Crédit photo : PsyPost/L’huile de krill peut être utilisée pour protéger les neurones de la dégénérescence liée au vieillissement.
/

L’huile de krill kill Parkinson ?

L’huile de krill pourrait être en mesure de protéger certains neurones de la dégénérescence avec l’âge.

1 123 vues
Publié dans PsyPost par Vladimir Hedrih

Une étude en Norvège a rapporté que l’huile de krill peut être utilisée pour protéger les neurones de la dégénérescence liée au vieillissement. Les chercheurs ont découvert que l’huile de krill reconnecte des programmes d’expression génique distincts qui contribuent à réduire un certain nombre de changements chimiques liés au vieillissement dans la cellule. L’étude a été publiée dans Aging.

Crédit photo : Unsplash/Josh Riemer
L’huile de krill a également favorisé la survie des neurones dopaminergiques par la régulation de la transmission synaptique et des fonctions neuronales via certains gènes.

Qu’est-ce que le krill ?

Le krill est un type de petits crustacés que l’on trouve à travers les océans du monde. Ils sont plus largement connus comme étant la nourriture principale de différentes espèces de baleines. Les propriétés bénéfiques pour la santé des huiles obtenues à partir de créatures marines ont capté beaucoup l’attention des scientifiques. Les mécanismes par lesquels ces huiles ont des effets bénéfiques sur la santé ne sont pas entièrement compris. Ils font l’objet d’une recherche scientifique intensive.

Ce que l’on sait, c’est que les extraits d’une certaine espèce de krill antarctique ont une teneur élevée en acides gras oméga-3 à longue chaîne. « Ces acides gras sont importants dans le cerveau avec divers rôles allant du maintien de la structure et de la fonction cérébrales et servent de blocs de construction essentiels des membranes cellulaires saines », expliquent les auteurs de l’étude. 

Crédit photo : Unsplash/Derek Oyen
Le krill est un type de petits crustacés que l’on trouve à travers les océans du monde.

Dans l’huile de krill, ces acides sont principalement liés aux phospholipides, des composés qui améliorent l’absorption tissulaire de la substance et facilitent son administration efficace au cerveau. L’un des avantages pour la santé des huiles obtenues à partir d’animaux marins sont leurs effets possibles sur les processus biologiques liés au vieillissement. Le vieillissement est le principal facteur de risque de nombreuses maladies majeures. Les scientifiques espèrent que l’interférence avec les processus biologiques responsables du vieillissement pourrait prolonger la durée de vie en bonne santé des individus.

L’huile de krill reconnecte des programmes d’expression génique distincts qui contribuent à réduire un certain nombre de changements chimiques liés au vieillissement dans la cellule.

Des études antérieures ont montré que l’huile de krill peut prolonger la durée de vie d’un type de ver (nématodes) d’environ 4 jours. Les auteurs de l’étude, Tanima SenGupta, et ses collègues ont voulu explorer davantage ce phénomène, pour tester si cet effet pourrait être basé sur la lutte contre les processus liés au vieillissement et voir également si des effets similaires peuvent être observés dans les cellules humaines.

Crédit photo : Pexels/Pixabay
La perte des neurones dopaminergiques est associée au développement de la maladie de Parkinson.

Lien avec la maladie de Parkinson

Les chercheurs voulaient particulièrement se concentrer sur l’étude des effets de l’huile de krill sur les neurones dopaminergiques. Ces neurones se trouvent dans le mésencéphale et sont la principale source du neurotransmetteur dopamine. Leur perte est associée au développement de la maladie de Parkinson, qui est l’un des troubles neurologiques humains les plus importants.

Les chercheurs ont cultivé plusieurs souches de nématodes en utilisant des procédures spécifiées avec précision. Ceux-ci comprenaient des souches transgéniques qui avaient certains gènes humains, des souches précédemment utilisées pour étudier la maladie de Parkinson en utilisant ces animaux comme modèle. Ces nématodes sont de bons modèles pour étudier les neurones humains car leurs propres cellules nerveuses ont des propriétés très similaires à celles des humains. Cela signifie que les effets observés chez ces nématodes particuliers sont très probablement les mêmes que ceux qui seraient trouvés si les neurones dopaminergiques humains étaient étudiés.

Les chercheurs ont également cultivé une lignée cellulaire fibroblastoïde humaine. Ces cellules produisent le cadre structurel des tissus et jouent un rôle essentiel dans la cicatrisation des plaies. Ils ont ensuite effectué un certain nombre de procédures pour faire des cellules des nématodes Caenorhabditis elegans de bons modèles de neurones dopaminergiques chez l’homme et pour tester les effets d’intérêt sur eux. Ils ont divisé les animaux en 2 groupes, l’un a été nourri avec de l’huile de krill et l’autre non.

Les résultats ont montré que l’huile de krill reconnecte des programmes d’expression génique distincts qui contribuent à atténuer plusieurs caractéristiques du vieillissement. Il s’agit notamment du stress oxydatif, du stress protéotoxique, de la sénescence, de l’instabilité génomique et du dysfonctionnement mitochondrial. L’huile de krill a augmenté la résilience des neurones grâce à un processus appelé recâblage du transcriptome temporel qui favorise le stress antioxydant et anti-inflammatoire. L’huile de krill a également favorisé la survie des neurones dopaminergiques par la régulation de la transmission synaptique et des fonctions neuronales via certains gènes (PBO-2 et RIM-1).

« Nous montrons que l’huile de krill protège les neurones dopaminergiques de la dégénérescence liée à l’âge et améliore le comportement et la cognition dopaminergiques dans les modèles de la maladie de Parkinson de C. elegans. Nous montrons que l’huile de krill favorise un vieillissement en bonne santé en contrecarrant de nombreux processus qui conduisent au vieillissement. Plus précisément, l’huile de krill supprime l’accumulation de dommages oxydatifs à l’ADN, contrecarre la perte de potentiel et de fonction de la membrane mitochondriale, supprime la sénescence et réduit l’agrégation α-SYN chez les animaux âgés », concluent les auteurs de l’étude.

L’étude apporte une contribution importante à la connaissance scientifique de la biochimie du vieillissement. Cependant, il a aussi des limites qui doivent être prises en compte. Notamment, l’étude était basée sur des modèles de nématodes de neurones dopaminergiques humains auxquels l’huile de krill a été administrée. Il est possible que ses effets chez l’homme diffèrent.

SOURCE : PsyPost
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Les croyances limitantes affectent l’amour de soi

Prochain article

Molécule océanique VS maladie de Parkinson

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.