/
276 vues
4 minutes de lecture

Les centenaires détiennent une immunité exceptionnelle

Des facteurs protecteurs augmentent leur capacité à se remettre des infections

Crédit photo : Pixabay/aderna / Les cellules immunitaires des centenaires jouent un rôle clé dans l'identification de mécanismes importants pour surmonter les maladies et promouvoir la longévité
Publié dans Medical Xpress

Les centenaires possèdent une immunité unique qui contribue à leur longévité exceptionnelle, selon une étude. Notre santé repose sur l’interaction et le soutien des quelques 30 milliards de cellules présentes dans notre corps, et le système immunitaire joue un rôle essentiel à cet égard. Cependant, l’un des signes distinctifs du vieillissement est le déclin du bon fonctionnement de notre système immunitaire. Les centenaires, ces rares individus qui atteignent ou dépassent l’âge de 100 ans, connaissent des retards dans l’apparition des maladies liées au vieillissement et une mortalité réduite, ce qui indique que leur système immunitaire demeure opérationnel même à un âge avancé.

Crédit photo : Shutterstock
lorsque les individus sont exposés à des infections et se rétablissent, leur système immunitaire apprend à s’adapter

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’École de médecine Chobanian & Avedisian de l’Université de Boston et du Centre médical Tufts révèle que les centenaires présentent une composition et une activité distinctes au niveau de leurs cellules immunitaires. Leurs systèmes immunitaires se révèlent hautement fonctionnels, ayant réussi à s’adapter efficacement à un historique de maladies, ce qui explique leur longévité exceptionnelle. Ces cellules immunitaires pourraient jouer un rôle clé dans l’identification de mécanismes importants pour surmonter les maladies et promouvoir la longévité.

Selon Tanya Karagiannis, Ph.D., bio-informaticienne principale au Centre des méthodes quantitatives et des sciences des données de l’Institut de recherche clinique et d’études sur les politiques de santé du Centre médical Tufts : « Nos données confirment l’hypothèse selon laquelle les centenaires disposent de facteurs protecteurs qui leur permettent de se rétablir des maladies et d’atteindre des âges extrêmement avancés ».

Stefano Monti, Ph.D., professeur agrégé de médecine à l’École de médecine, a déclaré : « Nous avons constitué et analysé ce qui est, à notre connaissance, la plus grande base de données à cellules uniques regroupant des sujets centenaires. Cela nous a permis de définir les caractéristiques uniques de cette population, facilitant ainsi l’identification des facteurs moléculaires et du mode de vie qui contribuent à leur longévité. »

Crédit photo : Pixabay/PublicDomainPictures
Les centenaires connaissent des retards dans l’apparition des maladies liées au vieillissement et une mortalité réduite

Séquençage à cellule unique

Afin d’identifier les modèles spécifiques de vieillissement du système immunitaire et de longévité humaine exceptionnelle, les chercheurs ont effectué un séquençage à cellule unique sur les cellules mononucléaires du sang périphérique (PBMC), une catégorie étendue de cellules immunitaires circulant dans le sang. Ces échantillons ont été prélevés sur sept centenaires participant à l’étude New England Centenarian Study, l’une des plus importantes études portant sur les individus ayant une longévité exceptionnelle en Amérique du Nord, dirigée par le Dr Thomas Perls à l’École de médecine.

Par la suite, les chercheurs ont intégré ce jeu de données à deux ensembles de séquençage d’ARN à cellule unique (scRNA-seq) disponibles publiquement, portant sur les cellules mononucléaires du sang périphérique (PBMC), afin d’étudier les changements de composition et de transcription dans les profils immunitaires circulants tout au long de la vie humaine, y compris à un âge extrême.

Nos données confirment l’hypothèse selon laquelle les centenaires disposent de facteurs protecteurs qui leur permettent de se rétablir des maladies et d’atteindre des âges extrêmement avancés

Tanya Karagiannis, Ph.D. et bio-informaticienne

Ensuite, en utilisant des techniques de calcul avancées, ils ont analysé les données combinées pour évaluer comment la composition et l’activité des différents types de cellules varient en fonction de l’âge, ainsi que pour déterminer si les centenaires présentent des profils qui correspondent à la progression attendue liée à l’âge ou s’en écartent.

Crédit photo : Pixabay/Chokniti Khongchum
Notre santé repose sur l’interaction et le soutien des quelques 30 milliards de cellules présentes dans notre corps, et le système immunitaire joue un rôle essentiel à cet égard

Leur analyse confirme les observations antérieures sur le vieillissement tout en mettant en évidence des changements spécifiques aux différents types de cellules, tant au niveau de leur composition que de leur transcription, qui sont propres aux centenaires et qui reflètent une réponse immunitaire normale.

La capacité de réponse du système immunitaire diminue avec l’âge

Selon les chercheurs, lorsque les individus sont exposés à des infections et se rétablissent, leur système immunitaire apprend à s’adapter. Cependant, cette capacité de réponse diminue avec l’âge. 

« Les profils immunitaires que nous avons observés chez les centenaires confirment une longue histoire d’exposition aux infections et une capacité à se rétablir. Cela soutient l’hypothèse selon laquelle les centenaires possèdent des facteurs protecteurs qui augmentent leur capacité à se remettre des infections », a déclaré Paola Sebastiani, Ph.D., auteure principale et directrice du Centre des méthodes quantitatives et des sciences des données à l’Institut de recherche clinique et d’études sur les politiques de santé du Centre médical Tufts.

Les chercheurs estiment que ces résultats fournissent une base solide pour étudier les mécanismes de résilience immunitaire qui contribuent probablement à une longévité exceptionnelle. Ils pourraient également servir de cibles pour le développement de thérapies visant à promouvoir un vieillissement sain. « Les centenaires, avec leur longévité exceptionnelle, nous offrent une ‘feuille de route’ sur la manière dont nous pourrions vivre des vies plus productives et plus saines. Nous espérons continuer à approfondir nos connaissances sur la résistance aux maladies et sur l’extension de la période de santé », a déclaré George J. Murphy, Ph.D., auteur principal et professeur agrégé de médecine à l’École de médecine.

SOURCE : Medical Xpress
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Google et l’IA : Des prospectives prometteuses

Prochain article

Maintenant, faites-le !

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.