Crédit photo : Shutterstock
/

Effets bénéfiques de la restriction calorique

Les effets bénéfiques de la restriction calorique sur la santé et la durée de vie des animaux sont bien documentés, mais son impact sur les humains reste à explorer

401 vues
Publié dans STARKAGE Longevity

Des scientifiques de l’Université Duke aux États-Unis ont récemment mené une étude clinique sur des sujets humains pour explorer les avantages potentiels de la restriction calorique. Les résultats de cette étude, publiés dans la revue Science, ont montré que cette approche peut être bénéfique pour la santé humaine.

Crédit photo : Pexels/Victoria Emerson
Une réduction des calories a un effet protecteur sur la santé.

Un impact positif sur la santé

L’étude, appelée Calerie, a suivi 200 participants sur une période de deux ans. Certains participants ont subi une réduction de 14 % de leur apport calorique quotidien, tandis que d’autres ont maintenu une alimentation normale. Les chercheurs ont examiné les effets de cette restriction calorique sur l’immunité et l’inflammation chez les participants.

En règle générale, avec le temps, l’immunité a tendance à diminuer tandis que l’inflammation augmente, ce qui peut favoriser l’apparition de pathologies liées à l’âge. Par exemple, le thymus, qui produit une famille de globules blancs appelés lymphocytes T, peut s’atrophier et devenir gras.

Crédit photo : Pexels/Cottonbro Studio
L’objectif est de pouvoir bénéficier des avantages de la restriction calorique sans réduire l’apport alimentaire.

À l’inverse, les individus qui ont diminué leur consommation alimentaire ont présenté un thymus plus grand, plus fonctionnel et moins gras, démontrant ainsi l’impact bénéfique de la restriction calorique sur la santé humaine.

Les résultats permettent d’envisager l’utilisation du gène comme cible thérapeutique.

Plus précisément, les auteurs démontrent que la restriction calorique inhibe l’expression du gène PLA2G7.

Crédit photo : Shutterstock
Les personnes qui ont réduit leur consommation de nourriture avaient un thymus plus grand, plus fonctionnel et moins gras.

Chez la souris, la diminution de l’expression de PLA2G7 entraîne des effets similaires à ceux observés chez les humains sous restriction calorique : ces animaux prennent moins de poids, présentent moins d’inflammation liée à l’âge et leur thymus conserve une fonctionnalité prolongée. L’objectif futur est de pouvoir bénéficier des avantages de la restriction calorique sans devoir réduire l’apport alimentaire.

De manière plus générale, les auteurs démontrent que la diminution des calories, sans qu’il soit nécessaire de suivre un régime spécifique ou strict, a un effet protecteur sur la santé et stimule l’immunité chez l’homme.

SOURCE : STARKAGE Longevity
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Volonté de prolonger la durée de vie

Prochain article

6 minutes d’exercice pour la santé du cerveau

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.