Crédit photo : The Sydney Morning Herald / Les exercices de respiration sont essentiels à l’équilibre, à la stabilité et à notre capacité à progresser en toute sécurité vers la vieillesse
/
361 vues
6 minutes de lecture

La clé d’une vie plus longue du Dr Attia

Quels sont vos projets pour vos dernières décennies et comment envisagez-vous le reste de votre vie ? Ce sont les deux questions que le Dr Peter Attia pose à tous ses patients.

Publié dans The Sydney Morning Herald par Sarah Berry

L’objectif est double : recentrer l’attention des gens sur la durée de leur vie et les sensibiliser à l’inclination humaine pour la gratification instantanée, plutôt que pour les Attiagains futurs potentiels, en particulier lorsqu’ils requièrent des efforts. Cependant, selon un médecin formé à Stanford spécialisé dans la science de la longévité, beaucoup d’entre nous ont vécu la lente agonie d’un être cher, qui était toujours en vie mais affaibli par une maladie physique, mentale ou les deux.

Crédit photo : The Sydney Morning Herald
Le Dr Peter Attia

Dans son nouveau livre « Outlive », actuellement en tête de la liste des best-sellers du New York Times, Attia soutient qu’il n’est pas inévitable que notre vie se déroule ainsi. Nous avons la capacité de vivre plus longtemps et en meilleure santé, en atteignant notre lit de mort après avoir pleinement vécu jusqu’à la fin. Cependant, la méthode pour y parvenir demeure une question à un million de dollars.

Dans son livre, Attia explore différentes méthodes pour retarder le déclin du cerveau et du corps. Il affirme que l’exercice est la « drogue » de longévité la plus puissante parmi ces méthodes. Le père de trois enfants âgé de 50 ans explique qu’il avait l’habitude de privilégier la nutrition par rapport à tout le reste. Cependant, il reconnaît maintenant que les données sont claires : l’exercice est non seulement capable de retarder la mort réelle, mais il peut également prévenir le déclin cognitif et physique mieux que toute autre intervention.

Crédit photo : The Sydney Morning Herald
L’exercice aérobique, comme la course, est lié à la longévité

Attia est agacé par les termes généraux et trop larges de l’exercice et des directives exigeant au moins 30 minutes d’activité physique modérée cinq jours par semaine. Depuis son domicile à Austin, au Texas, le médecin de Chris Hemsworth et Hugh Jackman souligne lors d’un appel vidéo que ces directives en matière d’activité physique ont du mérite, mais il précise également que seulement environ 30% des Australiens les respectent.

« Passer de zéro exercice à environ trois heures par semaine conduit probablement à une réduction relative d’environ 40 à 50% de la mortalité toutes causes confondues », explique Attia, qui a récemment figuré dans la série documentaire Limitless. « Et on croit que vous pouvez obtenir plus de conformité si vous créez la norme minimale par opposition à une norme optimale. »

Pratiquer une activité physique de 30 minutes par jour améliore non seulement la santé mais ajoute également environ cinq ans à son espérance de vie

Il est suggéré que si chaque individu pratique une activité physique de 30 minutes par jour et maintient un poids santé, il/elle pourrait non seulement améliorer sa santé mais également ajouter environ cinq ans à son espérance de vie. Cependant, une question se pose : comment serait-il agréable d’avoir 10 à 15 ans de plus ? Et cela ne serait véritablement bénéfique que si cela s’accompagnait d’une qualité de vie considérablement meilleure. Pour moi, l’indicateur pertinent serait de pouvoir fonctionner à l’âge de 80 ans comme une personne de 60 ans, en bonne santé et en forme.

Crédit photo : Unsplash/Karsten Winegeart
L’exercice est la « drogue » de longévité la plus puissante parmi les différentes méthodes pour retarder le déclin du cerveau et du corps

Selon l’auteur, pour maintenir notre santé et notre forme physique à l’âge de 80 ans, afin de nous sentir aussi bien qu’une personne de 60 ans, il est crucial de diviser l’exercice en quatre parties principales. Ces parties comprennent la force musculaire, la stabilité, l’efficacité aérobie et la capacité aérobie maximale. En travaillant sur chacune de ces composantes, nous pouvons améliorer notre santé globale et augmenter nos chances de vivre une vie active et indépendante, même à un âge avancé où la santé et la durée de vie peuvent être limitées.

La force

Il est donc essentiel de prévenir ces pertes pour soutenir et protéger notre corps à mesure que nous vieillissons. En effet, cela nous permet de maintenir notre fonction, stimuler la croissance osseuse, réduire notre risque de chute et de fragilité, mais aussi de maintenir notre santé métabolique.

En termes pratiques, si nous souhaitons être capables de passer du temps avec nos petits-enfants en jouant avec eux, faire du shopping ou voyager en toute aisance, et être en mesure de soulever une valise, nous devons travailler sur notre force dès maintenant. Il est important de prendre en compte la diminution de notre force musculaire, qui peut être de l’ordre de 8 à 17 % par décennie. Cela signifie que si nous voulons être capables de porter confortablement un enfant pesant 15 kilogrammes dans les décennies à venir, nous devons être en mesure de soulever au moins 25 kilogrammes aisément dès maintenant.

La stabilité

Attia souligne que la force, sans stabilité, peut causer des blessures presque inévitables. Selon lui, sans stabilité, « vous êtes arrosé ». Toutefois, la stabilité ne se limite pas à des muscles centraux forts. En réalité, cela commence par notre respiration. Une respiration calme peut stabiliser notre système nerveux et favoriser un équilibre mental, ce qui a également des effets sur notre fonction physique. Attia écrit : « Une respiration inadéquate ou chaotique peut altérer notre contrôle moteur et nous rendre vulnérables aux blessures ».

Dans le monde réel, cela signifie que, par exemple, quelqu’un qui respire mal en pelletant dans son jardin court un risque accru de blessure. Pour maintenir un équilibre, une stabilité et une progression sécuritaire en vieillissant, il est essentiel de pratiquer des exercices de respiration ainsi que des exercices où nous nous entraînons à rester debout sur un pied à la fois.

L’efficacité aérobie

Augmenter notre capacité aérobique ne se limite pas seulement à vivre une décennie de plus par rapport à une personne sédentaire. En réalité, cela améliore également notre qualité de vie en nous permettant de marcher, courir, nager, faire de la randonnée, danser, voyager, faire du shopping, ou avoir des relations sexuelles, peu importe nos préférences. Cela nous permet de profiter pleinement de toutes les activités qui nous tiennent à cœur.

En outre, l’exercice aérobique a un effet bénéfique sur nos mitochondries. Ces petites centrales cellulaires brûlent le glucose et les graisses pour produire de l’énergie, ce qui est essentiel pour notre santé métabolique. Heureusement, l’entraînement de la zone 2, qui implique un rythme modéré qui permet de tenir une conversation, est idéal pour favoriser des mitochondries en bonne santé.

Si vous êtes peu en forme physiquement, vous pouvez viser deux séances de 30 minutes par semaine. Pour Attia, l’objectif est de faire quatre séances d’une heure par semaine sur son vélo tout en écoutant un livre audio. Selon lui, la zone 2 présente également un avantage secondaire : elle améliore la cognition en augmentant le flux sanguin vers le cerveau et en stimulant la production de BDNF, un facteur neurotrophique dérivé du cerveau. Attia souligne que c’est une partie importante de la prévention de la maladie d’Alzheimer.

VO2 Max

La mesure de notre capacité maximale d’utilisation de l’oxygène, appelée VO2 max, est souvent associée aux athlètes, mais elle est pertinente pour tout le monde. Attia explique que le VO2 max est étonnamment prédictif de l’espérance de vie. Selon une grande étude mentionnée dans le livre, passer simplement de la forme physique la moins performante (25e percentile inférieur) à une forme physique inférieure à la moyenne (50e percentile) en mesurant le VO2 max, réduit le risque de décès prématuré de près de moitié.

Attia affirme que toute augmentation de votre VO2 max aura un impact positif sur votre vie. Il souligne que l’avantage est que nous pouvons toujours améliorer notre VO2 max grâce à l’entraînement. Même l’ajout d’une ou deux séances d’entraînement VO2 max par semaine, où nous nous entraînons intensément pendant plusieurs courtes rafales (quelques minutes à la fois), peut être bénéfique. Cependant, les débutants devraient d’abord consulter leur médecin généraliste avant de commencer un tel entraînement.

Attia, dont le livre a pris près de sept ans à écrire, affirme que commencer à ajouter ces pièces au puzzle de notre vie peut faire une grande différence pour savoir si nous vivons le reste de notre vie de manière satisfaisante. « Je pense qu’au début de ce livre, il s’agissait d’une quête d’immortalité, et je pense qu’à la fin, c’est une quête d’une vie meilleure. »

SOURCE : The Sydney Morning Herald
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Un somnifère pourrait prévenir Alzheimer

Prochain article

Les exosomes représentent l’avenir en somme.

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.