/
486 vues
2 minutes de lecture

Hormonothérapie substitutive

Des millions de femmes pourraient manquer jusqu’à trois ans et demi de vie en ne profitant pas de l’hormonothérapie substitutive (THS), suggère une étude.

Crédit photo : Shutterstock / Le THS a été développé pour inverser l’affaiblissement osseux, ou ostéoporose, causé par la baisse des niveaux de l’hormone sexuelle féminine œstrogène
Publié dans NewScientist par Michael Day

Des millions de femmes pourraient augmenter leur espérance de vie de jusqu’à trois ans et demi en bénéficiant de l’hormonothérapie substitutive (THS). C’est ce que suggère une étude menée par Nananda Col et ses collègues du New England Medical Center de Boston, qui ont analysé les données d’une étude de 12 ans portant sur près de 3 000 femmes âgées de 30 à 74 ans, dont certaines recevaient un THS. Selon cette étude, une majorité de femmes aux États-Unis vivraient plus longtemps si elles recevaient un THS après la ménopause. Cependant, actuellement, seulement 40% des femmes aux États-Unis optent pour ce traitement, contre environ 33% en Grande-Bretagne.

L’hormonothérapie substitutive (THS) a été conçue pour lutter contre l’ostéoporose, une fragilisation des os causée par la diminution des niveaux d’œstrogène, l’hormone sexuelle féminine. Les médecins ont maintenant découvert que le THS réduit également le risque de maladies cardiovasculaires, qui sont une cause majeure de décès, bien qu’il puisse légèrement augmenter l’incidence du cancer du sein et de certains autres types de cancer.

Crédit photo : Shutterstock
Les femmes qui ont le plus à gagner du THS sont  celles qui présentent un faible risque de cancer du sein

Des avantages pour les femmes en période de ménopause

En raison des préoccupations liées au cancer, les médecins ne sont pas certains de savoir si l’hormonothérapie substitutive (THS) devrait être prescrite à grande échelle. Pour répondre à cette question, l’équipe de Nananda Col a enregistré les facteurs de risque de maladie cardiaque chez les femmes participant à leur étude et les a mis en relation avec l’incidence du cancer, des maladies cardiovasculaires et des fractures de la hanche. Ils ont ensuite utilisé un modèle mathématique pour extrapoler ces résultats à l’ensemble des femmes américaines et prédire l’effet du THS sur l’espérance de vie. Selon Nananda Col, « notre modèle prédit que le THS devrait augmenter l’espérance de vie moyenne de la plupart des femmes ménopausées ».

Le THS a été développé pour inverser l’ostéoporose, causé par la baisse des niveaux de l’hormone sexuelle féminine œstrogène

Crédit photo : Shutterstock
Aux USA, 40 % optent pour le traitement

Les femmes qui ont le plus à gagner de l’hormonothérapie substitutive (THS) sont celles qui présentent un faible risque de cancer du sein et un risque élevé de maladies cardiaques. Selon l’étude, elles pourraient vivre en moyenne 41 mois de plus si elles reçoivent ce traitement. Cependant, d’autres experts estiment qu’il est encore trop tôt pour recommander le THS à toutes les femmes ménopausées, car les modes de vie et les régimes alimentaires des femmes américaines ne sont pas nécessairement les mêmes que ceux des femmes d’autres pays

 

Crédit photo : Shutterstock
« Notre modèle prédit que le THS devrait augmenter l’espérance de vie moyenne de la plupart des femmes ménopausées »

Un mode de vie plus sain

Kay-Tee Khaw, chef de la gérontologie clinique à l’Université de Cambridge, soutient qu’un essai clinique international contrôlé est maintenant nécessaire. « Il est probable que les femmes qui sont informées sur le THS sont plus susceptibles de mener une vie saine de toute façon. Le plus gros problème est de savoir dans quelle mesure la réduction des maladies cardiaques est due au fait que le THS est intrinsèquement bon pour le cœur. » Les chercheurs commencent à étudier les effets du THS sur la santé cardiaque de 30 000 femmes en Europe, en Afrique du Sud et en Australie. Cependant, l’essai durera 20 ans…

SOURCE : NewScientist
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Une radiothérapie qui utilise l’IA en Inde 

Prochain article

L’hormonothérapie substitutive

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.