/
239 vues
7 minutes de lecture

L’immobilité pour ralentir le processus de vieillissement ? A méditer …

La méditation régulière pourrait contribuer à maintenir une meilleure santé en vieillissant

Crédit photo : Pixabay/truthseeker08 / Les pratiquants de la méditation jouissent d'une meilleure santé physique et mentale, d'une meilleure régulation émotionnelle, ainsi que de niveaux de stress plus faibles
Publié dans Medical Xpress par Alex Whiting

Selon les chercheurs, la méditation réduit le risque de maladie et améliore le bien-être global chez les personnes âgées et les jeunes. Consacrer quelques minutes chaque jour à la méditation peut améliorer à la fois la santé physique et mentale des individus, et même réduire le risque de maladies telles que l’Alzheimer et les maladies cardiovasculaires, d’après les scientifiques. Cependant, le responsable des recherches dans ce domaine affirme que le manque de preuves dissuade les services de santé de rendre la méditation accessible à tous ceux qui pourraient en tirer des avantages.

Crédit photo : Pixabay/islandworks
A mesure que les individus vieillissent, les structures cérébrales ont tendance à se détériorer, ce qui accroît le risque de déclin cognitif et de démence

Exercer une pression en faveur du changement

Gaël Chételat, coordinateur du projet MEDIT-AGING, affirme fermement que la méditation est l’un des moyens qui pourrait contribuer à améliorer la santé et le bonheur des individus au fur et à mesure de leur vieillissement. Même si le projet a pris fin en mars 2022 après une durée de six ans, M. Chételat demeure optimiste quant à la contribution des résultats aux avancées dans le domaine des soins de santé. En tant que directrice de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), elle s’efforce toujours de les promouvoir.

Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, d’ici 2050, la population mondiale âgée de plus de 60 ans devrait atteindre 2,1 milliards de personnes. Chételat et son équipe de l’INSERM étaient impliqués dans la recherche sur la maladie d’Alzheimer et le processus de vieillissement depuis plus de deux décennies lorsque le projet MEDIT-AGEING a été lancé en 2016.

Crédit photo : Pixabay/Patrizia08
La méditation de pleine conscience fonctionne, c’est très simple, cela ne nécessite pas un gros investissement financier et tout le monde peut le faire

Son expérience personnelle de la « pleine conscience », une forme de méditation axée sur le moment présent et centrée sur la respiration, les sons et les sensations corporelles, a profondément influencé son engagement dans ce domaine. De plus, sa connaissance approfondie des principaux facteurs de risque des maladies neurodégénératives a également joué un rôle déterminant.

Châtelat a exprimé sa conviction croissante que la méditation pourrait apporter de réels bienfaits à la population vieillissante, affirmant : « À mesure que je me suis engagé dans la pratique de la méditation, j’ai de plus en plus réalisé son potentiel bénéfique pour les personnes âgées. »

La pratique de la méditation de pleine conscience peut améliorer la concentration et la mémoire, tout en réduisant le stress, l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil, et même le risque de maladie cardiaque

Des preuves indiquent que la pratique de la méditation de pleine conscience peut améliorer la concentration et la mémoire, tout en réduisant le stress, l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil, et même le risque de maladie cardiaque. Selon Chételat, ces éléments sont tous associés à un risque accru de développer la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles neurodégénératifs.

Crédit photo : Pixabay/Gerd Altmann
La pratique de la pleine conscience peut réduire l’inflammation induite par le stress, qui augmente par ailleurs le risque de maladies telles que l’anxiété, la dépression, l’asthme, les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux et les troubles neurodégénératifs

Procès des anciens

L’objectif principal de MEDIT-AGEING consistait à fournir aux autorités sanitaires des preuves solides afin qu’elles intègrent la pratique de la pleine conscience dans leur soutien aux personnes âgées. Cette mesure avait pour ambition d’améliorer non seulement la qualité de vie des personnes âgées, mais également de réduire les coûts des soins de santé. Entre 2018 et 2020, MEDIT-AGEING a réalisé la plus vaste et la plus longue étude au monde sur les effets de la méditation de pleine conscience chez les personnes âgées, en se concentrant spécifiquement sur celles âgées de 65 ans et plus.

Au cours de cet essai d’une durée de 18 mois, les 137 participants ont été répartis en trois groupes distincts. Le premier groupe a suivi un programme d’apprentissage de la méditation de pleine conscience, le deuxième groupe a suivi des cours d’anglais, tandis que le troisième groupe n’a reçu aucune formation spécifique. Les participants ont été engagés dans des séances de groupe hebdomadaires de méditation et de pratique linguistique non autochtone d’une durée de deux heures. Ils ont également été encouragés à pratiquer la méditation pendant au moins 20 minutes par jour à domicile, en plus d’une journée d’activité intensive.

Pour évaluer l’état de santé général, détecter les signes de stress chronique et de la maladie d’Alzheimer, divers outils ont été utilisés, tels que des questionnaires, des tests sanguins et des scanners du cerveau. La qualité du sommeil a également été mesurée, tandis que des tests cognitifs ont permis d’évaluer l’attention, la fonction exécutive et la mémoire. Une attention particulière a été portée à deux régions cérébrales associées à la cognition, à savoir le cortex cingulaire antérieur et le cortex insulaire. Selon Chételat, à mesure que les individus vieillissent, les structures cérébrales ont tendance à se détériorer, ce qui accroît le risque de déclin cognitif et de démence. Cependant, la méditation a le potentiel de freiner ce processus de rétrécissement.

Pouvoirs linguistiques

L’étude a tiré parti de l’utilisation de l’apprentissage des langues étrangères, ce qui constituait l’un de ses points forts. Tout comme la méditation, l’apprentissage d’une langue étrangère exige un entraînement mental cognitif, et des recherches ont déjà démontré son impact positif sur certaines structures cérébrales. Les résultats de l’essai ont confirmé que la méditation avait un effet significatif sur l’attention et la régulation émotionnelle des individus. Cependant, aucune modification significative n’a encore été observée dans les scintigraphies cérébrales.

Bien que les résultats de l’essai aient été publiés dans JAMA Neurology en octobre de l’année dernière, l’équipe de Chételat réexamine actuellement les 137 participants dans le but d’obtenir davantage d’informations. Il est question de déterminer si certains changements physiques ne deviennent visibles qu’après une accumulation plus importante de temps de méditation par rapport à celui qui a été pratiqué lors de l’essai. Une autre question concerne la possibilité que de tels changements n’apparaissent que plusieurs années après qu’une personne ait pratiqué régulièrement la méditation.

Les participants à l’étude, interrogés pour un documentaire sur l’essai, ont témoigné que cela avait transformé leur vie, leurs relations avec les autres, leur compréhension de leur corps et leur acceptation d’eux-mêmes. « Mesurer ce genre de choses est extrêmement complexe », a déclaré Chételat. « Cependant, ce qu’ils expriment est très significatif, touchant et positif. » L’équipe MEDIT-AGEING est en train de développer une application de méditation en pleine conscience et de compassion spécialement conçue pour les personnes âgées. Cette application devrait être disponible dès le début de l’année 2024.

Échantillons d’élèves

Ivana Burić, chercheuse postdoctorale à l’Université d’Amsterdam aux Pays-Bas, a découvert l’intérêt pour la pleine conscience pendant sa période de rétablissement après un accident de la route traumatisant qui a nécessité plusieurs interventions chirurgicales. La pratique de la pleine conscience n’a pas seulement favorisé sa guérison physique, mais a également eu des effets positifs dans d’autres aspects de sa vie.

Aujourd’hui, Burić dirige le projet INSPIRER, qui a une durée de deux ans et se termine en octobre. En utilisant des tests similaires à ceux de MEDIT-AGEING, elle mène des recherches sur la pleine conscience chez les étudiants universitaires. Burić, qui est également professeur qualifié de pleine conscience, affirme que de nombreux avantages découlent du fait que les individus apprennent à gérer leurs pensées ou émotions difficiles sans s’y laisser emporter.

La pratique de la pleine conscience réduit les niveaux de stress et a des conséquences significatives qui ne sont pas encore entièrement comprises. Elle peut réduire l’inflammation induite par le stress, qui augmente par ailleurs le risque de maladies telles que l’anxiété, la dépression, l’asthme, les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux et les troubles neurodégénératifs. « D’après ce que nous observons, cela semble être bénéfique pour la plupart des problèmes de santé mentale et de nombreux problèmes physiques, en complément des traitements standard », a déclaré Burić.

Œuvres corps-esprit

Burić a engagé 100 participants, dont 50 pratiquants de la méditation et 50 non-pratiquants, pour mener des IRM, des analyses sanguines visant à détecter des signes d’inflammation, ainsi que des questionnaires portant sur la santé mentale et physique des participants. Selon les résultats des questionnaires, il semble que les pratiquants de la méditation jouissent d’une meilleure santé physique et mentale, d’une meilleure régulation émotionnelle, ainsi que de niveaux de stress plus faibles.

En outre, Burić a recruté environ 80 étudiants de l’Université d’Amsterdam pour une étude sur les effets d’un programme d’introduction standard de huit semaines axé sur la pleine conscience. « Nous voulions observer si des changements pouvaient être observés dans cette courte période de temps, et les comparer à ceux des pratiquants de longue date », a-t-elle expliqué.

Les premiers résultats des questionnaires suggèrent une amélioration de la santé mentale et physique. Comme Chételat, Burić espère que les chercheurs disposeront bientôt de suffisamment de preuves pour convaincre les décideurs politiques d’offrir la pleine conscience à tous ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale ou de maladies chroniques. Elle espère également que la pratique sera accessible dans les écoles, les universités et les lieux de travail. « La méditation de pleine conscience fonctionne, c’est très simple, cela ne nécessite pas un gros investissement financier et tout le monde peut le faire », a affirmé Burić.

SOURCE : Medical Xpress
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Une découverte au poil !

Prochain article

La fibrine pourrait combattre Alzheimer

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.