/
346 vues
4 minutes de lecture

Motivation, stress oxydatif et nutrition

Maintenir sa motivation est souvent un défi de taille, ce qui en fait un sujet de recherche très étudié

Crédit photo : Pexels/Life Of Pix / Les cellules ont un certain nombre de mécanismes en place pour éliminer les espèces oxydatives, rétablissant ainsi l’équilibre chimique de la cellule.
Publié dans World Health.Net

La motivation est souvent la clé du succès, de l’épanouissement personnel et de la réalisation de nos objectifs. Pourtant, maintenir sa motivation est souvent un défi de taille, qui a suscité de nombreuses recherches. Certaines études se sont récemment intéressées à la question du métabolisme cérébral et de son impact sur notre capacité de motivation. Le professeur Carmen Sandi de la Faculté des sciences de la vie de l’EPFL s’interroge : « Les différences de métabolites dans le cerveau peuvent-elles affecter notre motivation ? Et si oui, des interventions nutritionnelles pourraient-elles améliorer efficacement nos performances ? ».

C’est dans ce contexte que le groupe de recherche de Sandi, en collaboration avec l’Institut Nestlé des sciences de la santé, a mené une étude approfondie sur le noyau accumbens, une zone profonde du cerveau connue pour réguler des fonctions cruciales telles que la récompense, le renforcement et surtout, la motivation. Les résultats de cette étude ouvrent de nouvelles perspectives pour comprendre et améliorer notre motivation.

Crédit photo : Pexels/Anna Shvets
Evaluation des relations entre les métabolites dans le noyau accumbens et les performances motivées.

Stress oxydatif et métabolisme cérébral : quels impacts sur la santé mentale ?

L’objectif de cette étude était de démontrer que le cerveau, tout comme les autres tissus de notre corps, est constamment soumis à un stress oxydatif lié à son métabolisme. Mais qu’entend-on exactement par « stress oxydatif » ? Lorsque les cellules métabolisent des molécules pour produire de l’énergie, elles génèrent des déchets toxiques sous forme de molécules réactives appelées « espèces oxydatives ». Bien que les cellules disposent de mécanismes pour éliminer ces espèces, l’équilibre chimique peut parfois être perturbé, entraînant un déséquilibre appelé « stress oxydatif ». Cette perturbation est le résultat d’un déséquilibre dans la lutte constante que mènent les cellules pour maintenir leur équilibre chimique, qui peut avoir des conséquences importantes sur la santé du cerveau.

Crédit photo : Shutterstock
La cystéine est contenue dans les « aliments riches en protéines », tels que la viande, le poulet, le poisson ou les fruits de mer.

Glutathion et santé : une connexion vitale

Le stress oxydatif est un phénomène courant dans le cerveau en raison de ses processus neurométaboliques. Les chercheurs se sont alors interrogés sur le lien potentiel entre les antioxydants présents dans le noyau accumbens et la motivation. Dans cette optique, l’équipe scientifique s’est penchée sur le rôle clé de la glutathion (GSH), la protéine antioxydante la plus importante du cerveau, et son impact sur la motivation.

Carmen Sandi, professeur à la Faculté des sciences de la vie de l’EPFL, précise : « Nous avons étudié les relations entre les métabolites présents dans le noyau accumbens, une région cruciale du cerveau, et la performance motivée. Nous avons ensuite mené des expériences sur des animaux afin de comprendre le mécanisme sous-jacent et de confirmer la causalité entre le métabolite identifié et la performance, tout en démontrant que des interventions nutritionnelles peuvent modifier le comportement en agissant sur cette voie. »

Le cerveau est soumis à un stress oxydatif constant, en raison de son métabolisme.

L’étude du glutathion (GSH) dans le noyau accumbens du cerveau

Dans un premier temps, les chercheurs ont eu recours à une méthode non invasive appelée « spectroscopie par résonance magnétique protonique ». Cette technique leur a permis d’évaluer et de quantifier la biochimie dans une zone spécifique du cerveau, le noyau accumbens. Les niveaux de GSH ont ainsi été mesurés chez des humains et des rats, puis comparés à leur performance dans des tâches standardisées liées à l’effort mesurant la motivation. Les résultats ont montré que des niveaux élevés de GSH dans le noyau accumbens étaient corrélés à une performance supérieure et stable dans les tâches de motivation.

Corrélation entre les niveaux et la motivation GHS

Cependant, les chercheurs ont voulu aller au-delà de la simple corrélation et ont mené des expériences sur des rats vivants. Ils ont injecté à ces rats un bloqueur de GSH, diminuant ainsi la synthèse et les niveaux de l’antioxydant. Les résultats ont montré que les rats ont présenté moins de motivation, ayant une performance inférieure dans les tests basés sur l’effort et les incitations à la récompense.

Crédit photo : Pexels/Min An
Les chercheurs se sont concentrés sur le « noyau accumbens », qui joue un rôle majeur dans la régulation de fonctions telles que la récompense, le renforcement, et surtout la motivation.

En revanche, lorsque les chercheurs ont administré une intervention nutritionnelle à base de N-acétylcystéine, un précurseur du GSH, qui a augmenté les niveaux de GSH dans le noyau accumbens, les rats ont mieux réussi les tâches.

Trouvez la motivation dans votre assiette

Les auteurs de l’étude suggèrent que « des interventions nutritionnelles ciblant les processus oxydatifs clés pourraient être une approche réalisable pour stimuler la motivation. » Les résultats de l’étude fournissent de nouvelles informations sur la façon dont le métabolisme cérébral est lié au comportement, et offrent une lueur d’espoir pour améliorer l’endurance à l’effort.

Selon Sandi, « la N-acétylcystéine, un supplément nutritionnel donné dans l’étude, peut également être synthétisé dans le corps à partir de son précurseur cystéine, » que l’on trouve dans des « aliments riches en protéines » tels que la viande, le poulet, le poisson ou les fruits de mer. Les aliments à grains entiers tels que le pain et les céréales, ainsi que certains légumes comme le brocoli, les oignons et les légumineuses sont également de bonnes sources de cystéine.

« Bien qu’il existe d’autres moyens d’augmenter les niveaux de GSH dans le corps, les niveaux se mesurent dans le cerveau, en particulier dans le noyau accumbens, une région largement inconnue. L’étude présente cependant une preuve de principe que la N-acétylcystéine alimentaire peut augmenter les niveaux de GSH dans le cerveau et faciliter un comportement d’effort. La clé de la motivation pourrait donc bien se trouver dans votre assiette. »

SOURCE : World Health.Net
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Un monde sans crise cardiaque

Prochain article

Volonté de prolonger la durée de vie

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.