Crédit photo : Longevity.Technology
/

Microbiome intestinal : notre signature unique

Une nouvelle étude sur le microbiome intestinal montre des données prometteuses sur le vieillissement intestinal et la longévité

1 553 vues
Publié dans Longevity.Technology par Eleanor Garth

La plupart des gens ont pour objectif de vieillir en bonne santé et de vivre longtemps, et un microbiome intestinal sain pourrait jouer un rôle crucial pour atteindre cet objectif.

Crédit photo : Shutterstock
A mesure qu’un individu vieillit, son microbiome intestinal semble devenir de plus en plus divergent des autres.

Le microbiome intestinal humain est constitué d’une vaste gamme de différents types de bactéries, de protozoaires, d’archées, de virus et de champignons qui le rendent unique. À tout moment, il abrite environ 40 billions de bactéries, dont la santé est cruciale pour le tube digestif et pour l’organisme dans son ensemble. La recherche récente ouvre-t-elle la voie à une méthode pour « pirater le système » et prolonger la vie humaine ?

L’Institute of Science Biology de Seattle a formé une équipe de recherche qui a étudié le microbiome intestinal, ainsi que les données phénotypiques et cliniques de plus de 9 000 personnes âgées de 18 à 101 ans, réparties en trois cohortes indépendantes. Étant donné que cette étude incluait des patients âgés de 78 à 98 ans, les chercheurs ont pu suivre les résultats de santé et de survie au fil du vieillissement.

Crédit photo : Unsplash/julien Tromeur
Les indoles, des composés organiques hétérocycliques connus pour réduire l’inflammation de l’intestin.

Les résultats de l’étude montrent que le microbiome intestinal d’un individu devient de plus en plus divergent de celui des autres à mesure qu’il vieillit, ce qui se traduit par une signature métabolique plus unique. Ce processus semble commencer entre le milieu et la fin de l’âge adulte et correspond au début d’un déclin continu des genres bactériens de base. Ces derniers sont considérés comme un ensemble de bactéries courantes trouvées dans le tractus intestinal.

Comment le microbiome intestinal affecte-t-il le vieillissement ?

Bien que les microbiomes individuels deviennent de plus en plus uniques, les fonctions métaboliques qu’ils remplissent partagent des caractéristiques communes.

Le maintien de la santé du microbiome intestinal est crucial pour le tube digestif et pour l’organisme dans son ensemble.

Les chercheurs ont découvert qu’il existe une structure métabolique claire associée au modèle d’unicité. Ils ont donné l’exemple des indoles, des composés organiques hétérocycliques connus pour réduire l’inflammation de l’intestin. On pense que l’inflammation chronique contribue aux morbidités liées au vieillissement au fil du temps. En maintenant les niveaux d’indoles dans l’intestin à mesure que nous vieillissons, cela pourrait favoriser la santé et aider à prévenir les maladies liées à l’âge.

Crédit photo : Shutterstock
Trouver un moyen de maintenir les indoles dans l’intestin à mesure que nous vieillissons pourrait promouvoir la santé et aider à prévenir la morbidité liée à l’âge.

Le Dr Tomasz Wilmanski, qui a dirigé l’étude, a déclaré que « cette signature unique peut prédire la survie des patients au cours des dernières décennies de la vie ». Il a également expliqué que les individus en bonne santé d’environ 80 ans présentaient « une dérive microbienne continue vers un état de composition unique, mais cette dérive était absente chez les individus moins sains ».

Lorsqu’il s’agit des genres intestinaux de base, il semblerait que certaines populations centenaires soient victimes d’un déclin constant, tandis que d’autres conservent une stabilité remarquable. Ce phénomène remet en question la fréquence de perte de variance du microbiome en vieillissant, et soulève des questions sur les mécanismes qui influencent cette variation interindividuelle.

Selon le Dr Sean Gibbons, spécialiste du microbiome et co-auteur correspondant de l’article, « les résultats antérieurs de la recherche sur le vieillissement du microbiome semblent présenter des incohérences. Certains rapports indiquent un déclin des genres intestinaux de base chez les populations centenaires, tandis que d’autres suggèrent une stabilité relative du microbiome jusqu’au début des déclins de santé liés au vieillissement. Cette contradiction soulève des questions sur les facteurs qui peuvent influencer la diversité du microbiome intestinal au fil du temps. »

« Notre étude, qui associe pour la première fois une analyse approfondie de la santé et de la survie, permet de résoudre ces contradictions », ajoute-t-il. « Nous avons identifié deux trajectoires distinctes de vieillissement :

1) La diminution des genres bactériens de base s’accompagne d’une augmentation simultanée de la diversité chez les personnes en meilleure santé, corroborant ainsi les résultats précédemment observés chez les centenaires vivant en communauté.

2) le maintien des microbes de base chez les individus en moins bonne santé. »

Une analyse approfondie a permis de découvrir que le microbiome adulte continue de se développer chez les personnes en bonne santé à mesure qu’elles vieillissent. En revanche, chez les individus en mauvaise santé, les compositions microbiennes qui étaient associées à une bonne santé au début ou au milieu de l’âge adulte peuvent ne plus être compatibles avec la santé à la fin de l’âge adulte. Cette observation souligne l’individualité de la manière dont le système digestif vieillit.

Le professeur Nathan Price, PhD, co-auteur correspondant de l’étude, a exprimé son enthousiasme envers les implications cliniques potentiellement importantes de ces résultats. « Nous sommes très excités par cette étude car elle pourrait avoir des répercussions majeures sur la surveillance et la modification de la santé du microbiome intestinal tout au long de la vie d’une personne », a-t-il déclaré.

Quelle est la prochaine étape pour la recherche sur le microbiome intestinal ?

Envisageons maintenant l’impact concret pour les patients du suivi de leur santé intestinale à mesure qu’ils vieillissent. Les tests de séquençage du microbiome intestinal, tels que Thryve, sont déjà disponibles pour une utilisation à domicile. Le professeur Price espère que la recherche en cours permettra non seulement de surveiller la santé intestinale, mais aussi de la modifier pour améliorer les résultats individuels. Ce serait une avancée majeure dans les soins de santé personnalisés.

Des examens périodiques simples, associés à des applications qui surveillent l’alimentation et d’autres aspects de la condition physique, pourraient permettre une approche holistique pour améliorer la longévité. Il semble que notre santé soit véritablement liée à ce que nous consommons.

SOURCE : Longevity.Technology
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Le ginseng, l’herbe du pouvoir et de la longévité

Prochain article

Hormèse : pour la digestion et la longévité

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.