Crédit photo : Longevity.Technology/Influence considérable des régimes alimentaires sur la santé neuronal
/

Stimulation du cerveau et régime méditerranéen

Ce type de régime peut ralentir le vieillissement cérébral

194 vues
Publié dans Longevity.Technology par Ivy C

De nouvelles études suggèrent que l’adoption d’un régime méditerranéen pourrait freiner le processus de vieillissement du cerveau. Une étude récente a démontré que la diminution de poids résultant de ce régime entraînait une régression du vieillissement cérébral chez les participants. Pour chaque diminution de 1% de leur poids corporel, l’âge de leur cerveau semblait rajeunir d’environ neuf mois.

Crédit photo : Pexels/SHVETS production
La diminution de poids résultant de ce régime entraînait une régression du vieillissement cérébral

Impact significatif des habitudes alimentaires sur la santé du cerveau

Ces données mettent en évidence l’influence considérable des régimes alimentaires sur la santé neuronale. D’après une recherche récente menée par l’Université Ben Gourion du Néguev, l’adoption d’un régime méditerranéen vert influence de manière bénéfique la santé cérébrale. La sous-étude de l’essai DIRECT-PLUS a démontré que la perte de poids avait pour effet de retarder le vieillissement du cerveau.

DIRECT PLUS a consisté en un essai clinique sur une période de 18 mois, impliquant 300 participants. La sous-étude a été orchestrée par le Professeur Galia Avidan du Département de psychologie, et le Dr Gidon Levakov, un ancien étudiant post-gradué du Département des sciences cognitives et cérébrales. Leurs découvertes ont récemment fait l’objet d’une publication dans la revue eLife.

La recherche détaillée a été orchestrée par la Professeure Iris Shai, qui est affiliée à l’Université Ben Gourion du Néguev, est Professeure adjointe à la Harvard School of Public Health et occupe une chaire honorifique à l’Université de Leipzig en Allemagne. Elle a conduit cette étude avec l’appui de son étudiant postdoctoral, le Dr Alon Kaplan, ainsi qu’avec le concours de ses homologues des universités de Harvard et de Leipzig.

Crédit photo : Pexels/Terje Sollie
L’adoption d’un régime méditerranéen pourrait freiner le processus de vieillissement du cerveau

L’obésité est associée à un vieillissement cérébral plus accéléré que prévu

 Ce phénomène peut être observé par les chercheurs en déterminant « l’âge cérébral » d’un individu c’est-à-dire l’âge que présente son cerveau à l’analyse d’images de résonance magnétique détaillées, indépendamment de son âge réel.

Cette technique offre également la possibilité d’examiner comment des éléments tels que le style de vie peuvent avoir une incidence sur le vieillissement du cerveau à des intervalles de temps relativement brefs.

Levakov, Kaplan, Shai et Avidan ont conduit une recherche sur 102 sujets remplissant les critères de l’obésité.

Au commencement et à la conclusion du programme, les participants ont passé une scintigraphie du cerveau. En plus, une série d’autres tests et mesures ont été réalisés pour évaluer divers processus biologiques influencés par l’obésité, comme la santé hépatique. Pour examiner l’effet de l’intervention axée sur le style de vie sur la progression du vieillissement, des scintigraphies du cerveau ont été réalisées au démarrage et à l’achèvement de l’étude.

Pour chaque diminution de 1% de leur poids corporel, l’âge du cerveau des participants à l’étude semblait rajeunir d’environ 9 mois ! 

L’analyse a démontré qu’une diminution de 1% du poids corporel faisait paraître le cerveau des participants presque neuf mois plus jeune par rapport à l’âge cérébral anticipé après une période de 18 mois. Cette décélération du processus de vieillissement s’est révélée liée à des modifications d’autres indicateurs biologiques, tels que la réduction de la graisse dans le foie et des enzymes hépatiques.

Crédit photo : Pexels/Kindel Media
Importance d’un style de vie sain qui minimise la consommation d’aliments transformés, de sucreries et de boissons pour préserver la santé du cerveau

Préserver la santé du cerveau

Des recherches antérieures ont déjà établi un lien entre une accumulation excessive de graisse dans le foie, la production d’enzymes hépatiques spécifiques, et des conséquences défavorables sur la santé cérébrale, notamment dans le contexte de la maladie d’Alzheimer. Dr Levakov souligne que notre étude met l’accent sur l’importance d’un style de vie sain qui minimise la consommation d’aliments transformés, de sucreries et de boissons pour préserver la santé du cerveau.

De plus, le Professeur Avidan fait remarquer : « Il est réconfortant de constater qu’une réduction de poids même de 1% peut avoir un impact significatif sur la santé du cerveau, ce qui pourrait entraîner un rajeunissement du cerveau de neuf mois. »

En fin de compte, ces résultats suggèrent que les initiatives axées sur l’amélioration des modes de vie, favorisant ainsi la perte de poids, peuvent avoir un impact positif sur le processus de vieillissement du cerveau souvent observé en relation avec l’obésité.

Mesurer l’efficacité des modifications du style de vie sur la santé cérébrale

Les prochaines étapes comprendront notamment la détermination de l’impact du ralentissement du vieillissement cérébral induit par l’obésité sur l’amélioration des résultats cliniques des patients. De plus, l’étude révèle une méthode potentielle pour mesurer l’efficacité des modifications du style de vie sur la santé cérébrale.

Face à l’augmentation des taux d’obésité à l’échelle mondiale, il est crucial d’identifier les interventions qui bénéficient positivement à la santé cérébrale, car cela pourrait avoir des retombées cliniques, éducatives et sociales significatives. Les scientifiques de l’essai DIRECT-PLUS ont introduit l’idée d’un régime méditerranéen vert, riche en polyphénols.

Ce régime méditerranéen modifié se différencie du régime méditerranéen classique de par sa teneur plus élevée en polyphénols alimentaires (composés phytochimiques, métabolites secondaires des plantes offrant divers avantages pour la santé) et sa plus faible consommation de viandes rouges et transformées.

Au fil des 18 mois, les personnes ayant adopté ce régime vert méditerranéen ont ingéré des noix (28 grammes) accompagnées de 3 à 4 tasses de thé vert par jour et 1 tasse de smoothie à base de Wolffia globosa (Mankai), une plante aquatique verte. Cette dernière, riche en fer biodisponible, en vitamine B12, en 200 types de polyphénols et en protéines, s’avère être un substitut adéquat à la viande.

SOURCE : Longevity.Technology
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Possible régénération du cœur !

Prochain article

La cité de la longévité

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.