Crédit photo : The Epoch Times/Ingrédients à base de plantes de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC).
/
1 300 vues
5 minutes de lecture

Les nouvelles potions magiques, un remède détonnant !

Il est possible d'adopter différentes mesures pour améliorer notre santé et notre longévité. Est-ce que des pratiques anciennes peuvent être bénéfiques pour prévenir les effets du vieillissement ?

Publié dans The Epoch Times par Ellen Wan et Weber Lee

Une équipe de chercheurs du département d’anatomie et de biologie cellulaire de l’Université nationale de Taiwan a mené une étude afin d’identifier des médicaments traditionnels chinois (MTC) ayant des effets anti-âge et pouvant prolonger la durée de vie. Les sources utilisées pour cette recherche étaient notamment le « Compendium of Materia Medica », les « Invaluable Prescriptions for Ready Reference », le « Divine Husbandman’s Classic of Materia Medica » et le « Yellow Emperor’s Inner Canon ».

Après des analyses et des tests approfondis, les chercheurs ont retenu une liste de 33 herbes simples et six formules à base de plantes, ayant des propriétés intéressantes pour prolonger la durée de vie. Parmi celles-ci, l’herbe Psoralea corylifolia a été identifiée comme ayant des effets bénéfiques pour prolonger la durée de vie. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Nature Communications en mars 2022.

Crédit photo : Pexels/Tara Winstead
Psoralea corylifolia a des propriétés prolongeant la durée de vie.

Une substance qui étend la durée de vie et atténue le processus de vieillissement

Les scientifiques ont observé que l’extrait brut à base d’éthanol de P. corylifolia avait un effet positif sur la durée de vie réplicative de la levure. Cette dernière est souvent utilisée comme modèle d’étude pour la sénescence, étant donné qu’elle permet une évaluation simple et précise. La durée de vie réplicative correspond au nombre de divisions cellulaires que peut effectuer une cellule de levure avant de mourir, soit le nombre de cellules filles qu’elle peut engendrer.

Crédit photo : Pexels/EVG Kowalievska
Lorsque les reins sont endommagés, la croissance peut être ralentie.

Les chercheurs ont procédé à l’analyse du P. corylifolia par le biais de la spectrométrie de masse, ce qui leur a permis d’isoler 22 composés différents. Les activités de ces composés ont ensuite été examinées à l’aide du Programme d’Enrichissement Maternel (MEP), un système de tests conçu pour évaluer la durée de vie réplicative. Les résultats ont montré que l’un de ces composés, la corylline, pouvait prolonger la durée de vie des souris âgées nourries avec un régime riche en graisses.

L’étude a également mis en évidence que la corylline était efficace pour prolonger la durée de vie et réduire le processus de vieillissement en inhibant l’enzyme mTOR. Cette dernière joue un rôle essentiel dans la régulation de la croissance et de la division cellulaire.

La santé du rein affecte également la durée de vie d’une personne.

Le P. corylifolia provient du fruit mûr d’une légumineuse appelée « Cullen corylifolium ». Il est répertorié dans un ouvrage classique de la médecine traditionnelle chinoise, « Lei’s Treatise on Herb Processing », écrit par Lei Wei pendant les dynasties du Sud et du Nord (420-589). Ce livre est considéré comme la première monographie chinoise sur le traitement de la phytothérapie et détaille les propriétés, l’apparence et les caractéristiques clés pour différencier les espèces de 300 types d’herbes. Cette information est cruciale pour évaluer et identifier les médicaments chinois, faisant de l’ouvrage un document essentiel.

Crédit photo : Pexels/Vedara Adamchuk
L’équipe de recherche a sélectionné 33 herbes simples et six formules à base de plantes.

Le P. corylifolia a été répertorié dans le « Compendium of Materia Medica » pour sa capacité à renforcer le rein et à traiter une variété de maux tels que les douleurs lombaires, les mictions fréquentes, l’énurésie nocturne chez les enfants et les douleurs dentaires chroniques.

L’influence de la santé rénale sur la longévité

Selon la médecine moderne, les reins sont chargés de maintenir la composition sanguine en éliminant les déchets et l’excès d’eau. Toutefois, la médecine traditionnelle chinoise (MTC) attribue aux reins une gamme plus étendue de fonctions. Ils sont considérés comme étant à l’origine de la croissance, de la maturation et de la reproduction d’une personne, et gouvernent également le système urogénital, le système endocrinien, le système immunitaire, l’hypophyse et l’axe surrénalien. En MTC, le terme « rein » ne se réfère pas à un seul organe, mais à un système complet, le méridien rénal.

Selon le « Canon de médecine interne de l’Empereur Jaune », les reins sont considérés comme étant l’endroit où est stockée l’essence, qui transforme le Qi (l’énergie vitale) et produit du sang. En MTC, les reins sont considérés comme étant responsables de la croissance humaine, et l’essence stockée dans les reins est l’énergie vitale qui détermine la vitalité d’une personne. Par conséquent, la santé des reins peut influencer la durée de vie.

Une étude publiée en 2021 dans Pediatric Nephrology indique que les récepteurs de l’hormone de croissance (GH) et le facteur de croissance analogue à l’insuline-1 (IGF-1) sont abondamment exprimés dans le rein, y compris les cellules glomérulaires et tubulaires. La GH, une protéine de 22 kDa, sécrétée par l’hypophyse antérieure, joue un rôle important dans la croissance postnatale et est impliquée dans de nombreuses autres fonctions biologiques, notamment le métabolisme et l’homéostasie. L’IGF-1 est principalement synthétisée dans le foie et produite localement dans les reins. GH et IGF-1 agissent en synergie en ce qui concerne la croissance et les reins et de manière antagoniste sur le métabolisme du glucose.

Les National Institutes of Health (NIH) indiquent que le retard de croissance est une complication fréquente chez les enfants souffrant d’insuffisance rénale chronique (IRC). Les enfants atteints d’un retard de croissance ont tendance à croître à un rythme plus lent et sont plus petits que d’autres enfants du même âge et du même sexe. Les reins jouent donc un rôle crucial dans la croissance de l’enfant, et lorsque les reins sont endommagés, la croissance peut être ralentie.

La source commune des aliments et des médicaments

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) repose sur la théorie des cinq éléments qui est un concept fondamental en son sein. Cette théorie sert de cadre pour expliquer l’interaction entre l’environnement météorologique et les organes du corps humain. Selon cette théorie, les cinq éléments (bois, feu, terre, métal et eau) représentent les cinq organes internes correspondants (foie, cœur, rate, poumon et rein), qui, à leur tour, représentent les cinq couleurs : vert, rouge, jaune, blanc et noir (violet). En suivant cette théorie, il est conseillé de consommer des aliments qui correspondent à cinq couleurs pour maintenir la santé des cinq organes internes.

Selon Ho Ha, un praticien de MTC, qui a accordé une interview à The Epoch Times le 8 janvier 2023, « P. corylifolia, également connue sous le nom de pois de terre, est utilisée en MTC pour traiter la calvitie, mais il est recommandé de consulter un praticien de MTC et de suivre ses instructions avant de l’utiliser. » Ho Ha affirme également que, « selon la MTC, les médicaments et la nourriture ont la même origine. » Il est recommandé de consommer des aliments noirs pour renforcer les reins, tels que le sésame noir, les mûres, les haricots noirs, la racine de fleur de toison, le champignon noir, le riz noir et le taro. Cela aidera à maintenir la santé des reins et donc la santé globale de l’organisme.

SOURCE : The Epoch Times
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Ralentir le vieillissement cardiovasculaire

Prochain article

Le sommeil, notre mise à jour système

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.