/
240 vues
4 minutes de lecture

Des réponses dans nos bactéries intestinales

De nouvelles recherches suggèrent que la longévité de certaines personnes pourrait être due à un mélange unique de bactéries intestinales

Crédit photo : Longevity.Technology/Découverte d'une vaste variété biologique parmi les bactéries et les virus bactériens chez les personnes âgées de cent ans et plus
Publié dans Longevity.Technology

Certaines personnes investissent des sommes considérables dans des compléments alimentaires anti-âge, des gadgets, des soins et des régimes, tandis que d’autres semblent naturellement embrasser une vieillesse relativement saine, totalisant un siècle ou plus, sans aide apparente. Quel est donc leur mystère ? Des scientifiques du Centre de recherche sur les protéines de la Fondation Novo Nordisk à l’Université de Copenhague ont décidé d’explorer cette énigme en se concentrant sur les centenaires japonais.

Crédit photo : Unsplash/Tatiana Zanon
Une grande diversité microbienne est le signe d’un microbiome intestinal en bonne santé

Une résistance contre les agents pathogènes

La recherche, parue dans Nature Microbiology, a sollicité la participation de 176 centenaires japonais en parfaite santé. Les travaux précédents ont révélé que le microbiote intestinal de ces individus âgés produit des molécules inédites renforçant la résistance contre les agents pathogènes. C’est cette observation qui a incité l’équipe à explorer si une immunité accrue face aux infections contribuait à leur longévité exceptionnelle. Les chercheurs ont découvert que l’association de bactéries intestinales et de virus bactériens chez les sujets examinés est singulière.

« Nous sommes toujours curieux de comprendre pourquoi certaines personnes bénéficient d’une longévité exceptionnelle. Des travaux de recherche passés ont révélé que le microbiote intestinal des personnes âgées au Japon produit des molécules inédites qui les rendent résistantes aux micro-organismes pathogènes, autrement dit, ceux qui favorisent les maladies. Si leur système intestinal est donc plus armé face aux infections, cela pourrait vraisemblablement être l’un des facteurs contribuant à leur durée de vie plus longue que la moyenne », a indiqué le post-doctorant Joachim Johansen, principal auteur de cette récente étude.

Crédit photo : Pixabay/Arek Socha
Les bactéries intestinales font naturellement partie de notre organisme et de notre environnement

De plus, l’analyse a démontré que divers virus présents dans nos intestins peuvent avoir un impact bénéfique sur l’équilibre de notre microbiote intestinal, contribuant ainsi à notre santé et à notre bien-être global.

« Nos intestins abritent des milliards de virus qui vivent sur et dans les bactéries, sans affecter directement les cellules humaines; leur cible sont les cellules bactériennes. Étant donné la diversité des bactéries dans notre intestin, qui se compte en centaines de types différents, la variété des virus bactériens est également grande », a expliqué Simon Rasmussen, professeur agrégé et auteur principal de la récente étude.

Johansen a précisé qu’outre la découverte de nouveaux virus bactériens significatifs et bénéfiques, ils ont aussi observé que la diversité biologique de la flore intestinale des centenaires japonais était particulièrement remarquable. « Nous avons découvert une vaste variété biologique parmi les bactéries et les virus bactériens chez les personnes âgées de cent ans et plus. En général, une grande diversité microbienne est le signe d’un microbiome intestinal en bonne santé. De plus, nous prévoyons que ceux dotés d’un microbiome intestinal bien équilibré soient davantage à l’abri des maladies associées au vieillissement », a-t-il complété.

Nos intestins abritent des milliards de virus qui vivent sur et dans les bactéries, sans affecter directement les cellules humaines; leur cible sont les cellules bactériennes

L’exploration de la composition de la flore intestinale chez les personnes âgées de plus de cent ans pourrait fournir des indications sur l’allongement de l’espérance de vie pour la population en général. Grâce à un algorithme spécifiquement élaboré, les scientifiques ont réussi à dresser une carte des bactéries et des virus présents dans l’intestin des centenaires faisant partie de l’étude.

Crédit photo : Unsplash/Artyom Kabajev
Une immunité accrue face aux infections pourrait contribuer à une longévité exceptionnelle

Lien entre virus et bactéries

« Nous cherchons à élucider la dynamique du microbiote intestinal », a affirmé Rasmussen. « Quelle est l’interaction entre les diverses bactéries et virus ? Comment pourrions-nous créer un microbiome qui favorise une longévité saine ? Certaines bactéries sont-elles supérieures à d’autres ? Grâce à notre algorithme, nous avons la capacité de détailler l’équilibre entre les virus et les bactéries. »

En explorant la liaison complexe entre virus et bactéries chez les centenaires japonais, les scientifiques aspirent à déceler l’équilibre idéal entre ces deux éléments. Ce savoir pourrait nous guider à mieux comprendre comment ajuster les bactéries présentes dans l’organisme humain pour le défendre contre les maladies. « Nous avons découvert que lorsqu’un virus interagit avec une bactérie, il peut en fait augmenter la résistance de cette dernière », a déclaré Johansen. Il a ajouté que les virus identifiés chez les centenaires japonais en bonne santé portent des gènes additionnels qui pourraient stimuler la bactérie. « Il a été découvert qu’ils étaient en mesure de catalyser la conversion de certaines molécules dans l’intestin, un processus qui pourrait aider à équilibrer la microbiote intestinale et à réduire l’inflammation. »

« Si des bactéries et des virus bénéfiques pour la microbiote intestinale humaine sont identifiés, la question logique qui suit est de savoir si seulement quelques-uns d’entre nous les possèdent ou si tout le monde les a », a affirmé Rasmussen. « Si nous pouvons faciliter le transfert de ces bactéries et leurs virus aux individus qui ne les possèdent pas, davantage de personnes pourraient en tirer profit. »

Même si des investigations complémentaires sont requises, les nouvelles découvertes de l’étude sont significatives, notamment parce que nous avons déjà la capacité de modifier la flore intestinale. « Les bactéries intestinales font naturellement partie de notre organisme et de notre environnement. Ce qui est étonnant, c’est que nous avons le pouvoir d’altérer la composition de notre microbiote intestinal. Nous ne pouvons pas modifier les gènes, pas pour l’instant en tout cas », a souligné Rassmussen. « Si nous comprenons pourquoi les virus et les bactéries intestinales sont compatibles, il nous sera beaucoup plus aisé de modifier un élément qui impacte véritablement notre santé. »

SOURCE : Longevity.Technology
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Améliorer la prédiction du vieillissement

Prochain article

Les 10 meilleurs aliments pour vos niveaux d’oxyde nitrique

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.