Crédit photo : News Medical Life Sciences/mrmohock/Shutterstock / Un régime alimentaire très riche en matières grasses provenant de l'huile de coco pourrait améliorer les capacités cognitives dans la démence
/

Huile de coco : un remède contre la démence ?

Une lueur d'espoir prometteuse dans la prévention et le traitement de la démence

238 vues
Publié dans News Medical Life Sciences par Sophie Mullany, BSc

Les interventions nutritionnelles offrent une lueur d’espoir prometteuse dans la prévention et le traitement de la démence, en raison de leur faible coût, de leur simplicité, de leur acceptabilité et de leur sécurité. L’huile de coco présente des avantages potentiels significatifs dans le traitement naturel et économique de la démence. En effet, elle contient des triglycérides à chaîne moyenne (TCM) qui, une fois digérés dans le foie, se transforment en cétones. Les cétones, produites normalement dans le corps lors de la conversion des graisses en énergie, jouent un rôle essentiel dans la préservation de la santé des neurones et la prévention de leur dégénérescence.

Crédit photo : Pixabay/ElisaRiva
La disponibilité de cétones pourrait offrir une alternative comme source d’énergie pour le cerveau

Source d’énergie pour le cerveau

Le glucose est généralement la principale source d’énergie pour le cerveau. Cependant, il est supposé que dans la maladie d’Alzheimer, les neurones ne parviennent plus à métaboliser le glucose en raison d’une résistance à l’insuline. Cela entraîne une perte de fonction neuronale et éventuellement leur mort.

En revanche, la disponibilité de cétones pourrait offrir une alternative comme source d’énergie pour le cerveau, lui permettant de fonctionner efficacement. L’huile de coco revêt une importance particulière car les triglycérides à chaîne moyenne (TCM) qu’elle contient permettent d’augmenter les niveaux de cétones dans le corps sans nécessiter de modifications alimentaires importantes.

Normalement, un régime cétogène ou le jeûne seraient nécessaires pour parvenir à cette modification. De plus, l’acide laurique, principal acide gras présent dans l’huile de coco, a la capacité avérée de traverser la barrière hémato-encéphalique et de stimuler la cétogenèse dans les astrocytes du cerveau.

Crédit photo : Unsplash/Jeremy Wong
L’huile de coco présente des avantages potentiels significatifs dans le traitement naturel et économique de la démence

Pourquoi le métabolisme du glucose est-il important dans la démence ?

Des preuves convaincantes ont établi un lien entre la démence et le diabète, une maladie caractérisée par une résistance à l’insuline ou une production réduite de cette hormone essentielle à la conversion du glucose en énergie. Le développement de la démence est associé à une résistance à l’insuline localisée dans les cellules cérébrales, ce qui entraîne un dysfonctionnement synaptique et finalement un déclin cognitif.

Selon cette théorie, les patients atteints de démence souffrent d’un manque d’apport de glucose aux neurones du cerveau. Cela est confirmé par des scans d’imagerie cérébrale, qui montrent une diminution significative de l’absorption du glucose dans les régions neuronales affectées par la maladie d’Alzheimer.

Les patients ayant reçu l’huile de coco ont présenté une nette amélioration dans certains domaines cognitifs tels que l’orientation et les compétences linguistiques

Cela signifie qu’une source d’énergie alternative est nécessaire pour prévenir la dégénérescence neuronale en l’absence de glucose suffisant. En temps normal, en cas de carence en glucose, par exemple lors de jeûnes prolongés, le cerveau se tourne vers les cétones comme source d’énergie.

Crédit photo : Unsplash/Louis Hansel
la noix de coco pourrait jouer un rôle positif en inhibant le développement de l’obésité, de la dyslipidémie, de la résistance à l’insuline et de l’hypertension artérielle, facteurs de risque accrus de démence

Par conséquent, les chercheurs ont suggéré qu’un régime alimentaire très faible en glucides/sucre et très riche en matières grasses provenant de l’huile de coco pourrait améliorer les capacités cognitives dans la démence, en favorisant l’utilisation des cétones plutôt que du glucose comme source d’énergie pour le cerveau.

Quelles preuves existent pour l’huile de coco et la démence ?

À l’heure actuelle, il existe peu de recherches étudiant l’utilisation potentielle de l’huile de coco comme traitement de la démence.

Une vidéo relatant une amélioration anecdotique des fonctions cognitives chez un patient atteint de la maladie d’Alzheimer à début précoce, suite à l’introduction de l’huile de coco dans son régime alimentaire, a suscité un vif intérêt récemment pour cette approche de traitement. On attribue cette amélioration à l’acide caprylique contenu dans l’huile de coco.

Cela est corroboré par une seule étude espagnole évaluant l’impact cognitif de l’huile de coco. Quarante-quatre patients atteints de la maladie d’Alzheimer ont reçu quotidiennement soit 40 ml d’huile de coco, soit un placebo pendant 21 jours. Il a été observé que les patients ayant reçu l’huile de coco ont présenté une nette amélioration dans certains domaines cognitifs tels que l’orientation et les compétences linguistiques.

La noix de coco renferme également plusieurs cytokinines et phénols végétaux qui aident à inhiber l’agrégation de la bêta-amyloïde dans le cerveau, caractéristique clé de la détérioration cérébrale dans la forme la plus courante de démence, à savoir la maladie d’Alzheimer.

D’autres éléments indiquent que la noix de coco pourrait jouer un rôle positif en inhibant le développement de l’obésité, de la dyslipidémie, de la résistance à l’insuline et de l’hypertension artérielle, facteurs de risque accrus de démence.

Limitations de l’huile de coco

En l’absence de preuves plus solides issues d’essais cliniques, il n’est pas possible de recommander actuellement l’utilisation de l’huile de coco comme traitement de la démence. On sait déjà que les effets métaboliques positifs de l’huile de coco dans la prévention de la démence ne sont observés que chez les patients ApoE-négatifs.

Plusieurs études indiquent que la consommation d’huile de coco vierge est associée à une amélioration des paramètres de cholestérol HDL sanguin, sans modification du cholestérol total, du cholestérol LDL et des niveaux de triglycérides, et jusqu’à présent, aucun effet néfaste de l’huile de coco sur le métabolisme lipidique n’a été définitivement démontré.

Cela peut s’expliquer par le fait que les triglycérides à chaîne moyenne (TCM) sont rapidement absorbés par l’intestin sans l’action de la lipase pancréatique et sont rapidement oxydés dans le foie pour produire de l’énergie. Ainsi, ils ne contribuent pas à la production de cholestérol et ne sont pas stockés dans les tissus adipeux.

De très grandes quantités d’huile de coco peuvent avoir d’autres effets inconnus pouvant nuire à la santé. Des résultats contradictoires ont été obtenus dans différentes études, de sorte que l’effet métabolique de l’huile de coco reste encore incertain.

Bien que l’huile de coco puisse présenter plusieurs avantages en tant que source d’énergie pour le cerveau, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer sa sécurité et son efficacité dans la prévention et le traitement de cette affection.

SOURCE : News Medical Life Sciences
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Cuits ou crus ?

Prochain article

Comment réduire le stress et mieux dormir ?

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.