traitement médicamenteux pour dormir peut être nécessaire pour les patients atteints de la MA.

Pourquoi le sommeil est crucial

Que signifie le vieillissement en bonne santé ? Cela peut être défini comme le fait de vieillir tout en restant exempt de maladies, en maintenant un niveau élevé de fonction cognitive et physique et en étant activement engagé dans la vie quotidienne.

Cependant, de nombreuses études ont montré que la faible efficacité du sommeil et la diminution de sa qualité sont des précurseurs de la détérioration mentale et physique. Dans une étude, les personnes ayant une efficacité de sommeil inférieure à 80% ont presque doublé leur risque de mortalité. Pour améliorer le fardeau des maladies chez les personnes âgées, améliorer leur qualité de vie et maximiser leur longévité, il est crucial que la population adulte et leurs médecins comprennent l’importance de dormir 7 heures de sommeil de bonne qualité par nuit.

Trop souvent, le sommeil n’est pas considéré comme une priorité suffisante. Le sommeil est un état dans lequel nous passons environ le tiers de notre vie. Il fait partie des fonctions vitales de l’organisme comme la respiration, la digestion ou l’immunité. Nous nous couchons, passons une autre mauvaise nuit et espérons simplement que la nuit suivante sera meilleure. Il ne semble jamais assez sérieux pour consulter un médecin. Mais il est temps de faire face à la réalité : l’insomnie est aussi nocive pour notre santé que le tabagisme et la consommation d’alcool. Si nous voulons vieillir en bonne santé, nous devons dormir suffisamment et bien. Il est également temps que la profession médicale prenne l’insomnie au sérieux.

SOURCE : Open Access Government
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

L’IA nous donne des conseils de nutrition !

Prochain article

Nous serons immortels d’ici 2031

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.