/
334 vues
6 minutes de lecture

Les centenaires possèdent des microbiomes exceptionnellement riches

Le microbiome intestinal des centenaires : un allié pour une vie plus longue et en meilleure santé ?

Crédit photo : Inverse / La recherche actuelle sur le microbiome des superAgers est cruciale pour mieux comprendre les clés de la longévité
Publié dans Inverse par Miriam Fauzia

Les chercheurs se sont penchés sur le code de la longévité, en étudiant comment des facteurs biologiques tels que le sommeil, la nutrition, l’exercice et la génétique peuvent contribuer à prolonger notre vie et à améliorer notre qualité de vie. Les études les plus récentes indiquent que cette quête pourrait ne pas être vaine, car les scientifiques pensent que nous n’avons pas encore atteint notre espérance de vie maximale.

Crédit photo : Unsplash/julien Tromeur
Les résultats de la recherche ont montré que les centenaires avaient des microbes intestinaux associés à la jeunesse

Une jeunesse éternelle…

Il est possible que la solution pour atteindre la jeunesse éternelle ne réside pas en nous-mêmes, mais plutôt dans les micro-organismes qui coexistent avec nous et à l’intérieur de notre corps. Dans une récente étude publiée dans la revue Nature Aging, des chercheurs chinois ont étudié les microbiomes intestinaux de centenaires, c’est-à-dire des personnes ayant atteint ou dépassé l’âge de 100 ans, et les ont comparés à ceux d’adultes de différents âges. Les résultats ont montré que les centenaires avaient des microbes intestinaux associés à la jeunesse, tels que la bactérie Bacteroides, connue pour sa capacité à décomposer les glucides et les fibres complexes. Les chercheurs ont également observé une plus grande diversité microbienne chez les centenaires par rapport aux autres personnes âgées, ce qui pourrait expliquer leur capacité à mieux vieillir que les autres.

Selon Ruchi Mathur, directrice du Centre de traitement et d’éducation ambulatoire du diabète du Centre médical Cedar-Sinai, qui n’a pas participé à l’étude, cette recherche représente une première étape merveilleuse dans l’analyse de ce groupe d’âge particulier. Elle estime qu’il est nécessaire d’approfondir cette étude pour mieux comprendre les éléments importants et les exploiter afin d’améliorer la santé et la longévité des individus.

Crédit photo : Unsplash/Ioann-Mark Kuznietsov
Les centenaires jouent un rôle important dans la recherche car leur microbiome pourrait contenir des secrets pour vivre longtemps et en bonne santé

Pour une durée de vie prolongée

Il se peut que vous soyez déjà familiarisé avec le terme « microbiome » grâce à la recherche scientifique en constante évolution ainsi qu’à la popularité croissante des suppléments comme les probiotiques. Toutefois, voici un résumé : le microbiome est un ensemble diversifié et considérable de micro-organismes tels que des bactéries, des virus, des champignons et d’autres types de microbes qui se trouvent sur toutes les surfaces et dans les moindres recoins de votre corps, tels que votre peau, votre nez, et vos intestins qui sont régulièrement en contact avec l’environnement extérieur.

Les changements dans le microbiome intestinal peuvent entraîner une inflammation chronique, qui est un facteur de risque pour de nombreuses maladies liées au vieillissement

Les micro-organismes présents dans notre corps depuis la naissance (offerts par notre mère) et modelés au fil du temps, jouent un rôle crucial dans plusieurs fonctions physiologiques telles que la digestion, la régulation du système immunitaire ainsi que dans des aspects fondamentaux tels que la santé mentale, la prévention du cancer, la qualité de sommeil, et bien d’autres encore.

Crédit photo : Unsplash/CDC
Les chercheurs ont observé une plus grande diversité microbienne chez les centenaires par rapport aux autres personnes âgées

Selon Mathur et Hariom Yadav, respectivement responsable et directeur du Centre de recherche sur le microbiome de l’Université de Floride du Sud, les scientifiques ont observé que la composition des insectes intestinaux se modifie en même temps que nous vieillissons. Cette évolution se traduit par une altération de la diversité des espèces bactériennes qui composent notre microbiote, avec une diminution de certaines espèces bénéfiques et une légère augmentation d’autres espèces associées à l’inflammation et à la maladie. Cette modification de l’équilibre intestinal peut favoriser l’apparition de maladies liées à l’âge, telles que la maladie d’Alzheimer, les maladies cardiovasculaires et le cancer. En effet, des études ont montré que les changements dans le microbiome intestinal peuvent entraîner une inflammation chronique, qui est un facteur de risque pour de nombreuses maladies liées au vieillissement.

Le phénomène de déplacement microbien à mesure que nous vieillissons n’est pas exclusif aux humains. En effet, des études ont montré que ce processus est également présent chez d’autres animaux tels que les mouches, les poissons et les souris. Des recherches ont été menées en transplantant des bactéries spécifiques ou des matières fécales d’un jeune animal vers un animal plus âgé, par exemple chez des poissons et des souris. Les résultats ont montré que cet échange d’intestin améliorait la santé globale et prolongeait la durée de vie des animaux. Ces études suggèrent que cibler le microbiome pourrait être une approche prometteuse pour prévenir le déclin et les maladies liés à l’âge.

Malheureusement, chez l’homme, les greffes fécales de jeunesse en tant qu’antidote anti-âge ne sont pas aussi simples. Les études cliniques humaines sont souvent limitées en raison de considérations éthiques et pratiques, et la composition globale du microbiome peut également être affectée par de nombreux facteurs tels que l’alimentation, le mode de vie, la génétique et les facteurs environnementaux. Ces facteurs rendent difficile l’isolement et l’identification des effets spécifiques du microbiome sur la longévité.

Les centenaires jouent un rôle important dans la recherche car leur microbiome, qui leur permet de rester actifs malgré leur âge avancé, pourrait contenir des secrets pour vivre longtemps et en bonne santé. Les scientifiques ont étudié le microbiome de membres du Club 100+ (personnes âgées de plus de 100 ans) pour identifier des espèces bactériennes spécifiques ainsi que des voies métaboliques associées au vieillissement en bonne santé et à la longévité. Une étude publiée en 2017 dans la revue Mechanisms of Ageing and Development a révélé que les microbiomes des centenaires japonais et italiens présentaient des caractéristiques microbiennes similaires, malgré des différences dans leur alimentation et leur mode de vie, notamment une plus grande abondance de certaines bactéries possédant des propriétés anti-inflammatoires.

Vieillir tel un bon vin

La recherche actuelle sur le microbiome des centenaires est cruciale pour mieux comprendre les clés de la longévité, même si l’idée qu’ils ont un microbiome surchargé n’est pas une découverte nouvelle. Cela est d’autant plus important étant donné que nous manquons de personnes âgées centenaires pour étudier ce phénomène en profondeur.

Des chercheurs ont mené une nouvelle étude en Chine, collectant des échantillons de selles auprès de plus de 1 500 individus, couvrant une large gamme d’âges allant de 20 à 117 ans. Les participants ont été répartis en cinq groupes d’âge : 22-44 ans, 45-65 ans, 66-85 ans, 90-99 ans et 100-117 ans. Les bactéries intestinales trouvées dans leurs selles ont été comparées. Quatre groupes témoins ont également été inclus, comprenant des personnes âgées de 20 à 85 ans et de 90 à 99 ans.

Les chercheurs ont choisi de suivre 45 centenaires pendant un an et demi afin d’étudier l’évolution de leur microbiome en termes de structure, de composition et de diversité microbiennes. Des échantillons de matières fécales ont été prélevés au début de l’étude et de nouveau un an et demi plus tard. En plus de cela, les chercheurs ont comparé différents groupes d’âge pour obtenir une image complète de la manière dont le microbiome change avec l’âge.

Après analyse, l’étude a identifié quatre groupes distincts de microbiomes intestinaux, également appelés entérotypes, en fonction des niveaux de différentes bactéries. Les centenaires semblaient avoir un entérotype unique, indépendamment de leur état de santé. Ce dernier était une combinaison des deux entérotypes trouvés chez les jeunes adultes âgés de 20 à 44 ans (Bacteroides) et les adultes plus âgés (Escherichia et/ou Shigella). L’entérotype des centenaires présentait une structure similaire à celle des jeunes adultes, avec une plus grande uniformité des espèces, c’est-à-dire que chaque espèce de bactérie était présente en quantités à peu près équivalentes dans la communauté. Une mesure plus élevée d’uniformité indique que différentes bactéries sont également abondantes.

SOURCE : Inverse
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

La quercétine, un allié contre la fragilité liée à l’âge

Prochain article

Des dispositifs portables pour mesurer votre bien-être !

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.