Crédit photo : Pixabay/Engin Akyurt / Faire la sieste présente des avantages cognitifs, les personnes ayant fait une courte sieste ayant de meilleures performances dans les tests cognitifs
/

Faire des siestes, c’est bon pour le cerveau !

Les siestes en journée peuvent préserver la santé

232 vues
Publié dans ScienceDaily

Une nouvelle étude dirigée par des chercheurs de l’UCL et de l’Université de la République en Uruguay suggère que faire des siestes en journée peut contribuer à préserver la santé du cerveau en ralentissant le processus de réduction de la taille du cerveau lié au vieillissement.

Crédit photo : Pixavbay/hainguyenrp
Faire des siestes en journée peut contribuer à préserver la santé du cerveau en ralentissant le processus de réduction de la taille du cerveau lié au vieillissement

Lien entre siestes régulières et volume cérébral

Publiée dans la revue Sleep Health, cette étude analyse les données de personnes âgées de 40 à 69 ans et établit un lien de causalité entre les siestes régulières et un volume cérébral plus important, ce qui est un indicateur d’une bonne santé cérébrale et est associé à un risque moindre de démence et d’autres maladies. Le Dr Victoria Garfield, co-auteure principale de l’étude et membre de l’Unité MRC pour la Santé et le Vieillissement de l’UCL, déclare : « Nos résultats suggèrent que, pour certaines personnes, de courtes siestes en journée pourraient être un élément essentiel pour préserver la santé du cerveau avec l’âge. »

Des recherches antérieures ont déjà montré que faire la sieste présente des avantages cognitifs, les personnes ayant fait une courte sieste ayant de meilleures performances dans les tests cognitifs qui suivent immédiatement par rapport à celles qui n’ont pas fait de sieste. L’objectif de cette nouvelle étude était d’établir s’il existait une relation causale entre les siestes diurnes et la santé du cerveau.

Crédit photo : Pixabay/Gerd Altmann
Des siestes de 30 minutes ou moins offrent les meilleurs bénéfices cognitifs à court terme

En utilisant une technique appelée randomisation mendélienne, les chercheurs ont examiné 97 séquences d’ADN considérées comme des déterminants probables de la propension à faire des siestes régulières. Ils ont comparé les mesures de santé cérébrale et de cognition entre les personnes génétiquement « programmées » à faire la sieste et celles qui ne possédaient pas ces variants génétiques. Les données de 378 932 personnes de l’étude UK Biobank ont été utilisées, et de manière générale, il a été constaté que les personnes prédisposées à faire la sieste avaient un volume cérébral total plus important. 

Les chercheurs ont estimé que la différence moyenne de volume cérébral entre les personnes prédisposées à faire la sieste régulière et celles qui ne l’étaient pas correspondait à un vieillissement de 2,6 à 6,5 années. Cependant, les chercheurs n’ont pas observé de différence dans les autres mesures de la santé cérébrale et des fonctions cognitives, telles que le volume de l’hippocampe, le temps de réaction et le traitement visuel, chez les personnes prédisposées à faire la sieste régulière.

Nos résultats suggèrent que, pour certaines personnes, de courtes siestes en journée pourraient être un élément essentiel pour préserver la santé du cerveau avec l’âge

Dr Victoria Garfield, co-auteure principale de l’étude et membre de l’Unité MRC pour la Santé et le Vieillissement de l’UCL

Valentina Paz, première auteure de l’étude et doctorante à l’Université de la République (Uruguay) et à l’Unité MRC pour la Santé et le Vieillissement de l’UCL, déclare : « Cette étude est la première à essayer de démêler la relation causale entre les siestes diurnes régulières et les résultats cognitifs et structurels du cerveau. En examinant les gènes déterminés à la naissance, la randomisation mendélienne permet d’éviter les facteurs de confusion qui pourraient survenir tout au long de la vie et qui pourraient influencer les associations entre les siestes et les résultats pour la santé. »

Crédit photo : Pixabay/Terry
Faire la sieste plus tôt dans la journée est moins susceptible de perturber le sommeil nocturne

Des analyses plus poussées

Le Dr Garfield ajoute : « J’espère que des études comme celle-ci, qui mettent en évidence les bienfaits pour la santé des courtes siestes, contribueront à réduire toute stigmatisation persistante autour des siestes en journée. »

Les variants génétiques influençant notre propension à faire la sieste avaient été identifiés dans une étude antérieure portant sur 452 633 participants de l’étude UK Biobank. Cette étude, dirigée par le Dr Hassan Dashti de l’Université Harvard et du Massachusetts General Hospital, qui est également co-auteur de la nouvelle étude, avait identifié ces variants en se basant sur les déclarations des participants concernant leurs habitudes de sieste, et ces données étaient étayées par des mesures objectives d’activité physique enregistrées par un accéléromètre porté au poignet.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les résultats en termes de santé et de cognition pour les personnes présentant ces variants génétiques ainsi que pour plusieurs sous-groupes de ces variants, en prenant des mesures pour éviter les biais potentiels, notamment en excluant les variants liés à la somnolence diurne excessive. Des données génétiques et des images par résonance magnétique (IRM) du cerveau étaient disponibles pour 35 080 individus issus de l’échantillon plus large de l’étude UK Biobank.

En ce qui concerne les limites de l’étude, les auteurs ont noté que tous les participants étaient d’ascendance européenne blanche, il est donc possible que les résultats ne puissent pas être directement généralisés à d’autres groupes ethniques. Bien que les chercheurs n’aient pas eu d’informations sur la durée des siestes, des études antérieures suggèrent que des siestes de 30 minutes ou moins offrent les meilleurs bénéfices cognitifs à court terme, et faire la sieste plus tôt dans la journée est moins susceptible de perturber le sommeil nocturne. Des recherches antérieures menées au Royaume-Uni et aux Pays-Bas ont révélé qu’environ un tiers des adultes de 65 ans et plus faisaient régulièrement la sieste.

SOURCE : ScienceDaily
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

3 habitudes méconnues liées à une réduction du risque de cancer.

Prochain article

Les chatbots basés sur l’IA générative sont des instruments efficaces

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.