Crédit photo : Pexels/Marcus Aurelius
/

Méditer pour vieillir plus jeune !

De différents mouvements axés sur le bien-être du corps et de l'esprit

1 666 vues
Publié dans Doctor Anne

Au fil des dernières années, la méditation a gagné en popularité, et cela n’est guère étonnant. Les études ont suggéré de nombreux avantages mesurables pour la santé globale, positionnant ainsi la méditation comme une solution efficace pour réduire l’anxiété et favoriser un processus de vieillissement sain.

Crédit photo : Pexels/Quang Nguyen Vinh
La méditation renforce la concentration et affaiblit l’errance de l’esprit.

Cependant, est-il possible que nos attentes soient exagérées ? La méditation est-elle réellement bénéfique pour un vieillissement harmonieux, et devrions-nous l’intégrer à nos routines quotidiennes afin de maximiser notre bien-être au fil des ans ? La réponse à ces questions, comme toujours, est complexe. Examinons donc de plus près cette pratique.

Qu’est-ce que la méditation exactement ?

La méditation est une pratique formelle visant à apaiser l’esprit et à améliorer notre conscience, notre intellect et notre environnement. Elle est étroitement liée à la pleine conscience, qui englobe un concept plus vaste et moins structuré.

Crédit photo : Pexels/Alina Vilchenko
La méditation a un effet préventif sur la démence et augmente la fonction de la mémoire.

La méditation formelle peut être abordée de multiples façons. Parmi les plus courantes, on trouve la pleine conscience de la respiration, l’utilisation de mantras ou de phrases pour se concentrer, la méditation axée sur la bienveillance, ainsi que des formes plus dynamiques telles que la marche méditative ou le Tai Chi.

Quelle est l’origine de la méditation et pourquoi est-elle importante ?

La méditation trouve ses premières mentions dans les Védas, des textes religieux anciens de l’Inde qui remontent à environ 1500 av. Jusqu’à récemment, la méditation était principalement pratiquée dans le cadre de différentes traditions religieuses. Son utilisation en dehors de ce contexte, que ce soit pour accroître la concentration et la productivité en entreprise ou pour des programmes axés sur le développement personnel et le bien vieillir, est une évolution récente.

Cela ne signifie pas que la pratique de la méditation nécessite une affiliation religieuse. Cela nous rappelle simplement qu’en exportant cette pratique d’un système de croyances complexe, nous ne pouvons pas nous attendre à obtenir exactement les mêmes bénéfices. Certains des effets positifs observés chez les pratiquants de méditation dans un contexte religieux ou professionnel, qui mettent l’accent sur la pleine conscience, peuvent ne pas être aussi évidents simplement en se concentrant sur sa respiration pendant 20 minutes par jour.

C’est comme entraîner un muscle mental, et la méditation renforce le muscle de concentration et affaiblit le muscle d’errance de l’esprit

Comment la méditation influence le fonctionnement du cerveau ?

Dans cet esprit, en gardant à l’esprit la diversité des pratiques méditatives, ce qui rend leur comparaison dans les études difficile, examinons les modifications mesurables observées dans le cerveau des personnes qui méditent.

Notre cerveau est composé de différentes zones responsables de diverses fonctions. L’une de ces régions est appelée le réseau par défaut, qui est le plus actif lorsque notre esprit vagabonde et que nous nous préoccupons de l’avenir ou rumination du passé. Une activité accrue dans cette région est associée au malheur et, dans certaines études, est corrélée au TDAH (Trouble de Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité) et à la maladie d’Alzheimer. La méditation réduit l’activité de ce réseau, ramenant probablement l’esprit vers la concentration choisie, et avec une pratique régulière, elle diminue son activité globale.

Crédit photo : Doctor Anne
La méditation fait généralement référence à une pratique formelle qui peut calmer l’esprit et améliorer la conscience.

Pour comprendre pourquoi cela se produit, il faut prendre en compte la neuroplasticité, qui signifie que notre cerveau peut modifier sa structure en fonction des besoins les plus importants. C’est comme entraîner un muscle mental, et la méditation renforce le muscle de la concentration tout en affaiblissant celui de la divagation de l’esprit. Ces changements peuvent être observés sous forme de modifications physiques dans le cerveau. De plus, bien que nous perdions de la masse cérébrale en vieillissant, nous ne perdons jamais la neuroplasticité, ce qui signifie que nous pouvons continuer à façonner notre cerveau même à un âge avancé.

Le réseau par défaut n’est pas la seule région affectée par la méditation. Nous observons également une augmentation de l’activité dans certaines parties du cortex préfrontal, du cortex cingulaire et de l’hippocampe, ainsi qu’une réduction de l’activité dans l’amygdale.

J’ai mentionné précédemment que notre masse cérébrale diminue et que le cortex s’amincit avec l’âge, mais cela peut être partiellement ralenti par une pratique méditative régulière. Une étude a comparé le cerveau de personnes méditant régulièrement à celui de personnes non méditantes, tous âgés de plus de 50 ans, et les méditants présentaient une épaisseur et une masse corticales beaucoup plus jeunes que leurs pairs non méditants.

Maintenant, il est possible qu’il y ait d’autres explications : peut-être que les personnes qui méditent ont naturellement un cerveau différent, ou peut-être sont-elles plus enclines à adopter un régime végétalien ou à mener une vie moins stressante, leur permettant ainsi de consacrer du temps à la méditation. Pour exclure ces facteurs, des études ont examiné les changements cérébraux chez les personnes qui commencent à méditer et ont constaté des modifications dans certaines régions du cerveau après une période aussi courte que six semaines.

Il est important de noter que plus de masse cérébrale ne signifie pas nécessairement une meilleure fonction. Par conséquent, examinons les résultats concernant les changements mesurables.

Les bienfaits de la méditation pour un processus de vieillissement sain

Les études se sont intéressées à différents avantages de la méditation tels que la santé mentale, la productivité et la concentration, mais je souhaite mettre l’accent sur les effets les plus directement liés au processus de vieillissement lui-même. Il est important de noter que la méditation ne peut pas influencer certains aspects du vieillissement tels que la masse musculaire et la densité osseuse, qui sont tous deux cruciaux. Cependant, elle a un impact sur le cerveau, qui se traduit non seulement par une augmentation de la masse cérébrale, mais semble également avoir un effet préventif sur la démence et améliorer la fonction de la mémoire.

En dehors du domaine cérébral, des études ont révélé que la méditation réduisait la concentration des hormones du stress et des médiateurs inflammatoires, ce qui pourrait avoir un effet bénéfique sur les maladies cardiovasculaires. L’American Heart Association considère la méditation comme une intervention possible, non pas parce qu’il existe des preuves irréfutables, mais parce qu’elle est facilement accessible et peu coûteuse. Par conséquent, il n’y a pas grand-chose à perdre en essayant.

Un autre changement observé après la méditation est l’activité de la télomérase, une enzyme responsable de l’allongement des chromosomes, en particulier des télomères qui se raccourcissent à chaque cycle cellulaire. Une activité accrue de la télomérase, associée à une diminution des médiateurs inflammatoires et des hormones de stress, contribue à un processus de vieillissement plus lent, ce qui est positif pour notre santé globale.

Les risques associés à la pratique de la méditation

La méditation, bien que pratiquée en toute sécurité depuis des milliers d’années, n’est pas exempte de dangers. Cependant, ces risques sont généralement évités, à moins que vous ne méditiez au bord d’une falaise par un jour venteux.

Un aspect préoccupant est la manière dont la méditation est actuellement « commercialisée » comme le seul moyen d’améliorer sa vie, d’être plus détendu, attentif, sain et concentré. Il est alarmant d’entendre dire aux personnes souffrant de dépression qu’elles devraient cesser de prendre leurs médicaments et simplement méditer à la place. Les affirmations sensationnalistes concernant les effets positifs de la méditation sont également préoccupantes.

Il est vrai que la méditation a été démontrée pour provoquer des modifications partielles dans le fonctionnement du cerveau et du corps, et les résultats des études sont prometteurs. Cependant, la plupart de ces études ne sont pas exhaustives et utilisent différentes techniques. Par conséquent, la recherche en est encore à ses débuts et les effets de la méditation ne sont pas aussi clairs que certains voudraient le faire croire.

Par ailleurs, il existe des risques potentiels si vous souffrez du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) ou de problèmes non résolus du passé. Si tel est votre cas, il est toujours recommandé de demander l’aide d’un professionnel et d’envisager de pratiquer la méditation sous la supervision d’un spécialiste.

La méditation : un atout pour un vieillissement réussi ?

Intégrer la pleine conscience dans notre quotidien, que ce soit par la méditation, le yoga ou toute autre pratique similaire, peut apporter de nombreux bienfaits pour gérer le stress et favoriser une présence accrue. Ces bénéfices potentiels se traduisent par un sommeil de meilleure qualité et une réduction des préoccupations. Personnellement, je suis adepte de l’exercice physique pour maintenir mon corps en forme, mais j’accorde également une importance particulière à l’entraînement de mon esprit, que ce soit par la méditation ou l’acquisition de nouvelles compétences.

Si en plus de cela, cette pratique permet de réduire les risques de maladies cardiovasculaires et de préserver la jeunesse de nos cellules, c’est encore mieux, d’autant plus que cela ne nécessite aucun investissement financier ! Si vous pensez que la méditation pourrait vous être bénéfique, je vous recommande de l’essayer pendant au moins 30 jours et d’évaluer les résultats. Cependant, si vous essayez et constatez que la méditation ne vous convient tout simplement pas, ne vous inquiétez pas non plus. Elle n’est qu’un élément parmi d’autres dans une approche équilibrée du bien-vieillir.

SOURCE : Doctor Anne
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Interrompre le processus de vieillissement

Prochain article

Le diabète chez les personnes âgées

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.