Crédit photo : Pexels/Cottonbro
/

Les facteurs liés au vieillissement optimal

Parmi les personnes âgées de 80 ans et plus, environ la moitié demeuraient en excellente santé.

291 vues
Publié dans Neuroscience News.com

Quels sont les ingrédients pour un vieillissement réussi ou optimal. Eh bien, une étude récente a observé plus de 7000 Canadiens âgés de la quarantaine et au-delà pendant trois ans pour découvrir les facteurs liés au bien-être au fil du temps. Les résultats sont éclairants et pourraient offrir des pistes précieuses pour tous ceux qui cherchent à profiter pleinement de leur vieillissement.

Crédit photo : Pexels/Cottonbro
Les facteurs liés au mode de vie sont associés à une santé optimale.

Des résultats prometteurs

Les résultats de l’étude ont montré que les femmes mariées, physiquement actives, non obèses, non-fumeuses, ayant des revenus plus élevés et n’étant pas atteintes d’insomnie, de maladie cardiaque ou d’arthrite étaient plus enclines à maintenir un état de santé optimal tout au long de la période de l’étude. Ces personnes étaient également moins susceptibles de développer des problèmes cognitifs, physiques ou émotionnels invalidants.

Les chercheurs ont pris soin de sélectionner des participants qui étaient en excellente santé au début de la période d’étude d’environ trois ans. Ces personnes ne souffraient d’aucun problème de mémoire, de douleur chronique invalidante, de maladie mentale grave ou de handicap physique limitant les activités quotidiennes. En outre, tous les participants bénéficiaient d’un soutien social dans leur vie, ce qui contribuait à leur bonheur général.

Crédit photo : Pexels/Rodnae Productions
Les personnes âgées qui n’ont jamais fumé sont 46% plus susceptibles de maintenir un excellent état de santé

Mabel Ho, candidate au doctorat à la Faculté de travail social Factor-Inwentash (FIFSW) de l’Université de Toronto et à l’Institut du parcours de vie et du vieillissement, a expliqué que « les résultats de l’étude ont été une agréable surprise. Plus de 70 % des participants ont réussi à maintenir leur santé en excellent état tout au long de la période d’étude. »

« Les résultats de l’étude soulignent l’importance de se concentrer sur les aspects bénéfiques du vieillissement plutôt que sur les problèmes, selon Mabel Ho. Elle a ajouté que les médias et la recherche ont tendance à se concentrer sur les aspects négatifs du vieillissement, ce qui peut conduire à une vision pessimiste de la vieillesse et à une sous-estimation des possibilités offertes par cette étape de la vie. »

Les trois quarts des participants âgés de 55 à 64 ans au début de l’étude ont maintenu une excellente santé tout au long de l’expérience. 

Mabel Ho a déclaré que « la découverte selon laquelle environ la moitié des personnes âgées de 80 ans et plus ont maintenu un niveau extrêmement élevé de bien-être cognitif, physique et émotionnel tout au long de l’étude est remarquable. Elle a également souligné que cela constitue une excellente nouvelle pour les personnes âgées et leurs familles, qui auraient pu s’attendre à ce que le déclin soit inévitable à cet âge. »

« Comprendre les facteurs associés au vieillissement réussi est essentiel pour créer un environnement favorable à une vie saine et dynamique pour les personnes âgées, les familles, les praticiens, les décideurs et les chercheurs, » selon Mabel Ho.

Crédit photo : Neuroscience News.com
Environ la moitié seulement des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté vieillissaient de manière optimale, contre les trois quarts de celles vivant au-dessus du seuil de pauvreté.

Les résultats de l’étude ont montré que les adultes plus âgés ayant un poids normal étaient 24% plus susceptibles de vieillir de manière optimale que ceux qui étaient obèses. Le coauteur David Burnes, professeur agrégé au FIFSW de l’Université de Toronto, explique que « ces résultats correspondent à d’autres études montrant que l’obésité est liée à une gamme de symptômes physiques et de problèmes cognitifs, et que l’activité physique joue un rôle important dans le vieillissement réussi. Il souligne également l’importance de maintenir un poids approprié et un mode de vie actif tout au long de la vie. »

Une influence des choix de mode de vie

Le niveau de revenu joue un rôle crucial dans le vieillissement optimal. Les résultats d’une étude montrent que seules les moitiés des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté vieillissent de manière saine, tandis que trois quarts de celles vivant au-dessus de ce seuil y parviennent. La directrice de l’Institute for Life Course & Aging et professeure à la Faculté du travail social Factor-Inwentash de l’Université de Toronto, Esme Fuller-Thomson, suggère que « le faible revenu peut entraîner du stress et limiter les choix de mode de vie sain, notamment en matière de nutrition. Des études futures devraient examiner de plus près cette relation pour mieux comprendre son importance. »

Le maintien d’une bonne santé à un âge avancé est fortement influencé par les choix de mode de vie. Selon une étude récente, les personnes âgées qui n’ont jamais fumé ont 46% de chances supplémentaires de maintenir une santé optimale par rapport aux fumeurs actuels. Les résultats d’études antérieures ont également suggéré que l’arrêt du tabac plus tard dans la vie peut améliorer la survie, la fonction pulmonaire, la qualité de vie, ainsi que réduire les risques de maladies coronariennes et les symptômes respiratoires.

Une autre conclusion importante de l’étude est que l’exercice régulier joue un rôle crucial dans la promotion d’une bonne santé à un âge avancé. Les résultats ont montré que les personnes âgées qui s’engagent dans une activité physique modérée à intense ont entre 35% et 45% de chances supplémentaires de vieillir en bonne santé. Cette découverte souligne l’importance de l’exercice pour maintenir une qualité de vie élevée en vieillissant.

Selon les résultats de l’étude, les participants qui ont rapporté n’avoir jamais ou rarement souffert de troubles du sommeil au début de l’étude étaient 29% plus susceptibles de maintenir une santé optimale tout au long de la période étudiée. Cette découverte souligne « l’importance d’un sommeil de qualité pour la santé cognitive, mentale et physique des personnes âgées. » La directrice de l’Institute for Life Course & Aging, Esme Fuller-Thomson, souligne également qu’ « il existe des preuves solides que la thérapie cognitive-comportementale pour l’insomnie (TCC-I) peut être très bénéfique pour les personnes souffrant d’insomnie. »

SOURCE: Neurosciences News.com
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

L’ADN artificiel peut tuer le cancer

Prochain article

Probiotiques : meilleure défense alimentaire contre le vieillissement cérébral ?

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.