Crédit photo : Technology Networks / La maladie perturbe, à un stade avancé, la capacité d'une personne à accomplir des tâches quotidiennes essentielles
/
333 vues
6 minutes de lecture

L’effet du sommeil profond sur Alzheimer

Une nouvelle étude explore l'impact du sommeil profond sur la perte de mémoire liée à la maladie d'Alzheimer

Publié dans Technology Networks

Une récente étude menée par l’Université de Californie à Berkeley suggère que le sommeil profond pourrait jouer un rôle protecteur contre la perte de mémoire chez les personnes âgées confrontées à une charge accrue de la maladie d’Alzheimer. 

Crédit photo : Pixabay/Wokandapix
Le sommeil profond peut jouer le rôle d’une « réserve cognitive » en renforçant la résilience contre la bêta-amyloïde

Le sommeil profond, aussi appelé sommeil lent non paradoxal, peut jouer le rôle d’une « réserve cognitive » en renforçant la résilience contre la bêta-amyloïde, une protéine liée à la perte de mémoire dans les cas de démence. Des études antérieures ont déjà établi un lien entre un sommeil perturbé et une accumulation accélérée de bêta-amyloïde dans le cerveau. Cependant, une nouvelle recherche menée par une équipe de l’UC Berkeley révèle que des périodes prolongées de sommeil profond et lent peuvent constituer un facteur de protection contre le déclin de la mémoire chez les individus présentant une forte charge de pathologie liée à la maladie d’Alzheimer. Cette découverte prometteuse pourrait potentiellement atténuer certains des effets les plus dévastateurs de la démence, selon les experts.

« Si vous présentez un certain degré de pathologie cérébrale, cela ne garantit pas nécessairement l’apparition de symptômes cognitifs ou de problèmes de mémoire. », a affirmé la chercheuse postdoctorale Zsófia Zavecz, affiliée au Centre des sciences du sommeil humain de l’UC Berkeley. Il est essentiel que les individus prennent conscience qu’en dépit d’une certaine pathologie, certains aspects de leur mode de vie peuvent contribuer à atténuer et réduire les effets. Le sommeil, notamment le sommeil profond, est l’un de ces facteurs déterminants.

Crédit photo : Pixabay/LATUPEIRISSA
Le sommeil joue un rôle crucial dans la préservation de la fonction de la mémoire malgré la présence de la pathologie cérébrale

Une nouvelle étude, publiée dans la revue BMC Medicine, s’ajoute à une série de recherches approfondies visant à trouver un remède et une prévention totale contre la maladie d’Alzheimer.

Une détérioration des fonctions de la mémoire

En tant que forme de démence la plus répandue, la maladie d’Alzheimer entraîne la détérioration des fonctions de la mémoire et, à un stade avancé, perturbe la capacité d’une personne à accomplir des tâches quotidiennes essentielles. Environ une personne sur neuf âgée de plus de 65 ans est touchée par cette maladie progressive, un chiffre qui devrait augmenter rapidement avec le vieillissement de la génération des baby-boomers.

Ces dernières années, les chercheurs se sont penchés sur les liens entre les dépôts de bêta-amyloïde et la maladie d’Alzheimer, ainsi que sur leur impact sur la mémoire de manière générale. En plus du rôle crucial du sommeil dans la consolidation de la mémoire, l’équipe de l’UC Berkeley a fait une découverte importante : une diminution du sommeil profond chez une personne pourrait être une « boule de cristal » indiquant un taux accru d’accumulation future de bêta-amyloïde dans le cerveau, prédisposant ainsi davantage à l’installation de la démence.

Walker considère le sommeil profond comme un radeau de sauvetage qui maintient la mémoire à flot, plutôt que de la voir entraînée vers le bas par le poids de la pathologie  d’Alzheimer.

On considère généralement que des années d’éducation, d’activité physique et d’engagement social renforcent la résilience d’une personne face à une maladie cérébrale grave. Ces facteurs, connus sous le nom de réserve cognitive, aident à maintenir la clarté mentale malgré la détérioration de la santé du cerveau. Cependant, la plupart de ces facteurs, tels que les années d’études ou la taille du réseau social, ne peuvent pas être facilement modifiés ou ajustés rétrospectivement.

Crédit photo : Pixabay/Gerd Altmann
La maladie d’Alzheimer entraîne la détérioration des fonctions de la mémoire

Selon Matthew Walker, professeur de neurosciences et de psychologie à l’UC Berkeley et auteur principal de l’étude, l’idée de réserve cognitive est devenue un sujet d’intérêt captivant pour les chercheurs dans le domaine du sommeil. « Si nous considérons l’importance du sommeil pour la mémoire », a suggéré Walker, « peut-être que le sommeil pourrait être l’un des éléments manquants dans le puzzle explicatif qui nous permettrait de comprendre précisément pourquoi deux individus souffrant de quantités similaires de pathologie amyloïde, une substance potentiellement dangereuse, présentent des différences significatives dans leur capacité de mémoire. »

Une découverte prometteuse

Il a exprimé son enthousiasme en disant que ce serait fascinant si les résultats validaient l’hypothèse, car le sommeil est une variable sur laquelle nous pouvons agir. Selon lui, c’est un facteur que nous pouvons modifier. Afin d’explorer cette question, une étude a été menée avec la participation de 62 individus issus de l’étude Berkeley Aging Cohort. Ces participants étaient des adultes en bonne santé, sans diagnostic de démence, et ont été placés en laboratoire pour une nuit de sommeil pendant laquelle les chercheurs ont surveillé leurs ondes cérébrales à l’aide d’un électroencéphalographe (EEG). Parallèlement, une tomographie par émission de positrons (TEP) a été utilisée pour mesurer les dépôts de bêta-amyloïde dans le cerveau des participants. La moitié des participants présentait des niveaux élevés de dépôts amyloïdes, tandis que l’autre moitié n’en avait pas.

Une fois reposés, les participants ont entrepris une tâche de mémoire qui impliquait d’associer des noms à des visages. Les individus présentant une accumulation importante de dépôts bêta-amyloïdes dans leur cerveau ont obtenu de meilleurs résultats aux tests de mémoire s’ils bénéficiaient également de niveaux plus élevés de sommeil profond. En revanche, ceux ayant la même quantité de dépôts, mais souffrant d’une mauvaise qualité de sommeil, n’ont pas bénéficié de cet avantage. Ce phénomène compensatoire était spécifique au groupe présentant des dépôts amyloïdes. Dans le groupe sans pathologie, le sommeil profond n’a pas eu d’effet supplémentaire favorable sur la mémoire, ce qui est compréhensible étant donné qu’il n’y avait pas de besoin de facteurs de résilience pour maintenir une fonction cognitive par ailleurs intacte.

En résumé, le sommeil profond a permis de compenser les effets négatifs de la pathologie bêta-amyloïde sur la mémoire en améliorant la cognition. Les chercheurs ont pris en compte d’autres facteurs tels que l’éducation et l’activité physique dans leur analyse, et le sommeil s’est révélé être un avantage significatif. Cela suggère que le sommeil joue un rôle crucial dans la préservation de la fonction de la mémoire malgré la présence de la pathologie cérébrale. Ces nouvelles découvertes soulignent l’importance du sommeil lent non paradoxal dans la lutte contre les effets néfastes des dépôts de bêta-amyloïde sur la mémoire.

Walker a fait une analogie entre le sommeil profond et une opération de sauvetage

Selon Walker, il serait plus juste de considérer le sommeil profond comme un radeau de sauvetage qui maintient la mémoire à flot, plutôt que de la voir entraînée vers le bas par le poids de la pathologie de la maladie d’Alzheimer. Il semble maintenant que le sommeil profond NREM puisse jouer un rôle important dans l’explication de la réserve cognitive. Cette découverte est particulièrement enthousiasmante car il est possible d’agir à ce sujet. Il existe des moyens d’améliorer le sommeil, même chez les personnes âgées.

L’un des principaux domaines à améliorer concerne le sommeil. Il est essentiel de maintenir un horaire de sommeil régulier, de rester mentalement et physiquement actif pendant la journée, de créer un environnement propice au sommeil en veillant à ce qu’il soit frais et sombre, et de réduire la consommation de café tard dans la journée ainsi que le temps passé devant un écran avant de se coucher. En outre, il a été démontré que prendre une douche chaude avant de se coucher améliore la qualité du sommeil profond à ondes lentes, a souligné Zavecz.

Zavecz a souligné que cette étude, qui s’appuie sur un petit échantillon de participants en bonne santé, représente simplement une première étape vers une meilleure compréhension des mécanismes précis par lesquels le sommeil peut contribuer à prévenir la perte de mémoire et à ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer.

Cependant, cette découverte ouvre la voie à des expériences potentielles à plus long terme pour étudier les traitements visant à améliorer le sommeil, ce qui pourrait avoir des implications d’une ampleur considérable. Néanmoins, cette découverte ouvre la porte à des possibilités d’expérimentations à plus long terme dans le domaine de l’étude des traitements destinés à améliorer le sommeil, ce qui pourrait avoir des répercussions significatives.

SOURCE : Technology Networks
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Les espèces à longue durée de vie

Prochain article

L’exercice physique régénère les cellules souches

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.