Crédit photo : StudyFinds / Une meilleure gestion des émotions négatives peut aider à freiner la neurodégénérescence.
/
303 vues
5 minutes de lecture

Pensées négatives, vieillissement cérébral et neurodégénérescence

Il est important de veiller à son bien-être mental, car les pensées négatives peuvent avoir un impact sur le vieillissement du cerveau et la dégénérescence neuronale

Publié dans StudyFinds par John Anderer

Bien que certaines personnes soient plus enclines à s’ouvrir émotionnellement que d’autres, tout le monde doit à un moment donné faire face à ses émotions. La vie peut amener des émotions négatives, de l’anxiété ou de la dépression, mais de nouvelles recherches fascinantes montrent que la gestion des émotions peut aider à ralentir le vieillissement cérébral et à limiter la neurodégénérescence.

Crédit photo : Pexels/Vlada Karpovich
Les personnes âgées peuvent se concentrer plus facilement sur les détails positifs, même lors d’un événement négatif.

Les neuroscientifiques de l’Université de Genève (UNIGE) ont mené une étude pour observer l’activité cérébrale chez des jeunes et des personnes âgées lorsqu’elles étaient confrontées à la souffrance psychologique d’autrui. Chez les participants plus âgés, les connexions neuronales semblaient avoir subi une altération émotionnelle importante en raison d’émotions négatives ressenties sur une longue période de temps. Cette tendance était plus marquée dans le cortex cingulaire postérieur et l’amygdale, deux régions du cerveau impliquées dans la gestion des émotions et de la mémoire autobiographique.

Crédit photo : Pexels/Mart Production
Le cortex cingulaire postérieur et l’amygdale sont fortement impliquées dans la gestion des émotions et de la mémoire autobiographique.

De quelle manière le cerveau répond-il aux émotions ?

Selon les auteurs de l’étude, la gestion améliorée des émotions négatives, par exemple à travers la pratique de la méditation, peut contribuer à freiner la neurodégénérescence. Cette recherche s’inscrit dans la continuité des avancées de la science moderne pour mieux comprendre le fonctionnement du cerveau. Depuis deux décennies, les chercheurs étudient comment le cerveau réagit face aux émotions.

Dans un communiqué de presse universitaire, la Dr Olga Klimecki, chercheuse au Centre suisse des sciences affectives de l’Université de Genève et dernière auteure de l’étude menée dans le cadre d’un projet de recherche européen, a déclaré que « les scientifiques commencent à comprendre les mécanismes qui interviennent lors de la perception d’un stimulus émotionnel. » Cependant, les mécanismes émotionnels suivants demeurent un mystère : comment le cerveau passe-t-il d’une émotion à une autre ? Comment retrouve-t-il son état initial ? Est-ce que la variabilité émotionnelle évolue avec l’âge ? Quelles sont les conséquences d’une mauvaise gestion des émotions sur le cerveau ?

Les personnes âgées présentent un modèle différent d’activité cérébrale et de connectivité

Des recherches antérieures menées en psychologie ont révélé que la capacité à modifier rapidement ses émotions peut être bénéfique pour la santé mentale. En revanche, ceux qui ont des difficultés à réguler leurs émotions, et qui restent donc dans un même état émotionnel sur de plus longues périodes, sont généralement plus susceptibles de développer une dépression.

Crédit photo : Pexels/Cottonbro Studio
Les émotions négatives, l’anxiété ou la dépression peuvent être inévitables dans la vie mais nous pouvons gérer nos émotions.

Patrik Vuilleumier, professeur au Département des neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine et au Centre suisse des sciences affectives de l’UNIGE et co-directeur de l’étude, a expliqué que leur objectif était d’identifier les traces cérébrales laissées après le visionnage de scènes émotionnelles. Ils voulaient ainsi évaluer la réaction du cerveau et ses mécanismes de récupération, avec une attention particulière portée aux personnes âgées pour déterminer les possibles différences entre le vieillissement normal et pathologique.

Patrik Vuilleumier, professeur au Département des neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine et au Centre suisse des sciences affectives de l’UNIGE et co-directeur de l’étude, a expliqué que leur objectif était d’identifier les traces cérébrales laissées après le visionnage de scènes émotionnelles. Ils voulaient ainsi évaluer la réaction du cerveau et ses mécanismes de récupération, avec une attention particulière portée aux personnes âgées pour déterminer les possibles différences entre le vieillissement normal et pathologique.

Selon Sebastian Baez Lugo, chercheur dans le laboratoire de Patrik Vuilleumier et premier auteur de l’étude, « les personnes âgées ont généralement un modèle d’activité cérébrale et de connectivité différent de celui des personnes plus jeunes. » Cela est particulièrement visible dans l’activité du réseau en mode par défaut, un réseau cérébral fortement activé au repos, qui est souvent perturbé par la dépression ou l’anxiété et est donc impliqué dans la régulation des émotions. Chez les personnes âgées faisant partie de ce réseau, le cortex cingulaire postérieur, qui traite la mémoire autobiographique, présente une augmentation de ses connexions avec l’amygdale, qui traite les stimuli émotionnels importants. Ces connexions sont plus fortes chez les sujets ayant des niveaux d’anxiété élevés et des pensées négatives.

L’effet de la méditation de pleine conscience sur l’atténuation des émotions négatives

Il convient de souligner que les personnes âgées sont généralement plus aptes à réguler leurs émotions que les individus plus jeunes. En règle générale, les personnes âgées sont plus aptes à se concentrer sur les détails positifs, même dans des situations négatives. Toutefois, les modifications de la connectivité entre le cortex cingulaire postérieur et l’amygdale suggèrent une déviation par rapport au processus normal de vieillissement, qui est accentuée chez ceux qui éprouvent de l’anxiété et des émotions négatives. Le cortex cingulaire postérieur est l’une des régions cérébrales les plus touchées par la démence, ce qui suggère que la présence de ces symptômes pourrait accroître le risque de maladies neurodégénératives.

Sebastian Baez Lugo ajoute : « Nous ne savons toujours pas si c’est une mauvaise régulation émotionnelle et l’anxiété qui augmentent le risque de démence ou l’inverse. Notre hypothèse est que les personnes plus anxieuses peuvent avoir moins de capacité de distanciation émotionnelle. » Le mécanisme d’inertie émotionnelle, dans le contexte du vieillissement, peut être expliqué par le fait que le cerveau de ces personnes reste « figé » dans un état négatif en associant la souffrance des autres à leurs propres souvenirs émotionnels. Les auteurs de l’étude cherchent actuellement à savoir si le mécanisme d’inertie émotionnelle peut être prévenu pour réduire le risque de démence. Ils ont lancé une étude interventionnelle de 18 mois qui se concentre sur les effets de l’apprentissage des langues étrangères et de la méditation. Pour affiner encore plus leurs résultats, ils vont également comparer les effets de deux types de méditation : la pleine conscience, qui aide à se concentrer sur ses propres sentiments en étant ancré dans le présent, et la méditation « compatissante », qui vise à renforcer les émotions positives envers les autres. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue Nature Aging.

SOURCE : StudyFinds
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Dormir mieux pour une bonne santé cardiaque

Prochain article

L’amour pour une vie longue et saine

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.