Crédit photo : Best Health / Les relations heureuses sont associées à des taux de maladie plus faibles.
/

L’amour pour une vie longue et saine

L’amour nous aide non seulement à vivre plus heureux, mais aussi à vivre plus longtemps.

537 vues
Publié dans Best Health par le Dr Armin A. Zadeh

En quoi l’amour est-il impliqué dans cela ?

D’après une analyse de nombreuses études portant sur des centaines de milliers de personnes, il semblerait que les mariages heureux soient liés à une meilleure santé, tandis que les tensions dans les relations augmentent le stress et le risque de maladie. Maintenir de bonnes relations sociales serait également associé à une mortalité plus faible, tandis que l’isolement social se situe parmi les facteurs de risque les plus importants pour la santé, au même titre que le diabète, l’hypertension artérielle et le tabagisme.

Crédit photo : Pexels/Kampus Production
Le maintien de bonnes relations sociales est associé à une mortalité plus faible.

Cette corrélation ne démontre pas de lien de causalité

Il est difficile de déterminer si l’augmentation de la longévité est directement liée à la relation en elle-même ou à d’autres facteurs associés. Par exemple, il est envisageable que le mariage contribue à une meilleure santé en encourageant une alimentation saine ou de meilleures habitudes de vie. Il est également possible que les personnes en meilleure santé ou celles ayant moins de comportements à risque, tels que la consommation excessive d’alcool ou de drogues, soient plus susceptibles de se marier plus tôt, ce qui pourrait biaiser les résultats de l’analyse.

Crédit photo : Pexels/Kampus Production
Une mortalité plus faible chez les personnes mariées heureuses.

Cependant, des études qui ont pris en compte ces facteurs ont révélé des résultats similaires montrant une mortalité plus faible chez les personnes mariées et heureuses. À l’inverse, le malheur est lié à différents types de dysfonctionnements et de maladies des organes. Des épisodes brefs de colère ont même été associés à un risque accru de crises cardiaques. Par ailleurs, une étude portant sur l’immunité des personnes socialement isolées a montré que celles-ci avaient une fonction immunitaire affaiblie et des niveaux de stress plus élevés que celles ayant de nombreuses relations sociales.

Quand le stress devient ennemi de la santé : les effets néfastes surprenants à connaître

Actuellement, les centres médicaux du monde entier identifient fréquemment un syndrome grave connu sous le nom de « syndrome du cœur brisé », qui est causé par un stress émotionnel aigu et peut entraîner une véritable insuffisance cardiaque.

Une relation amoureuse favorise la libération de l’ocytocine appelée « l’hormone de l’amour ».

Bien que les raisons exactes de l’affaiblissement du muscle cardiaque ne soient pas encore claires, il est établi que des niveaux élevés d’hormones de stress peuvent être responsables du déclenchement du syndrome. Ces hormones sont libérées en réponse à des événements traumatisants tels qu’une rupture amoureuse, une perte personnelle, une peur intense ou une anxiété extrême. Heureusement, de nombreux patients se rétablissent après quelques semaines.

Crédit photo : Pexels/Cottonbro Studio
L’ocytocine est impliquée biologiquement dans la relation amoureuse.

De nombreuses études ont démontré que l’amour a des effets directs sur les fonctions biologiques. En effet, une relation amoureuse favorise la libération de l’ocytocine, souvent appelée « hormone de l’amour ». Cette hormone joue un rôle crucial dans le lien entre une mère et son bébé, en étant notamment libérée après l’accouchement. Dans une relation amoureuse, l’ocytocine est également impliquée biologiquement, ainsi que dans de nombreuses autres relations. Les recherches se penchent actuellement sur ses effets antidépresseurs, en vue d’une possible utilisation clinique.

L’ocytocine peut également réduire les niveaux de l’hormone cortisol, qui sont associés à la privation de sommeil et au stress physique et émotionnel. Le cortisol est connu pour affaiblir notre système immunitaire. Par conséquent, il n’est pas surprenant que des relations heureuses soient associées à des taux de maladie plus faibles.

Une bonne santé émotionnelle mène à une bonne santé physique

Tout comme une bonne santé physique nécessite de l’exercice, une bonne santé émotionnelle exige également un entraînement régulier et conscient. Les séances d’entraînement en santé émotionnelle peuvent inclure des efforts pour se concentrer sur les relations et l’amour, plutôt que sur les objectifs matériels ou professionnels. Cela peut prendre des mois, voire des années de pratique dédiée pour améliorer sa santé émotionnelle. Les schémas de pensée acquis tôt dans la vie ont tendance à se renforcer au fil des années, voire des décennies, ce qui rend leur modification difficile.

Nous avons toujours le choix de laisser nos pensées et nos actions être dirigées par des émotions négatives telles que la colère, la frustration, la jalousie et l’ennui, ou de surmonter ces impulsions et de choisir l’amour. Si nous choisissons l’amour, nous ressentons immédiatement une sensation de calme et de paix, et notre perspective change. Cela fonctionne instantanément et de manière prévisible.

La vie est une question d’équilibre

Même si nous ne pouvons pas maîtriser nos gènes ou les événements qui nous affectent, nous avons le pouvoir de prendre soin de notre esprit et de notre corps en accordant une plus grande importance à l’amour. Cela nécessite de la concentration et de l’engagement, mais les résultats en valent la peine. En consacrant du temps à nos proches, nous favorisons non seulement notre propre bonheur, mais aussi notre santé, augmentant ainsi nos chances d’avoir une vie plus longue et épanouissante.

SOURCE : Best Health
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Pensées négatives, vieillissement cérébral et neurodégénérescence

Prochain article

Guérir et régénérer votre microbiome

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.