/
239 vues
4 minutes de lecture

Polyphénols : réduction de la graisse viscérale

En comparant deux variantes du régime méditerranéen dans un essai contrôlé randomisé, les scientifiques ont découvert que celle axée sur les plantes, qui contenait plus de polyphénols, était plus efficace pour perdre du poids.

Crédit photo : Lifespan.io / Une consommation plus élevée de noix et une consommation plus faible de viande rouge est recommandée.
Publié dans Lifespan.io par Arkadi Mazin

Au-delà du régime méditerranéen

Une alimentation saine est l’une des interventions anti-âge les plus puissantes disponibles aujourd’hui, mais la question de savoir quel régime alimentaire est le plus sain est très ouverte, en raison du grand nombre de facteurs impliqués. Le régime méditerranéen, riche en huile d’olive, légumes, légumineuses, poisson et noix, est probablement le plus fondé sur des preuves. De nombreuses études épidémiologiques et une poignée d’études interventionnelles ont lié le régime méditerranéen à divers résultats positifs pour la santé, notamment une diminution de la mortalité globale ainsi qu’une incidence plus faible de maladies cardiovasculaires et de cancers.

Crédit photo : Pexels/Adonyi Gabor
Les scientifiques veulent comprendre lequel des nombreux ingrédients du régime méditerranéen le rend sain.

Doublez les polyphénols

Ce groupe étudie les polyphénols depuis des années et ses études antérieures ont toutes lié les polyphénols à de meilleurs résultats cardiométaboliques. Pour ce nouvel essai contrôlé randomisé appelé DIRECT-PLUS, 294 participants ont été divisés en trois groupes. Le groupe témoin a mangé selon les directives d’alimentation saine, tandis que les deux groupes d’étude ont été soumis à un régime méditerranéen générique (MED) et à un régime méditerranéen plus axé sur les plantes (MED-green). Les patients de tous les groupes ont également été soumis à un régime d’activité physique identique.

Crédit photo : Pexels/Vanessa Loring
Les polyphénols sont abondants dans les baies, les noix, les légumes, le thé, le café et de nombreux autres produits végétaux.

Les deux groupes d’étude étaient isocaloriques (fournissant un nombre identique de calories), mais les participants du groupe MED-vert consommaient également 3-4 tasses de thé vert et un shake vert avec la Wolffia globosa (une souche de lentille d’eau également connue sous le nom de Mankai) par jour. Ces modifications ont effectivement doublé la quantité de polyphénols (de 440 mg / jour pour MED à 800 mg / jour pour MED-vert).

L’âge moyen des participants était de 51 ans et leur IMC moyen était de 31, ce qui indique une obésité. 36 % étaient prédiabétiques et 11 % étaient diabétiques. Le critère d’évaluation principal de l’essai était la perte de poids, mais elle a été mesurée d’une manière plus sophistiquée que de simplement mettre les gens sur une balance. Au lieu de cela, la technologie IRM a été utilisée pour quantifier les tissus adipeux abdominaux. Malheureusement, l’essai était déséquilibré en ce qui concerne le sexe, car 88% des participants étaient des hommes.

Le meilleur régime pour le pire type de graisse

Après la période d’essai de 18 mois, la perte de poids moyenne dans le groupe témoin était négligeable, malgré l’activité physique des patients. Les deux groupes d’étude, en revanche, ont montré une perte de poids substantielle. Bien qu’elle soit plus importante dans le groupe MED-vert (3,9% vs 2,7% dans le groupe MED), cette différence n’a pas atteint la signification statistique. Les résultats pour le tour de taille étaient largement similaires.

Une consommation plus élevée de Mankai est associée à une plus grande perte de graisse viscérale.

Il est important de noter que le régime MED-vert s’est avéré beaucoup plus efficace pour réduire la quantité de graisse viscérale, considérée comme plus nocive que la graisse sous-cutanée. Ici, la différence entre les deux régimes MED était évidente et statistiquement significative: la réduction moyenne de la graisse viscérale était de 14% dans le groupe MED-vert et de seulement 6% dans le groupe MED.

Analyse des composants

Les chercheurs se sont donné beaucoup de mal pour établir les effets de composants alimentaires particuliers. Selon leurs calculs, une consommation plus élevée de thé vert, de noix et de fibres alimentaires, ainsi qu’une consommation réduite de viande rouge, étaient toutes significativement associées à une plus grande perte de graisse viscérale lorsqu’elle était ajustée en fonction de l’âge et du sexe. Cependant, d’autres ajustements pour la perte de poids et la réduction du tour de taille ont compliqué le tableau, seule une augmentation de la consommation de fibres alimentaires restant statistiquement significative.

Crédit photo : Pexels/freestocksorg
Le régime MED-vert s’est avéré beaucoup plus efficace pour réduire la quantité de graisse viscérale

Avec le groupe MED-vert, une consommation plus élevée de Mankai était significativement associée à une plus grande perte de graisse viscérale, à de meilleurs résultats cardiovasculaires et à de meilleurs profils lipidiques. Une consommation plus élevée de noix et une consommation plus faible de viande rouge semblaient également aider. Plus important encore, des niveaux plasmatiques de polyphénols plus élevés étaient significativement associés à la perte de graisse viscérale dans tous les modèles, montrant une contribution directe des polyphénols.

L’urolithine A est un produit composé par des bactéries endogènes humaines à partir de polyphénols. La supplémentation directe en urolithine peut surmonter les limitations de la production endogène telles que la variabilité du microbiote intestinal. Dans cette étude, les taux urinaires d’urolithine A ont montré une forte association avec la réduction de la graisse viscérale et étaient eux-mêmes associés à une consommation accrue de noix et de Mankai.

Conclusion

Le régime méditerranéen et les polyphénols reçoivent beaucoup d’éloges, mais les études interventionnelles appropriées sont encore rares. Les résultats de cet essai contrôlé randomisé confirment l’importance de la consommation de polyphénols et suggèrent que les variantes « plus vertes » du régime méditerranéen sont plus efficaces pour perdre du poids, en particulier en ce qui concerne la graisse viscérale redoutée. Étant donné que de nombreux aspects du vieillissement dépendent du sexe, le nombre disproportionné d’hommes dans cette étude aurait pu limiter la généralité des résultats. D’autre part, la graisse viscérale est considérée comme plus nocive chez les hommes.

SOURCE : Lifespan.io
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Exercice, cancer et rapamycine

Prochain article

Spermidine, le supplément qui a un impact

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.