Crédit photo : Pexels/cottonbro studio
/

L’exercice de midi : pour prévenir la mortalité

Les scientifiques ont constaté que le moment de la journée où vous faites de l’exercice pourrait être un facteur important dans la réduction de la mortalité toutes causes confondues.

309 vues
Publié dans Lifespan.io par Arkadi Mazin

La valeur de l’activité physique pour la santé et la longévité est incontestable, même si des doutes subsistent quant à sa composition et sa quantité optimales. Cependant, on sait peu de choses sur l’effet du temps d’exercice quotidien.

Crédit photo : Pexels/T Leish
Les effets protecteurs observés du moment de l’APMV étaient plus prononcés chez les personnes âgées, les hommes, les personnes moins actives.

Cette nouvelle étude publiée dans Nature Communications est l’une des nombreuses à utiliser la mine d’informations sur la santé accumulées dans UK Biobank, un énorme référentiel ouvert de données sur la santé. En plus des choses plus conventionnelles, telles que les analyses sanguines et les habitudes alimentaires, UK Biobank contient également des données sur environ 100 000 résidents britanniques qui avaient accepté de porter des accéléromètres sophistiqués en permanence pendant 7 jours.

Ces données permettent aux chercheurs de déterminer avec précision l’intensité et le moment de l’exercice. Il couvre également l’activité physique qui ne fait pas partie de l’exercice structuré, comme porter l’épicerie ou monter les escaliers, ce qui est quelque chose que la plupart des études connexes manquent.

Crédit photo : Pexels/El Capra
La marche après les repas améliore le contrôle de la glycémie plus efficacement que la marche matin / après-midi.

L’activité physique est associée à une réduction massive de la mortalité

Les chercheurs ont divisé les participants en quatre groupes selon le moment prévalent de l’APMV (activité physique modérée à vigoureuse) : matin, soir, midi-après-midi et mixte. La période de suivi moyenne était de sept ans.

Tout d’abord, les données ont confirmé une fois de plus que l’activité physique est associée à une mortalité massivement réduite. Fait intéressant, et largement conforme à d’autres études récentes, l’association a augmenté rapidement entre 0 et 150 minutes de MVPA par semaine et s’est stabilisée à environ 200 minutes par semaine. Cela était vrai pour les trois types de mortalité considérés : toutes causes confondues, cardiovasculaire et cancer. Pour la mortalité cardiovasculaire, une réduction massive de quatre fois a été observée. L’effet était plus faible, bien que toujours remarquable, pour la mortalité par cancer.

Le moment où nous faisons de l’exercice pourrait être tout aussi important que la façon dont nous faisons de l’exercice.

Le midi bat le matin et le soir

Les personnes qui avaient leurs activités physiques le matin ou le soir semblaient bénéficier d’une réduction plus faible de la mortalité toutes causes confondues et cardiovasculaire que celles qui faisaient de l’exercice principalement en milieu de journée ou en après-midi ou à des heures mixtes.

Crédit photo : Pexels/Anna Shvets
Une étude a montré une récupération plus rapide de la pression artérielle systolique après l’exercice en fin d’après-midi que tôt le matin.

Même dans les modèles ajustés pour de nombreuses variables potentiellement confondantes, telles que l’âge, le sexe, l’origine ethnique, le statut socioéconomique, le niveau d’éducation, l’alimentation, le tabagisme, la consommation d’alcool, la qualité du sommeil et les volumes totaux de MVPA, les groupes midi-après-midi et heures mixtes ont montré une réduction de 28% et 26% de la mortalité cardiovasculaire, respectivement, par rapport au groupe du matin. Les résultats du groupe du soir étaient largement similaires à ceux du groupe du matin. La différence pour la mortalité toutes causes confondues était également significative, mais pas pour la mortalité par cancer.

Ces associations se maintenaient même après de nombreuses analyses de sensibilité et étaient plus prononcées chez les personnes âgées, les hommes, les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires existantes et les personnes moins actives physiquement.

Quels sont les mécanismes ?

Spéculant sur les mécanismes possibles derrière leurs résultats, les chercheurs mentionnent les différences circadiennes dans la réaction cardiométabolique à l’exercice physique qui ont été découvertes par des études antérieures. Par exemple, une étude a montré une récupération plus rapide de la pression artérielle systolique après l’exercice en fin d’après-midi que tôt le matin.

Cela serait cohérent avec l’effet plus fort montré chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires existantes. Une autre étude a révélé que la marche après les repas améliore le contrôle de la glycémie plus efficacement que la marche matin / après-midi.

Comme toutes les études de population, celle-ci ne peut pas établir la causalité et est sujette à la contamination par de nombreuses variables potentiellement confondantes. Il présente également des limites de conception, telles que la courte durée d’une semaine du port de l’accéléromètre. Cela pourrait suffire à saisir les habitudes d’activité hebdomadaires, mais pas les changements à long terme dans l’activité physique. D’autre part, l’étude met en œuvre des garanties solides et présente des résultats convaincants qui devraient être explorés plus avant.

« À notre connaissance, cette vaste étude de cohorte fournit la première preuve que le MVPA est associé à des risques plus faibles de mortalité toutes causes confondues, de MCV et de cancer, quel que soit le moment de la journée. Une autre découverte intéressante a été que les groupes de chronométrage MVPA en milieu d’après-midi et mixtes, par rapport au groupe du matin, ont montré une diminution substantielle des risques de mortalité toutes causes confondues et cardiovasculaires, mais pas de mortalité par cancer. Les associations entre le moment de l’APMV et le risque de mortalité étaient indépendantes des facteurs sociodémographiques, du mode de vie, des comorbidités, de la durée du sommeil, du point médian du sommeil et du volume total de l’APMV. Ces résultats étaient robustes à de multiples corrections de test et analyses de sensibilité. En outre, les effets protecteurs observés du moment de l’APMV étaient plus prononcés chez les personnes âgées, les hommes, les personnes moins actives ou celles présentant des MCV préexistantes.« 

Conclusion

Alors que les effets du moment quotidien du sommeil et de l’alimentation attirent le plus l’attention, le moment de l’activité physique n’est pas aussi bien documenté. Les résultats de cette étude suggèrent que le moment où nous faisons de l’exercice pourrait être tout aussi important que la façon dont nous faisons de l’exercice. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer cet effet et découvrir les mécanismes qui le sous-tendent.

SOURCE : Lifespan.io
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Quel est l’impact d’un appareil portable sur la santé cardiaque ?

Prochain article

Pour un meilleur sommeil, prenez du GABA

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.