Crédit photo : Shutterstock / La maladie de Parkinson résulte d’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux, tels que l’exposition à des toxines.
/

Maladie de Parkinson : causes, symptômes et traitements

Un trouble cérébral qui provoque des mouvements involontaires ou incontrôlables

289 vues
Publié dans NIH National Institute on Aging

Habituellement, les signes précurseurs débutent de façon graduelle et s’aggravent progressivement au fil du temps. Au fur et à mesure de cette évolution, les individus souffrant de la maladie de Parkinson peuvent éprouver des difficultés pour marcher et s’exprimer. De plus, des altérations dans leur comportement et leur état mental, des perturbations du sommeil, des états dépressifs, des problèmes de mémoire et une sensation de fatigue peuvent survenir.

Crédit photo : Pexels/Sam Lin
On compte parmi les symptômes de la maladie de Parkinson, le tremblement des mains.

Toute personne est susceptible de développer la maladie de Parkinson. Certaines études suggèrent une prévalence plus élevée chez les hommes que chez les femmes. Bien que les raisons demeurent encore inexpliquées, des recherches sont actuellement menées pour appréhender les facteurs susceptibles d’accroître le risque. Un facteur manifeste est l’âge : bien que la majorité des individus atteints de la maladie de Parkinson la développent après l’âge de 60 ans, environ 5 à 10 % commencent à manifester des symptômes avant d’atteindre 50 ans. Les occurrences précoces de cette maladie sont souvent, mais pas systématiquement, liées à des facteurs héréditaires, et certaines formes sont associées à des altérations spécifiques au niveau de gènes.

Crédit photo : Pexels/Anna Shvets
Lorsque les neurones meurent ou deviennent altérés, ils produisent moins de dopamine.

Quelles origines sont associées à la maladie de Parkinson ?

Les manifestations et indications les plus significatives de la maladie de Parkinson surviennent quand les cellules nerveuses localisées dans les noyaux gris centraux, une partie du cerveau responsable de la régulation des mouvements, subissent des altérations et/ou déclinent. En temps normal, ces cellules nerveuses, ou neurones, génèrent une substance chimique cruciale du cerveau appelée dopamine. Le déficit en dopamine résultant du déclin ou des altérations des neurones engendre les problèmes moteurs associés à cette maladie. Le mécanisme de la mort des neurones demeure toujours inconnu pour les chercheurs.

De plus, les individus souffrant de la maladie de Parkinson perdent également les terminaisons nerveuses responsables de la production de noradrénaline, le messager chimique prédominant du système nerveux sympathique, qui régit diverses fonctions corporelles telles que le rythme cardiaque et la tension artérielle. La diminution de noradrénaline pourrait contribuer à expliquer certains des symptômes non-moteurs de la maladie de Parkinson, notamment la fatigue, les fluctuations de tension artérielle, la réduction du péristaltisme et les chutes brusques de la tension artérielle lors du passage d’une position assise ou allongée à une position debout.

De nombreux chercheurs croient que la maladie résulte d’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux, tels que l’exposition à des toxines.

Un grand nombre de cellules cérébrales chez les individus atteints de la maladie de Parkinson renferment des agrégats particuliers nommés corps de Lewy, constitués de la protéine alpha-synucléine. Les chercheurs s’efforcent de mieux appréhender les fonctions régulières et altérées de l’alpha-synucléine, ainsi que son lien avec les altérations génétiques qui influencent la maladie de Parkinson et la démence à corps de Lewy. La démence à corps de Lewy (DCL) occupe la deuxième position parmi les démences neurodégénératives les plus courantes, juste après la maladie d’Alzheimer. Cette condition complexe présente des symptômes partagés avec la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson, ce qui la rend difficile à identifier et à diagnostiquer.

Certains cas semblent avoir une composante héréditaire, tandis que d’autres peuvent être rattachés à des anomalies génétiques spécifiques. Malgré la conviction que la génétique joue un rôle dans la maladie de Parkinson, celle-ci ne semble généralement pas être héritée au sein des familles. Actuellement, de nombreux chercheurs sont d’avis que la maladie de Parkinson résulte d’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux, parmi lesquels figure l’exposition à des substances toxiques.

Crédit photo : NIH National Institute on Aging
Les symptômes commencent souvent d’un seul côté du corps. Au fur et à mesure que la maladie progresse, elle finit par affecter les deux côtés.

Manifestations des symptômes associés à la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson présente quatre symptômes majeurs :

  • Tremblements touchant les mains, les bras, les jambes, la mâchoire ou la tête
  • Rigidité musculaire, où le muscle reste contracté sur une longue durée
  • Lenteur des mouvements
  • Perturbations de l’équilibre et de la coordination, pouvant engendrer des chutes occasionnelles

D’autres manifestations symptomatiques peuvent inclure :

  • Altérations émotionnelles telles que la dépression
  • Difficultés à avaler, mâcher et parler
  • Problèmes urinaires ou constipation
  • Problèmes cutanés

Les symptômes de la maladie de Parkinson varient d’un individu à l’autre, tout comme leur vitesse de progression. Les premières indications de cette condition sont subtiles et se développent progressivement. Par exemple, les individus peuvent éprouver de légers tremblements ou avoir des difficultés à se lever d’une chaise. Ils pourraient constater des changements tels qu’un discours plus faible ou une écriture ralentie. Dans certains cas, ce sont les proches qui remarquent en premier les altérations chez une personne atteinte de la maladie de Parkinson, telles qu’une diminution des expressions faciales ou une incapacité à mouvoir un bras ou une jambe normalement.

Souvent, les personnes touchées par la maladie adoptent une démarche parkinsonienne caractérisée par une inclinaison vers l’avant, de petits pas rapides et une réduction du balancement des bras. L’initiation ou la continuation d’un mouvement peut aussi poser problème. Les symptômes ont tendance à commencer d’un côté du corps pour éventuellement affecter les deux côtés au fur et à mesure de l’évolution de la maladie. Cependant, il se peut que les manifestations soient plus prononcées d’un côté que de l’autre.

De nombreuses personnes atteintes de la maladie de Parkinson notent que des problèmes de sommeil, de constipation, de perte d’odorat et de jambes agitées ont précédé les raideurs et les tremblements. Bien que certains de ces symptômes soient également associés au vieillissement, il est recommandé de consulter un médecin si ces manifestations s’aggravent ou interfèrent avec les activités quotidiennes.

Impacts Cognitifs de la Maladie de Parkinson

Des modifications cognitives peuvent être observées chez certaines personnes affectées par la maladie de Parkinson, impliquant des altérations dans la mémoire, l’attention et la capacité de planification et d’exécution des tâches. Ces variations cognitives peuvent également être influencées par le stress, la dépression et l’usage de médicaments spécifiques.

À mesure que la progression de la maladie se poursuit, certains individus peuvent développer une démence, une variante associée aux corps de Lewy. Dans ce contexte, la mémoire peut être profondément affectée, perturbant ainsi la routine quotidienne.

Diagnostic de la maladie de Parkinson

À ce jour, il n’existe pas de test sanguin ou de laboratoire pour poser un diagnostic non génétique de la maladie de Parkinson. Habituellement, les professionnels de santé établissent le diagnostic en prenant en compte les antécédents médicaux du patient et en effectuant un examen neurologique. Une réaction positive aux médicaments prescrits peut également être un indicateur supplémentaire de la présence de la maladie.

Diverses conditions médicales peuvent présenter des symptômes similaires à ceux de la maladie de Parkinson. Le terme « parkinsonisme » est parfois utilisé pour décrire des symptômes semblables qui proviennent d’autres sources, telles que l’atrophie multisystémique ou la démence à corps de Lewy. Bien que ces troubles puissent initialement être confondus avec la maladie de Parkinson, des investigations médicales spécifiques et la réponse aux traitements peuvent contribuer à différencier les origines. De nombreuses autres pathologies partagent des caractéristiques analogues, mais nécessitent des approches thérapeutiques distinctes. Il est donc essentiel d’obtenir un diagnostic précis dès que possible.

Approches thérapeutiques de la maladie de Parkinson

Bien qu’il n’existe pas de remède absolu contre la maladie de Parkinson, diverses solutions incluant médicaments, interventions chirurgicales et autres thérapies peuvent fréquemment apporter un soulagement partiel des symptômes.

Utilisation de médicaments dans la gestion de la maladie de Parkinson

Les médicaments se révèlent utiles dans l’atténuation des symptômes de la maladie de Parkinson en agissant de plusieurs manières :

  • Accroître les niveaux de dopamine dans le cerveau
  • Affecter d’autres composés cérébraux tels que les neurotransmetteurs, qui facilitent la transmission d’informations entre les cellules cérébrales
  • Contribuer à la maîtrise des symptômes non-moteurs

L’élément central du traitement pour la maladie de Parkinson est la lévodopa. Cette substance est utilisée par les neurones pour produire de la dopamine, rétablissant ainsi l’équilibre amoindri de cette substance chimique dans le cerveau. La lévodopa est généralement prise en conjonction avec le carbidopa, qui réduit ou prévient certains effets secondaires liés à son utilisation, comme les nausées, les vomissements, l’hypotension artérielle et l’agitation. Par ailleurs, cette combinaison réduit la quantité de lévodopa nécessaire pour améliorer les symptômes.

Il est impératif que les individus atteints de la maladie de Parkinson n’interrompent jamais la prise de lévodopa sans en référer à leur médecin. L’arrêt brusque de ce médicament peut engendrer des effets secondaires graves, tels qu’une incapacité à se mouvoir ou des problèmes respiratoires.

Le professionnel de la santé peut également recommander d’autres médicaments pour traiter les symptômes de la maladie de Parkinson, incluant notamment :

  • Les agonistes de la dopamine, qui stimulent la production de dopamine dans le cerveau
  • Les inhibiteurs enzymatiques (tels que les inhibiteurs de la MAO-B et de la COMT), augmentant les taux de dopamine en ralentissant l’action des enzymes décomposant la dopamine dans le cerveau
  • Les amantadines, destinées à réduire les mouvements involontaires
  • Les médicaments anticholinergiques, visant à atténuer les tremblements et la raideur musculaire

Stimulation cérébrale profonde

Lorsque les médicaments ne produisent pas des résultats satisfaisants chez les individus touchés par la maladie de Parkinson, le professionnel de santé peut recommander une méthode connue sous le nom de stimulation cérébrale profonde. Cette approche implique une intervention chirurgicale au cours de laquelle des électrodes sont implantées dans une partie spécifique du cerveau. Ces électrodes se connectent ensuite à un petit dispositif électrique implanté dans la poitrine. Le dispositif et les électrodes agissent en stimulant doucement des zones cérébrales particulières qui régulent les mouvements. Cette méthode peut contribuer à réduire divers symptômes associés aux mouvements de la maladie de Parkinson, comme les tremblements, la lenteur des mouvements et la rigidité.

Autres approches thérapeutiques

D’autres options thérapeutiques susceptibles d’atténuer les symptômes de la maladie de Parkinson sont les suivantes :

  • Thérapies physiques, professionnelles et orthophoniques, qui visent à atténuer les problèmes liés à la démarche, à la voix, aux tremblements, à la raideur et au déclin cognitif.
  • Adoption d’une alimentation saine en vue d’améliorer le bien-être global.
  • Pratique d’exercices pour renforcer les muscles, améliorer l’équilibre, la souplesse et la coordination.
  • Recours à la massothérapie afin de réduire les tensions.
  • Participation au Yoga ou au tai-chi pour accroître la flexibilité et l’étirement musculaire.

Soutien aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Bien que la progression de la maladie de Parkinson se fasse généralement à un rythme lent, elle peut finir par perturber les routines quotidiennes. Des tâches telles que le travail, les soins à domicile et la participation à des activités sociales avec des amis peuvent devenir plus complexes. Affronter ces changements peut être une épreuve, mais les groupes de soutien peuvent apporter un appui précieux. Ces groupes fournissent informations, conseils et liens vers des ressources pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, leurs familles et les soignants qui les entourent.

SOURCE : NIH National Institute on Aging
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

3 avantages anti-âge de la thermothérapie

Prochain article

Le sommeil est important pour la santé cardiaque

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.