Crédit photo : Longevity.Technology / La restriction de sommeil peut être associée à divers troubles neuropsychiatriques et altérer notamment l'attention et l'apprentissage
/

Limiter les conséquences de la privation de sommeil

Les probiotiques permettent de limiter les conséquences de la privation de sommeil sur l'organisme

330 vues
Publié dans Longevity.Technology par Ivy C

Le sommeil est un élément essentiel de la santé mentale et physique d’une personne. En effet, il représente un tiers de sa vie. La restriction de sommeil (CSR) est définie comme le fait de dormir moins de sept heures par nuit, mais plus de quatre heures. Elle peut être associée à divers troubles neuropsychiatriques et altérer notamment l’attention et l’apprentissage.

Crédit photo : Pexels/Polina Tankilevitch
Les probiotiques peuvent réduire l’inflammation et le stress oxydatif causés par la privation de sommeil

Fondé sur des recherches scientifiques

Des études montrent que les probiotiques peuvent réduire l’inflammation et le stress oxydatif causés par la privation de sommeil. Le manque de sommeil est un problème fréquent chez les adultes et les adolescents en raison de leur mode de vie et de leurs obligations professionnelles, selon les études épidémiologiques. Des preuves de plus en plus nombreuses indiquent que la privation de sommeil est liée à une inflammation chronique de faible intensité dans le cerveau. Cela est confirmé par une augmentation des cytokines inflammatoires et d’autres marqueurs de l’inflammation, tels que l’activation des microglies.

Le manque de sommeil peut entraîner une accumulation de radicaux libres oxygénés (ROS) et azotés (RNS) à l’intérieur des cellules, créant un déséquilibre entre les systèmes oxydant et antioxydant. Les ROS et RNS en excès peuvent endommager les glucides, les protéines, les lipides et l’ADN, provoquant un stress oxydatif qui peut aller jusqu’à la mort.

Crédit photo : Pexels/Thirdman
Les probiotiques pourraient ainsi avoir un impact positif sur des maladies telles que les affections neurodégénératives

La privation de sommeil affecte également l’homéostasie énergétique et peut provoquer des niveaux élevés d’hormones peptidiques anxiogènes, comme la ghreline, la leptine et le peptide 1 de type glucagon (GLP-1). Les probiotiques ont récemment suscité de l’intérêt en raison de leur capacité à soulager les problèmes inflammatoires.

Les probiotiques ont été étudiés pour leur capacité à réduire l’inflammation, tant périphérique que centrale, de plusieurs manières. Cela implique notamment un rééquilibrage de la flore intestinale, une amélioration de la perméabilité intestinale et une modulation de la fonction immunitaire, avec une diminution des cytokines pro-inflammatoires.

Les probiotiques peuvent également réguler la maturation et l’activité des microglies, qui jouent un rôle important dans l’inflammation du cerveau. Ils pourraient ainsi avoir un impact positif sur des maladies telles que les troubles inflammatoires de l’intestin, l’obésité et les affections neurodégénératives. De plus, ils pourraient moduler les niveaux de ROS endogènes et exogènes, ce qui aurait un effet bénéfique sur le statut oxydatif.

Le sommeil est un élément essentiel de la santé mentale et physique.

Crédit photo : Longevity.Technology
La privation de sommeil est liée à une inflammation chronique de faible intensité dans le cerveau

Dans une étude sur des souris atteintes de la maladie d’Alzheimer transgénique, une formulation probiotique à plusieurs souches a été associée à des effets antioxydants et neuroprotecteurs, grâce à l’activation de la voie SIRT1. Cette étude suggère que les probiotiques pourraient avoir un potentiel thérapeutique dans le traitement de cette maladie neurodégénérative.

Des résultats prometteurs

Plusieurs études ont mis en évidence que la privation de sommeil peut altérer la composition du microbiote intestinal. Cette perturbation du sommeil pourrait permettre à des bactéries et à leurs produits de passer à travers la barrière intestinale, entraînant une réaction immunitaire et une inflammation chez l’hôte. La modification de la physiologie du microbiote intestinal pourrait en partie expliquer l’inflammation associée à la privation de sommeil. En outre, les probiotiques ont démontré leur capacité à améliorer la qualité du sommeil.

En régulant le microbiote intestinale avec des probiotiques, il est possible d’améliorer la qualité du sommeil en réduisant l’indice de qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI), qui est une mesure standard de la qualité du sommeil. L’administration d’une formulation probiotique à plusieurs souches par voie orale a permis de réduire le stress oxydatif et l’inflammation induits par la privation de sommeil. Des souris ayant un sommeil normal ainsi que des souris exposées à la privation de sommeil ont reçu un mélange de plusieurs souches probiotiques (formulation SLAB51 vendue sous le nom d’Agimixx®) ou un placebo, et des techniques biochimiques et morphologiques ont été utilisées pour évaluer le niveau de lésions oxydatives et inflammatoires dans le cerveau et à l’échelle systémique.

Ces résultats sont encourageants et prometteurs, car la supplémentation en probiotiques se révèle être une stratégie positive pour lutter contre le stress oxydatif et l’inflammation causés par la privation de sommeil.

SOURCE : Longevity.Technology
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Réparer l’ADN endommagé dans les neurones !

Prochain article

Peut-on ralentir le temps ?

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.