Crédit photo : Pexels/Tuna Dursun
/

Les bons gènes, c’est bien, mais la joie c’est mieux

Il a été démontré par une étude menée par Harvard il y a près de 80 ans que faire partie d'une communauté contribue à augmenter notre durée de vie et notre bonheur

1 448 vues
Publié dans The Harvard Gazette par Liz Mineo

En 1938, durant la Grande Dépression, des chercheurs ont entrepris de suivre la santé de 268 étudiants de deuxième année à Harvard. L’objectif était de trouver des indices pour mener une vie saine et heureuse. 

Crédit photo : The Harvard Gazette
Le professeur Robert Waldinger, directeur de la Harvard Study of Adult Development, et d’une des plus longues études au monde sur la vie adulte.

L’étude de Harvard sur le développement des adultes est l’une des plus longues au monde sur la vie adulte. Les scientifiques ont suivi les hommes survivants de la cohorte originale pendant près de 80 ans, collectant ainsi une quantité importante de données sur leur santé physique et mentale. 

Seuls 19 membres de la cohorte originale de l’étude Grant sont encore en vie, tous âgés d’environ 95 ans. Parmi les participants initiaux se trouvaient le futur président américain John F. Kennedy et Ben Bradlee, rédacteur en chef du Washington Post pendant de nombreuses années. Il est à noter que les femmes n’ont pas été incluses dans cette étude originale car le collège était exclusivement masculin à l’époque. L’étude de Harvard s’est étendue pour inclure la progéniture des participants, qui comptent maintenant plus de 1 300 personnes âgées de 50 à 60 ans.

Crédit photo : Pexels/Yaroslav Shuraev
Ceux qui ont gardé des relations chaleureuses ont pu vivre plus longtemps et plus heureux.

Cette extension a permis aux scientifiques d’examiner l’impact des expériences de la petite enfance sur la santé et le vieillissement. Les participants ont connu des destins divers, certains ont réussi professionnellement en devenant des hommes d’affaires, des médecins ou des avocats prospères, tandis que d’autres ont souffert de troubles tels que la schizophrénie ou l’alcoolisme.

Au fil des décennies, des groupes de contrôle ont été ajoutés à l’étude pour permettre une comparaison plus précise des résultats. Dans les années 1970, 456 résidents du centre-ville de Boston ont été recrutés pour l’étude Glueck, dont 40 sont encore en vie aujourd’hui. Plus récemment, les chercheurs ont inclus les épouses des participants dans les études de Grant et de Glueck. Ces ajouts ont permis d’élargir les données recueillies et de mieux comprendre comment les facteurs sociaux et environnementaux affectent la santé et le bien-être tout au long de la vie.

Au fil des ans, les chercheurs ont étudié les trajectoires de santé des participants et leurs modes de vie

Les participants ont partagé leurs réussites et leurs échecs professionnels et matrimoniaux, ce qui a conduit à des découvertes étonnantes, non seulement pour les chercheurs, mais aussi pour le grand public.

Robert Waldinger, directeur de l’étude, psychiatre au Massachusetts General Hospital et professeur de psychiatrie à la Harvard Medical School, a affirmé que « les résultats de l’étude ont révélé que les relations et le bonheur dans les relations ont un impact significatif sur la santé. Il a ajouté que prendre soin de ses relations est une forme importante de soin de soi, tout comme prendre soin de son corps. »

L’étude a mis en évidence que les relations étroites sont plus importantes que l’argent ou la célébrité pour être heureux tout au long de la vie. Ces liens sociaux protègent contre les difficultés de la vie, retardent le déclin mental et physique et sont de meilleurs prédicteurs de longévité et de bonheur que la classe sociale, le QI ou même les gènes. Cette découverte a été confirmée à tous les niveaux de la société, aussi bien chez les participants de Harvard que chez ceux du centre-ville.

Crédit photo : Pexels/ANTONI SHKRABA production
Les chercheurs ont constaté que la satisfaction conjugale a un effet protecteur sur la santé mentale des gens.

L’étude à long terme a été financée par des subventions des National Institutes of Health, notamment de l’Institut national de la santé mentale et plus récemment de l’Institut national sur le vieillissement, bien que des fondations privées aient également contribué aux financements.

Les chercheurs ont analysé de vastes dossiers médicaux ainsi que des centaines d’entretiens et de questionnaires pour découvrir une forte corrélation entre les relations personnelles et la santé mentale et physique des participants. Plusieurs études ont montré que la satisfaction des personnes à l’égard de leurs relations à l’âge de 50 ans était un meilleur indicateur de leur santé physique que leur taux de cholestérol. Les résultats ont donc mis en évidence l’importance des relations interpersonnelles pour la santé et le bien-être tout au long de la vie.

Lors d’une conférence TED, intitulée « What Makes a Good Life? Lessons from the Longest Study on Happiness », Robert Waldinger a révélé que “les résultats de l’étude ont montré que la satisfaction des relations personnelles à 50 ans était un meilleur indicateur de la santé et du bien-être à l’âge de 80 ans que le taux de cholestérol moyen. Les participants qui étaient les plus satisfaits de leurs relations à 50 ans étaient en meilleure santé à 80 ans. »

La conférence TED de Robert Waldinger, « What Makes a Good Life? Lessons from the Longest Study on Happiness », a été enregistrée en 2015 et a été visionnée plus de 13 millions de fois. 

Les chercheurs ont découvert que la satisfaction conjugale avait un impact bénéfique sur la santé mentale des individus. Une partie de l’étude a révélé que les personnes qui avaient connu un mariage heureux dans leurs années 80 ont déclaré que leur humeur n’était pas affectée même lorsqu’elles souffraient de douleur physique. En revanche, les personnes ayant eu des mariages malheureux souffraient à la fois de douleur physique et émotionnelle.

Robert Waldinger a affirmé que les participants ayant maintenu des relations étroites et chaleureuses avaient tendance à vivre plus longtemps et plus heureux que les solitaires, qui avaient tendance à mourir plus tôt. Selon lui, « la solitude peut être aussi nocive pour la santé que l’alcoolisme ou le tabagisme. » Ces résultats ont souligné l’importance des relations interpersonnelles pour la santé et le bien-être.

L’étude a montré que ceux qui vivaient plus longtemps et étaient en bonne santé évitaient de fumer et de boire de l’alcool en excès. Les chercheurs ont également observé que les personnes bénéficiant d’un fort soutien social connaissaient une détérioration mentale moins importante en vieillissant.

Une étude récente a révélé que les femmes se sentant solidement attachées à leur partenaire présentaient moins de symptômes dépressifs et étaient plus heureuses dans leur relation deux ans et demi plus tard. En outre, elles avaient une meilleure fonction de la mémoire que celles qui avaient des conflits conjugaux fréquents. Ces résultats soulignent l’importance des liens étroits et positifs dans les relations intimes pour la santé mentale et le bien-être.

« La solitude tue. C’est aussi puissant que le tabagisme ou l’alcoolisme. » Robert Waldinger

Dans sa conférence TED, Waldinger a souligné que « les bonnes relations ne protègent pas seulement notre corps, mais aussi notre cerveau. » Il a également noté que ces relations n’ont pas besoin d’être parfaites tout le temps, car même les couples octogénaires qui se chamaillent quotidiennement peuvent maintenir leur santé mentale s’ils savent qu’ils peuvent compter sur leur partenaire en temps de crise.

Les chercheurs ont souligné que puisque le vieillissement commence dès la naissance, il est important de prendre soin de soi à chaque étape de la vie. Selon Waldinger, « en prenant soin de soi tôt dans la vie, il est possible de se mettre sur une trajectoire plus positive pour vieillir en bonne santé. Il a conseillé de prendre soin de son corps comme si l’on en avait besoin pendant 100 ans, soulignant ainsi l’importance d’une bonne hygiène de vie tout au long de la vie. »

L’étude a duré plusieurs décennies et a connu différents directeurs, ainsi que des participants ayant vécu une longue vie, même après leur participation à l’étude.

Le premier directeur, Clark Heath, qui a dirigé l’étude de 1938 à 1954, avait une vision dominante de la génétique et du déterminisme biologique. À l’époque, les chercheurs croyaient que les traits physiques, les capacités intellectuelles et les traits de personnalité déterminaient le développement adulte. Les premiers chercheurs ont donc mesuré en détail les crânes, les sourcils et les grains de beauté, ont écrit des notes détaillées sur le fonctionnement des principaux organes, ont examiné l’activité cérébrale à l’aide d’électroencéphalogrammes et ont même analysé l’écriture des participants.

Les avancées technologiques ont permis aux chercheurs d’effectuer des tests ADN sur le sang des participants et de les soumettre à des scanners IRM pour examiner leur corps, des procédures qui auraient été considérées comme de la science-fiction en 1938. L’étude elle-même représente donc une chronique de l’évolution de la vie au fil des décennies.

George Vaillant, psychiatre et chercheur depuis 1966, a dirigé l’étude de 1972 à 2004. En tant que psychanalyste, Vaillant a concentré ses recherches sur l’importance des relations et a finalement reconnu leur rôle crucial dans une vie longue et heureuse.

« Lorsque l’étude a commencé, personne ne se souciait de l’empathie ou de l’attachement. Mais la clé d’un vieillissement en bonne santé, ce sont les relations, les relations, les relations. » George Vaillant

Vaillant a écrit dans son livre intitulé « Bien vieillir » que six facteurs prédisaient un vieillissement en bonne santé pour les hommes de Harvard. Ces facteurs comprenaient l’activité physique, l’absence d’abus d’alcool et de tabac, l’existence de mécanismes matures pour faire face aux hauts et aux bas de la vie, un poids santé et un mariage stable. Pour les hommes des quartiers défavorisés, l’éducation était un facteur supplémentaire. Selon Vaillant, « les hommes du centre-ville ayant bénéficié d’une éducation plus élevée étaient plus susceptibles d’arrêter de fumer, de manger sainement et de consommer de l’alcool avec modération. »

Les travaux de Vaillant ont mis en lumière l’importance de ces facteurs protecteurs dans le maintien d’un vieillissement en bonne santé. Les sujets présentant un plus grand nombre de ces facteurs avaient de meilleures chances de vivre plus longtemps et plus heureux. « Lorsque l’étude a commencé, personne ne se préoccupait de l’empathie ou de l’attachement », a souligné Vaillant. 

D’après l’étude, le rôle de la génétique et des ancêtres de longue durée s’est avéré moins déterminant pour la longévité que le niveau de satisfaction vis-à-vis des relations dans la quarantaine, qui est maintenant reconnu comme un bon prédicteur du vieillissement en bonne santé. La recherche a également mis à mal l’idée selon laquelle la personnalité des individus serait « figée comme du plâtre » dès l’âge de 30 ans et ne pourrait être changée.

« Le professeur Vaillant a constaté que les personnes qui avaient connu des difficultés dans leur jeunesse pouvaient tout de même vieillir en bonne santé. De même, des individus ayant connu des succès dans leur jeunesse pouvaient finir leur vie en étant en mauvaise santé mentale et physique en raison de l’alcoolisme ou de la dépression. Ainsi, l’idée que la personnalité est figée à un certain âge a été démystifiée. »

Waldinger, le quatrième directeur de l’étude, a élargi la recherche aux femmes et aux enfants des hommes de l’étude d’origine, créant ainsi une deuxième génération d’étude. Il espère que cette étude sera élargie à la troisième et quatrième génération. Bien qu’il pense que « l’étude ne pourra probablement jamais être reproduite, » il ajoute que beaucoup reste à apprendre. 

Waldinger a déclaré que « leur étude visait à examiner comment les gens font face au stress et s’ils se trouvent dans un état chronique de lutte ou de fuite. Ils cherchent également à comprendre comment une enfance difficile peut avoir des répercussions sur la santé à l’âge adulte et plus tard dans la vie. »

Lara Tang, une chercheuse en biologie humaine et évolutive, est enthousiasmée par l’opportunité d’aider à trouver des réponses à ces questions. Elle a rejoint l’équipe en tant qu’assistante de recherche après avoir découvert la conférence TED de Waldinger lors d’un de ses cours.

Tang a déclaré que « la conférence TED de Waldinger l’avait inspirée à se concentrer sur la recherche sur le développement des adultes, en particulier sur la façon dont les expériences de l’enfance ont un impact sur la santé physique, la santé mentale et le bonheur à long terme. »

Robert Waldinger, le directeur de l’étude et prêtre zen, a révélé qu’il pratique la méditation tous les jours et qu’il accorde désormais plus de temps et d’énergie à ses relations. Il a souligné « la facilité de l’isolement et de l’oubli de ses amis de longue date lorsqu’on est pris dans le travail, et a exprimé son désir de prêter davantage attention à ses relations qu’auparavant. »

SOURCE : The Harvard Gazette
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

IA : un médicament potentiel contre le cancer

Prochain article

Longévité et relation longue durée

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.