Crédit photo : Wired/Adventtr/Getty images / La période de vie en bonne santé peut sembler moins attrayante que la recherche sur la longévité
/

Enquête sur la quête de la longévité

Découvrir le secret pour vivre une vie plus longue et en meilleure santé

195 vues
Publié dans Wired par Matt Reynolds

L’étude des individus qui dépassent largement l’âge de 100 ans pourrait permettre de découvrir le secret pour vivre une vie plus longue et en meilleure santé. Cependant, les statistiques racontent une tout autre histoire.

Jean-Marie Robine n’est pas impressionné par votre grand-mère centenaire. Certes, elle est vive pour son âge, mais atteindre 100 ans, est-ce vraiment si extraordinaire ? Robine, démographe et chercheur en longévité, constate qu’en France seulement, il y a 30 000 centenaires, soit 30 fois plus qu’il y a cinquante ans. Si l’on considère tous les centenaires dans le monde, leur nombre atteint 570 000. Souffler les bougies d’un gâteau d’anniversaire à 100 ans est agréable, mais de nos jours, cela n’a rien d’exceptionnel.

Crédit photo : Pixabay/Brenda Geisse
En France seulement, il y a 30 000 centenaires, soit 30 fois plus qu’il y a cinquante ans

Repousser les limites de la durée de vie humaine ?

Pour réellement susciter l’intérêt de Robine, il faut relever un peu les enjeux de la longévité. Il est un expert des supercentenaires, ces personnes qui vivent jusqu’à 110 ans, voire plus. Dans les années 1990, Robine a contribué à valider l’âge de la personne la plus âgée ayant jamais vécu. Née en 1875, Jeanne Calment a survécu à vingt présidents français avant de décéder en 1997 à l’âge de 122 ans, cinq mois et quinze jours. Depuis lors, Robine s’est fait collectionneur de personnes extrêmement âgées, participant à la gestion d’une des bases de données les plus vastes et les plus détaillées sur les très vieux.

Pour Robine, chaque supercentenaire est une donnée cruciale dans la quête de répondre à une grande question : y a-t-il une limite supérieure à la durée de vie humaine ? « Il y a encore tant de choses que nous ne savons pas. Et nous détestons cela », affirme Robine. Mais il existe une question encore plus fondamentale qui remet en question l’ensemble du domaine de la recherche sur la longévité. Et si, dans notre quête pour repousser les limites de la durée de vie humaine, nous cherchions des réponses aux mauvais endroits ?

Crédit photo : Pixabay/jeltevanoostrum
Le Japon, par exemple, a plus de centenaires par habitant que n’importe quel autre pays

Des réponses divergentes

Si vous avez déjà lu une interview d’un supercentenaire, il y a une question qui revient systématiquement : quel est le secret ? Eh bien, les réponses divergent. Le secret, c’est la bienveillance. Ne pas avoir d’enfants. Se connecter avec la nature. Éviter les hommes. Ou bien, être marié. Fumer trente cigarettes par jour. Ne pas fumer trente cigarettes par jour. Boire du whisky. S’abstenir totalement d’alcool. Nous fouillons la vie des super-vieux pour trouver des indices sur la façon dont nous devrions vivre notre propre existence.

Cependant, selon Robine, il s’agit d’une mauvaise approche de la question. Sa méthode consiste à prendre du recul, à observer combien de supercentenaires ont existé, et à étudier leurs périodes de vie et de décès. Les limites de la longévité humaine ne se trouvent pas en examinant des individus, selon lui, mais en étudiant collectivement les personnes qui vivent très longtemps. C’est un casse-tête statistique : pour le résoudre, il faut connaître exactement le nombre de personnes décédées à l’âge de 111, 112, 113, et ainsi de suite, afin de déterminer la probabilité qu’un supercentenaire n’atteigne pas son prochain anniversaire.

Les limites de la longévité humaine ne se trouvent pas en examinant des individus mais en étudiant collectivement les personnes qui vivent très longtemps

Jean-Marie Robine, expert des supercentenaires

En 1825, le mathématicien britannique Benjamin Gompertz a publié l’une des premières tentatives de calculer les limites de la longévité humaine en suivant cette approche. S’appuyant sur les registres de naissance et de décès de Carlisle et de Northampton, Gompertz a calculé comment le risque de mourir évoluait avec l’âge. Il a constaté qu’après la fin de la vingtaine, le risque de décès augmentait continuellement d’année en année. Mais à 92 ans, quelque chose d’étrange s’est produit. Leur chance de mourir dans l’année s’est stabilisée à 25% par an. Cette découverte était surprenante. Elle suggérait à Gompertz qu’il n’y avait pas de limite supérieure au vieillissement humain. Théoriquement, se demandait-il, rien dans ses données ne suggérait que les humains ne pourraient pas vivre pendant de nombreux, nombreux siècles, tout comme les patriarches de la Bible.

Crédit photo : Pixabay/ Sabine van Erp
Et si, dans notre quête pour repousser les limites de la durée de vie humaine, nous cherchions des réponses aux mauvais endroits ?

Les statistiques sont une science impitoyable

Selon les données de Gompertz, le risque de mourir à l’âge de 92 ans était si élevé qu’il faudrait un nombre incroyablement élevé d’êtres humains pour atteindre cet âge avant de trouver une seule personne ayant vécu jusqu’à 192 ans. Plus précisément, trois milliards d’humains, soit 30 fois plus que le nombre total de naissances jamais enregistrées. Et pourtant, Gompertz était limité par son ensemble de données. Si peu d’individus dépassaient l’âge de 90 ans qu’il lui était difficile de connaître avec précision les taux de mortalité aux âges très avancés. Ses résultats indiquaient-ils une limite infranchissable de la durée de vie humaine, ou simplement une limite temporaire pouvant être repoussée grâce aux progrès de la médecine ?

Les démographes modernes ont repris là où Gompertz s’était arrêté, parfois avec des résultats surprenants. En 2016, Jan Vijg et ses collègues de l’Albert Einstein College of Medicine de New York ont conclu que les taux de mortalité après l’âge de 100 ans augmentent rapidement, fixant une limite à la durée de vie humaine d’environ 125 ans. Deux ans plus tard, un autre groupe de démographes, dirigé cette fois par Elisabetta Barbi à l’Université Sapienza de Rome, est parvenu à la conclusion opposée. Elle affirmait que les taux de mortalité humaine augmentent de manière exponentielle jusqu’à l’âge de 80 ans, puis ralentissent et se stabilisent après 105 ans. Les recherches de Barbi ont soulevé la perspective séduisante qu’il n’y ait aucune limite supérieure à la durée de vie humaine, tout comme Gompertz s’était interrogé.

Si les taux de mortalité se stabilisent réellement à un certain âge, alors la longévité extrême n’est qu’un jeu de chiffres, affirme Robine. Imaginons que dix personnes atteignent l’âge de 110 ans et que le risque de décès pour chacune d’elles se stabilise à 50 % chaque année suivante. On pourrait alors s’attendre à ce que cinq d’entre elles atteignent l’âge de 111 ans, deux ou trois atteignent 112 ans, une ou deux atteignent 113 ans, seulement une atteigne 114 ans et personne n’atteigne 115 ans. Pour augmenter les chances qu’une personne atteigne 115 ans, il faudrait doubler le nombre de personnes atteignant l’âge de 110 ans, et ainsi de suite. En d’autres termes, la limite supérieure de la durée de vie dépend simplement du nombre de personnes qui ont survécu à l’année précédente. Cependant, ces chiffres dépendent tous de la position et de la nature exacte du plateau de mortalité. Le problème est que les données disponibles pour effectuer ce calcul ne sont pas très bonnes.

La meilleure base de données mondiale sur la mortalité est la Human Mortality Database, mais elle regroupe tous les individus de plus de 110 ans dans un seul groupe. Il y a également l’International Database on Longevity (IDL), un ensemble de données qui inclut des personnes vivantes et décédées ayant atteint l’âge de 105 ans et plus, et que Robine a contribué à créer en 2010. À son apogée, l’IDL disposait de données provenant de 15 pays, mais les réglementations de protection des données de plus en plus strictes signifient que la couverture des données les plus récentes est irrégulière. Certains pays ont même partiellement retiré les données qu’ils avaient incluses.

Le Japon, par exemple, a plus de centenaires par habitant que n’importe quel autre pays, mais en 2007, son ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales a réduit la quantité de données disponibles sur ses centenaires, ce qui signifie que l’une des sources les plus riches en personnes ayant une longévité extrême ne fournit plus d’informations utiles. De plus, dans les pays produisant de bonnes données, le processus de validation et de recherche des actes de naissance pouvant remonter au début du XIXe siècle reste laborieux et frustrant. Pour valider l’âge de Jeanne Calment, Robine a interrogé la supercentenaire sur sa jeunesse, vérifiant ses réponses auprès des registres d’église, des recensements et des certificats de décès. Malgré cela, l’IDL ne contient des enregistrements que sur près de 19 000 individus, vivants et décédés, provenant de 13 pays. Mais pour Robine, il est essentiel de collecter encore plus de données.

Jay Olshansky, un épidémiologiste de l’Université de l’Illinois à Chicago, ami de Robine, a une vision différente de la question. Selon Olshansky, que les taux de mortalité se stabilisent ou continuent d’augmenter n’a probablement aucune importance. La simple difficulté à générer des taux de mortalité fiables au-delà de 110 ans nous dit tout ce que nous devons savoir sur la limite supérieure de la longévité humaine. Le fait qu’il y ait si peu de supercentenaires indique que nous avons déjà atteint la limite supérieure de la longévité humaine. Selon Olshansky, en tant que seule personne à avoir jamais vécu au-delà de 120 ans, Jeanne Calment est simplement une exception statistique. D’autres personnes pourraient battre son record de quelques années, mais cela ne signifie pas que la durée de vie humaine continue d’augmenter sans fin.

Une obsession pour une durée de vie ultra-longue

En fait, Olshansky pense que notre obsession pour les individus ayant une longévité ultra-longue est une approche erronée. Selon lui, étudier ces personnes extrêmement âgées revient à étudier Usain Bolt en course et dire : « Oui, nous pouvons tous courir aussi vite ». Les considérer comme un exemple de ce qui est possible pour tout le monde est naïf. Au contraire, Olshansky affirme que la quête de la longévité dans les pays développés est déjà en grande partie terminée. Nous vivons déjà des vies exceptionnellement longues, souligne-t-il. En 1990, Olshansky a rédigé un article soutenant que l’élimination de toutes les formes de cancer, qui était responsable de 22 % des décès aux États-Unis à l’époque, n’ajouterait que trois ans à l’espérance de vie moyenne aux États-Unis. Une fois arrivé à un certain âge, si une chose ne vous tue pas, autre chose se profile à l’horizon pour le faire.

Olshansky soutient que nous devrions recentrer notre attention sur l’aide aux personnes pour vivre des vies plus saines plutôt que de nous concentrer uniquement sur la durée de vie globale. Juulia Jylhävä, une chercheuse principale à l’Institut Karolinska en Suède et consultante scientifique chez MedEngine, une entreprise de science des données médicales basée en Finlande, partage cette opinion. Selon Jylhävä, nous devrions nous concentrer davantage sur la santé en tant que période de vie en bonne santé et sur la manière de maintenir non seulement la santé, mais aussi les capacités fonctionnelles.

La période de vie en bonne santé, c’est-à-dire les années vécues en bonne santé, peut sembler moins attrayante que la recherche sur la longévité, mais trouver des moyens d’aider les gens à vivre des vies plus saines pourrait avoir un impact bien plus important que de simplement prolonger la durée de vie de quelques années. Une partie importante de l’extension de la vie en bonne santé consiste à déterminer quand les gens commencent à décliner sur le plan de la santé et quels sont les premiers indicateurs de ce déclin. L’une des façons d’y parvenir est d’examiner la fragilité, qui prend généralement en compte des facteurs tels que l’isolement social, la mobilité et les problèmes de santé pour établir un score global de fragilité. En Angleterre, le Service national de santé calcule automatiquement les scores de fragilité pour toutes les personnes de 65 ans et plus, dans le but d’aider les gens à vivre de manière autonome plus longtemps et d’éviter les deux principales causes d’hospitalisation des personnes âgées : les chutes et les réactions indésirables aux médicaments.

Cependant, Jylhävä suggère que les indicateurs de fragilité pourraient être utiles dès un âge plus précoce. Elle a observé que des scores de fragilité élevés étaient associés à des risques de mortalité plus élevés chez les personnes âgées, mais cette association était particulièrement marquée à l’âge de 50 ans, où une augmentation du score de fragilité indiquait une augmentation considérable du risque de décès. Selon Jylhävä, cela démontre que l’évaluation de la fragilité à l’âge de 65 ans intervient trop tard. Plutôt que de chercher les clés d’un vieillissement en bonne santé chez les supercentenaires, nous devrions plutôt nous pencher sur le moment et la raison pour lesquels les personnes plus jeunes commencent à décliner sur le plan de la santé.

Bien sûr, les vies des supercentenaires nous donnent quelques indications sur les éléments nécessaires pour vivre une très longue vie. Nous savons, par exemple, que la longévité est influencée par des facteurs génétiques chez les animaux et les humains. Plus tôt cette année, une religieuse française nommée Lucille Randon est décédée à l’âge de 118 ans et 340 jours. Robine examine sa généalogie pour déterminer si elle avait, tout comme Jeanne Calment, des ancêtres qui ont vécu exceptionnellement longtemps. En identifiant des familles de personnes qui ont une longévité remarquable, on pourrait découvrir davantage de gènes liés à une vie plus longue. Cependant, même les individus bénéficiant de gènes particulièrement favorables et parvenant à atteindre l’âge de 110 ans ou plus restent des exceptions statistiques extrêmes. Alors que les baby-boomers atteignent leur centenaire vers le milieu du XXIe siècle et que le nombre de personnes âgées augmente, on peut s’attendre à une augmentation significative du nombre de personnes très âgées dans les pays développés. Toutefois, cela ne garantit en aucun cas que quelqu’un dépassera les 122 ans de Jeanne Calment.

Peut-être que le véritable secret des supercentenaires réside dans la part de leur durée de vie qui échappe réellement à notre contrôle. Même si de plus en plus de personnes bénéficient de bons gènes, adoptent un mode de vie sain et ont accès à d’excellents soins médicaux, cela ne signifie pas que les records de longévité seront systématiquement battus. Robine, qui paraît beaucoup plus jeune que ses 71 ans, est souvent interrogé sur son secret. Sa réponse habituelle est : « Je connais le secret parce que Jeanne Calment me l’a dit ». Cependant, la vérité est que Calment, contrairement à d’autres supercentenaires, n’a jamais partagé ses astuces pour la longévité avec Robine. Elle n’avait en réalité aucun secret particulier.

SOURCE : Wired
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Ajoutez des années avec la pensée positive !

Prochain article

Elle est née au XIXe siècle !

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.