Crédit photo : Pixabay/fab_photos / L'activité cognitive est bénéfique pour le bien-être en vieillissant
/

La lecture, l’écriture et les jeux retardent l’apparition d’Alzheimer de 5 ans

Bénéfice d'un mode de vie avec une activité cognitive soutenue

195 vues
Publié dans Medical News Today

Une enquête a été menée pour étudier le lien entre l’activité cognitive stimulante et le déclenchement de la maladie d’Alzheimer. Les résultats suggèrent que s’engager dans des activités telles que la lecture, l’écriture et les jeux pourrait rendre le cerveau plus résistant à cette maladie.Selon les chercheurs, les adultes plus âgés qui participent à ces activités pourraient retarder l’apparition de la maladie d’Alzheimer de 5 ans.

Crédit photo : Pixabay/Tumisu
Les premiers signes de la maladie d’Alzheimer incluent des problèmes de mémoire et de confusion

La maladie d’Alzheimer (MA) est un trouble neurologique qui a touché environ 5,8 millions de personnes aux États-Unis en 2020, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Les premiers signes incluent des problèmes de mémoire et de confusion, tandis que les symptômes plus sévères comprennent des difficultés de communication et des crises. Malheureusement, il n’existe actuellement aucun moyen de prévenir, guérir ou stopper la progression de la MA.

Des études précédentes ont découvert que les activités cognitives stimulantes, comme la lecture, étaient liées à un risque réduit de déclin cognitif. Certains suggèrent que ces activités peuvent retarder l’apparition de symptômes cognitifs liés à la MA en renforçant la réserve cognitive – une réserve de capacités mentales qui varie d’une personne à l’autre et se développe tout au long de la vie.

Depuis un certain temps déjà, les chercheurs ont observé une association entre une activité cognitive plus élevée et un risque réduit de développer la maladie d’Alzheimer. Cependant, la solidité de ce lien et les raisons qui le sous-tendent sont restées floues.

Crédit photo : Pexels/Tumisu
Des activités telles que les jeux pourraient rendre le cerveau plus résistant à la maladie d’Alzheimer

Récemment, des scientifiques du Rush University Medical Center de Chicago ont mené une étude pour examiner comment les niveaux d’activité cognitive sont liés à l’âge de début de la maladie d’Alzheimer, ainsi qu’à d’autres facteurs.

Le Dr Robert Wilson, auteur principal de l’étude, a déclaré à Medical News Today : « J’étais confiant que l’activité cognitive élevée serait associée à un début plus tardif de la démence, mais j’étais incertain quant à l’ampleur de cette association. »

« L’étude suggère qu’un mode de vie avec une activité cognitive soutenue peut retarder l’apparition des symptômes cognitifs de la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles connexes de plusieurs années, réduisant ainsi considérablement la période pendant laquelle on peut se retrouver en état de déficience cognitive au cours de sa vie. Nous avons posé des questions sur les activités cognitives stimulantes de la vie quotidienne, comme la lecture d’un journal ou d’un livre, ou la visite d’une bibliothèque ; et c’est l’activité cognitive à un âge avancé qui s’est avérée être la plus protectrice », a-t-il ajouté. Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Neurology.

L’activité cognitive à un âge avancé qui s’est avérée être la plus protectrice

Examens cliniques :

Les chercheurs ont étudié les données de 1 903 personnes, dont l’âge moyen était de 79,7 ans, qui étaient inscrites au projet de recherche longitudinal sur le vieillissement et la démence de Rush, connu sous le nom de « Rush Memory and Aging Project ».

Crédit photo : Pexels/Thought Catalog
Les adultes plus âgés qui participent à ces activités entre autre la lecture pourraient retarder l’apparition de la maladie d’Alzheimer de 5 ans

Au début de l’étude, aucun des participants n’avait reçu de diagnostic de démence.

Après leur inscription, les participants ont répondu à sept questions pour évaluer leur niveau d’activité cognitive. Ces questions portaient notamment sur le temps passé à lire chaque jour, la fréquence à laquelle ils écrivaient des lettres et la fréquence à laquelle ils jouaient à des jeux tels que les cartes, les dames et les casse-tête.

L’équipe a également recueilli des informations sur l’activité cognitive au début de la vie, la solitude et la participation à des activités sociales, y compris les visites chez des amis ou des proches. Chaque participant a également accepté de se soumettre à des évaluations cliniques annuelles, comprenant un bilan de santé, un examen neurologique et une série de 19 tests cognitifs, ainsi qu’une autopsie cérébrale après le décès.

Les chercheurs ont suivi les participants pendant près de 7 ans en moyenne. Au total, ils ont autopsié les cerveaux de 695 participants après leur décès.À la fin de l’étude, 457 participants ont développé la maladie d’Alzheimer. Ils étaient en moyenne plus âgés au début de l’étude et avaient légèrement moins d’années d’éducation que les autres participants.

Ceux ayant les niveaux les plus élevés d’activité cognitive en vieillissant ont développé la maladie d’Alzheimer en moyenne à l’âge de 93,6 ans. En revanche, ceux ayant les niveaux les plus bas d’activité cognitive en vieillissant ont développé la maladie à l’âge de 88,6 ans.

Les chercheurs ont ensuite réalisé d’autres analyses et ont constaté que le niveau d’éducation, le sexe, l’activité cognitive au début de la vie, la prédisposition génétique à la maladie d’Alzheimer, l’activité sociale et la solitude avaient peu ou pas d’incidence sur l’incidence de la maladie. Cela suggère que l’activité cognitive pendant la vieillesse est le facteur le plus significatif dans le développement de la maladie.

Renforcer la résilience du cerveau :

Les chercheurs indiquent que les mécanismes sous-jacents au lien entre l’activité cognitive et la maladie d’Alzheimer (AD) demeurent incertains. Avant de conclure leur étude, ils ont émis l’hypothèse que des niveaux faibles d’activité cognitive pourraient être un signe précoce de la maladie d’Alzheimer.

Ainsi, plutôt que de considérer une baisse de l’activité cognitive comme un facteur de risque accru de démence, comme l’expliquent les auteurs, « il est possible qu’un faible niveau d’activité cognitive soit un signe précoce de la maladie sous-jacente plutôt qu’un véritable facteur de risque ».

Cependant, lors de l’analyse des autopsies cérébrales, ils ont constaté qu’il n’y avait pas de lien entre l’activité cognitive et les marqueurs post-mortem de la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs suggèrent qu’une explication plus plausible est que les activités cognitivement stimulantes entraînent des changements dans la structure et le fonctionnement du cerveau qui renforcent la réserve cognitive. L’engagement régulier dans ces activités pourrait renforcer certains systèmes neuronaux, ce qui nécessiterait alors davantage de dommages avant qu’ils ne cessent de fonctionner.

James Rowe, professeur de neurologie cognitive à l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, qui n’a pas participé à l’étude, déclare à MNT : « On pourrait dire que l’activité cognitive tout au long de la vie retarde les symptômes mais ne stoppe pas la maladie sous-jacente (pathologie). En d’autres termes, cette activité vous procure une ‘réserve’ qui vous rend ‘résilient’ face à la présence de la pathologie de la maladie d’Alzheimer dans le cerveau, ce qui vous permet de mieux fonctionner plus longtemps. »

Les scientifiques concluent qu’un mode de vie cognitivement actif à un âge avancé peut retarder le début de la maladie d’Alzheimer de 5 ans.

Une limitation majeure de la recherche est que l’étude a été menée sur un groupe sélectionné principalement constitué de participants blancs et bien éduqués. Les chercheurs suggèrent que les futures recherches devraient vérifier si les résultats s’appliquent également à des groupes plus diversifiés de personnes avec une plus large gamme d’expériences cognitives.

Claire Sexton, directrice des programmes scientifiques et des activités de sensibilisation à l’Association Alzheimer, déclare à MNT : « De plus en plus de preuves suggèrent que l’engagement cognitif peut être un facteur de risque modifiable pour la démence. Cette étude contribue à la littérature en indiquant que maintenir une activité cérébrale avec des activités stimulantes peut retarder l’âge auquel la démence se développe. »

Elle ajoute : « Des études interventionnelles supplémentaires sont nécessaires auprès de populations diversifiées pour tenir compte des niveaux variables d’éducation. Ce travail est déjà en cours – la stimulation cognitive est l’une des interventions qui sera étudiée dans le cadre de l’essai clinique POINTER de l’Association Alzheimer. »

Le professeur Rowe explique : « Les chercheurs montrent que même si l’activité cognitive ne modifie pas la présence ou la gravité des changements cérébraux liés à la maladie d’Alzheimer, votre cerveau parvient à mieux faire face à la pathologie. La conséquence est un déclin fonctionnel retardé (c’est-à-dire une perte de mémoire au point d’interférer avec la vie quotidienne). »

Il ajoute : « Ils montrent clairement que l’activité cognitive est bénéfique pour votre bien-être en vieillissant, et c’est un message important à diffuser. Il ne s’agit pas seulement de ce qu’il faut faire après l’apparition de symptômes de perte de mémoire ou de démence, mais de prévenir la démence en étant actif plus tôt dans la vie. Cela fait partie d’un changement plus global, passant d’un simple traitement de la démence à la préservation de la santé du cerveau. »

SOURCE : Medical News Today
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

L’agent secret oméga-3

Prochain article

Goya: Le secret de longévité d’Okinawa et de Chantal

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.