Crédit photo : Virginia Living / La prescription de Blue Zone s'appuie sur le pouvoir du bonheur, de la stabilité culturelle et de la spiritualité
/

La Virginie, la sixième zone bleue ?

Est-ce que la Virginie a le potentiel de devenir l'un des lieux le plus sain du monde ?

408 vues
Publié dans Virginia Living par Meredith Lindemon

Les scientifiques qui étudient la santé humaine s’intéressent beaucoup au concept d’ « épanouissement ». Bien sûr, tout le monde souhaite vivre plus longtemps, mais la question qui préoccupe les chercheurs est plutôt de savoir comment vivre plus longtemps tout en évitant les maladies et en se sentant bien.

Crédit photo : Shutterstock
Un bien-être holistique qui dépasse le simple fait de bien manger et de faire de l’exercice

Il existe cinq endroits dans le monde où l’on compte plus de centenaires qu’ailleurs. Ces zones ont été décrites pour la première fois dans le livre de Dan Buettner, « Blue Zones », et se situent notamment à Okinawa, au Japon, et à Loma Linda, en Californie. Samantha Harden, une scientifique de Virginia Tech, Ph.D., veut déterminer ce que les habitants de la Virginie peuvent apprendre des Blue Zones. « Essentiellement, je veux créer la sixième Blue Zone du monde en Virginie d’ici 17 ans », déclare-t-elle. En tant que psychologue comportementaliste au département de nutrition humaine, d’aliments et d’exercice à Tech, Harden a axé ses recherches sur la culture de la Blue Zone de la péninsule de Nicoya au Costa Rica. Elle a l’intention de mettre en pratique ses découvertes dans tout l’État de Virginie.

L’état de Virginie : la sixième Blue Zone dans le monde ?

Les communautés de la Blue Zone sont réputées pour leur beauté naturelle et leur climat ensoleillé, mais également pour leur économie florissante et leur stabilité politique. Elles privilégient également le bonheur en ayant des liens sociaux forts et en cultivant un sentiment collectif de spiritualité. Cette combinaison soutient un bien-être holistique qui dépasse le simple fait de bien manger et de faire de l’exercice.

Une communauté axée sur le bien-être, les soins de soi et la pleine conscience

Harden, qui est chercheuse en psychologie comportementale au département de nutrition humaine, d’aliments et d’exercice de Virginia Tech, a concentré ses recherches sur la culture de la Blue Zone de Nicoya, sur la péninsule du Costa Rica. Elle croit que la Virginie peut suivre cet exemple et devenir un modèle pour la santé holistique dans le reste du pays. Selon elle, cela peut se traduire par le bonheur, le contentement ou l’épanouissement, qui sont des notions difficiles à mesurer scientifiquement mais qui sont ressenties par les personnes concernées. 

Dans ses recherches menées au sein du Laboratoire de recherche sur l’activité physique et la mise en œuvre communautaire de Virginia Tech, Harden a constaté que les groupes sociaux ont un pouvoir énorme pour encourager l’activité physique chez leurs membres. Un groupe d’amis qui se réunit régulièrement pour marcher ou jouer au pickleball peut inspirer les autres à rejoindre leur communauté axée sur le bien-être, les soins de soi et la pleine conscience.

Les Zones bleues sont réputées pour leur beauté naturelle et leur climat ensoleillé, mais également pour leur économie florissante et leur stabilité politique

Tester un programme à l’échelle de l’État

La position de Harden à Tech est directement liée à la loi de 2019 du Congrès américain, intitulée Promoting Physical Activity for Americans Act. Harden explique : « L’objectif de ce travail est d’effectuer un changement de politique qui fera de la santé globale, nutrition, activité physique et bonheur, une priorité de santé publique. »

Crédit photo : Pexels/cottonbro studio
Les groupes sociaux ont un pouvoir énorme pour encourager l’activité physique chez leurs membres

Les résultats de ses recherches ont été publiés dans le journal académique Preventing Chronic Disease du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies. En outre, elle est membre d’un sous-comité sur la nutrition et la santé du département américain de l’agriculture. Les programmes phares de Harden, tels que FitEx, des cours de suivi d’activité en équipe, et LIFT, une activité pour les personnes âgées, intègrent le suivi de la condition physique et de la nutrition tout en mettant l’accent sur la pleine conscience et les soins personnels.

Testés auprès des employés de l’État du comté de Bedford, ces programmes seront proposés ce printemps par les bureaux de l’Extension coopérative de Virginie, où les gens pourront rejoindre, établir des liens, être actifs et suivre une alimentation saine.

« Je pense qu’il y a une fausse perception concernant le bien-être », explique Robert Hiss, administrateur du comté de Bedford, qui a participé au programme pilote de Harden. « Les gens pensent que nous voulons qu’ils courent un demi-marathon, mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Ces programmes s’adaptent aux gens là où ils en sont, pour suivre la mobilité et les habitudes alimentaires saines. Vous faites de votre mieux pour augmenter les fruits et légumes, et peut-être ne pas manger autant de choses malsaines. Je pensais que c’était un programme complet. »

« Le facilitateur a rendu cela amusant », ajoute Layney Skinner, coordinatrice marketing du bureau de tourisme du comté de Bedford, qui a également rejoint le programme pilote. « Cela a donné le ton dès le début. Ils ont fait de cela une compétition amicale. Nous avons suivi nos pas, et toute activité que nous avons faite en dehors du programme, même si nous avons passé l’aspirateur dans la maison – nous l’avons suivie comme une activité physique. »

Bonheur, Amitié et Croyance

La prescription de Blue Zone s’appuie sur le pouvoir du bonheur, de la stabilité culturelle et de la spiritualité. Harden déclare que la « connexion humaine est la base d’une société forte ». En vieillissant, on ressent souvent un isolement accru qui peut conduire à la dépression, à des problèmes de mobilité et à l’incapacité de vieillir chez soi.

Selon Harden, notre perception de la vie et notre définition d’une bonne vie peuvent également affecter notre santé. Dans les Blue Zones, le bonheur est considéré comme plus important que les réalisations. Les gens ne voient pas leur vie comme une liste de réussites ou d’échecs. Pour ceux d’entre nous qui sont imprégnés de la culture de consommation, comprendre ce qui importe vraiment peut nécessiter une certaine réflexion.

Harden explique qu’il existe une tendance à penser que le bonheur peut être atteint par l’argent. Cette croyance est basée sur une valeur culturelle américaine unique qui peut conduire à l’insatisfaction, à l’inactivité et à l’instabilité. Le bonheur ne doit pas être lié à une promotion ou à une rénovation de cuisine, mais doit être recherché de manière plus profonde.

Les personnes qui vivent dans les Blue Zones créent également des communautés soudées en acceptant leurs différences, notamment en matière de spiritualité. Selon Harden, il est culturellement important que chaque individu croie en quelque chose de plus grand que lui-même, sans juger les croyances des autres.

La recherche, comme celle menée par Harden, nous permet de mieux comprendre comment un mode de vie axé sur les principes de la nutrition, de l’activité physique, de la connexion sociale, du bonheur et de la spiritualité peut nous aider à adopter une approche holistique de l’auto-soin et du bien-être, favorisant ainsi la santé et la longévité.

SOURCE : Virginia Living
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Opération « zone bleue »

Prochain article

Le secret d’une vie centenaire dévoilé !

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.