Crédit photo : Pexels/Antoni Shkraba / Une nouvelle étude menée par des chercheurs de Yale confirme les effets bénéfiques sur la santé des restrictions caloriques modérées.
/

Restriction calorique et longévité, nom de code: PLA2G7

L'analyse de la restriction calorique modérée chez l'être humain met en évidence des objectifs visant à améliorer la santé et à prolonger la durée de vie

231 vues
Publié dans YaleNews par Mallory Locklear, le 10 février 2022

Des recherches menées pendant des décennies ont démontré que limiter l’apport calorique chez les mouches, les vers et les souris peut améliorer leur durée de vie en laboratoire. Cependant, il reste incertain si cette restriction calorique peut avoir le même effet sur les êtres humains. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Yale confirme les avantages pour la santé des restrictions caloriques modérées chez l’homme, tout en identifiant une protéine clé qui pourrait être exploitée pour améliorer la santé humaine.

Crédit photo : Pexels/Vlada Karpovich
L’inflammation chronique est un déclencheur majeur de nombreuses maladies et a un effet négatif sur la durée de vie.

Restriction calorique sur deux ans

La base de cette recherche repose sur les résultats de l’essai clinique CALERIE (Comprehensive Assessment of Long-term Effects of Reducing Intake of Energy), qui est la première étude contrôlée de la restriction calorique chez les hommes en bonne santé. Les chercheurs ont tout d’abord établi l’apport calorique de base chez plus de 200 participants à l’étude. Ensuite, ils ont demandé à un groupe de participants de réduire leur apport calorique de 14%, tandis que l’autre groupe continuait à suivre son alimentation habituelle. Les effets à long terme de la restriction calorique ont été analysés sur une période de deux ans.

Le but de l’essai clinique, comme l’a déclaré le professeur Waldemar Von Zedtwitz de pathologie, d’immunobiologie et de médecine comparée, et auteur principal de l’étude, est d’évaluer si la restriction calorique a les mêmes bienfaits chez les hommes que chez les animaux de laboratoire.

Crédit photo : Pexels/Dana Tentis
Une simple réduction des calories a un effet remarquable en termes de biologie.

Les chercheurs cherchent à mieux comprendre les effets de la restriction calorique sur le corps humain, en particulier ce qui conduit à une amélioration de la santé. Étant donné que des recherches antérieures ont montré une augmentation des infections chez les souris soumises à une restriction calorique, le professeur Dixit souhaite également déterminer le lien potentiel entre la restriction calorique, l’inflammation et la réponse immunitaire.

Le professeur Dixit, qui est également directeur du Yale Center for Research on Aging, a déclaré : « Comme nous savons que l’inflammation chronique chez l’homme est un facteur déclencheur majeur de nombreuses maladies chroniques et a donc un effet négatif sur la durée de vie, nous voulons comprendre comment la restriction calorique affecte les systèmes immunitaire et métabolique. Si la restriction calorique est effectivement bénéfique, nous souhaitons également déterminer comment exploiter les voies endogènes qui imitent ses effets chez l’homme. »

L’identification du gène PLA2G7 nous aide à comprendre comment le système métabolique et le système immunitaire communiquent entre eux, ce qui peut nous indiquer des cibles potentielles qui peuvent améliorer la fonction immunitaire, réduire l’inflammation et potentiellement même améliorer la durée de vie en bonne santé

Pour commencer, Dixit et son équipe ont étudié le thymus, une glande située au-dessus du cœur qui produit des lymphocytes T, un type de globule blanc essentiel au système immunitaire. Le thymus vieillit plus rapidement que les autres organes et, dès l’âge de 40 ans, 70 % de celui-ci est constitué de tissu adipeux et ne fonctionne plus. Au fil du temps, le thymus produit moins de lymphocytes T, ce qui les rend moins efficaces pour combattre les nouveaux agents pathogènes. C’est l’une des raisons pour lesquelles les personnes âgées sont plus vulnérables aux maladies.

Pour cette étude, l’équipe de recherche a utilisé l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour comparer les glandes thymus des participants ayant limité leur apport calorique avec ceux qui ne l’ont pas fait. Ils ont constaté que les glandes thymus des participants ayant restreint leur apport calorique avaient moins de graisse et un plus grand volume fonctionnel après deux ans de restriction calorique. Cela signifie qu’ils produisaient plus de cellules T qu’au début de l’étude. Cependant, les participants qui n’avaient pas limité leur apport calorique n’ont présenté aucun changement de volume fonctionnel. Selon Dixit, « le fait que cet organe puisse être rajeuni est étonnant, car il y a très peu de preuves que cela se produise chez l’homme. Que cela soit possible est très excitant. »

Crédit photo : Pexels/Chokniti Khongchum
Les chercheurs ont tenté de voir si l’un des gènes identifiés dans leur analyse peut être à l’origine de certains des effets bénéfiques de la restriction calorique.

Dixit et son équipe s’attendaient à observer des effets bénéfiques sur les cellules immunitaires produites par le thymus en raison de l’effet spectaculaire de la restriction calorique sur cet organe. Cependant, l’analyse de l’expression génique de ces cellules n’a révélé aucun changement après deux ans de restriction calorique, ce qui a conduit les chercheurs à explorer davantage. À leur grande surprise, ils ont découvert que « l’action bénéfique se produisait dans le microenvironnement tissulaire plutôt que dans les cellules T sanguines elles-mêmes, » comme l’a expliqué Dixit.

Expression génique du tissu adipeux

Dixit et son équipe ont examiné la composition du tissu adipeux, également appelé graisse corporelle, des participants soumis à une restriction calorique à trois moments de l’étude : au début, après un an et après deux ans. Selon Dixit, « la graisse corporelle est cruciale car elle héberge un système immunitaire important. Les graisses contiennent différents types de cellules immunitaires qui, lorsqu’activées, peuvent causer de l’inflammation, » a-t-il expliqué.

« Nous avons observé des changements notables dans l’expression génique du tissu adipeux au bout d’un an, et ces changements ont persisté jusqu’à la deuxième année. Nous avons ainsi découvert certains gènes impliqués dans la prolongation de la vie chez les animaux, ainsi que des cibles uniques qui imitent les effets bénéfiques de la restriction calorique sur la réponse métabolique et anti-inflammatoire chez l’homme », a ajouté Dixit.

Olga Spadaro, ancienne chercheuse à la Yale School of Medicine et auteure principale de l’étude, a déclaré : « Nous avons constaté que la réduction du gène PLA2G7 chez la souris produisait des avantages similaires à ceux que nous avons observés avec la restriction calorique chez l’homme. Les glandes thymus de ces souris étaient fonctionnelles plus longtemps, les souris étaient protégées contre la prise de poids induite par l’alimentation et contre l’inflammation liée à l’âge. Ces résultats démontrent que le gène PLA2G7 est l’un des moteurs des effets de la restriction calorique », a expliqué Dixit. « L’identification de ces facteurs nous aide à comprendre comment le système métabolique et le système immunitaire communiquent, ce qui peut nous indiquer des cibles potentielles pour améliorer la fonction immunitaire, réduire l’inflammation et potentiellement améliorer la durée de vie en bonne santé. »

Selon Dixit, il pourrait être possible de manipuler le gène PLA2G7 pour obtenir les bénéfices de la restriction calorique sans avoir besoin de restreindre les calories, ce qui peut être dangereux pour certaines personnes. « Il y a tellement de débats sur les régimes alimentaires, tels que faible en glucides ou en gras, riche en protéines, jeûne intermittent, etc. », a-t-il déclaré. « Je pense que le temps nous dira lequel d’entre eux est le plus important, mais l’étude CALERIE est très bien contrôlée et montre qu’une simple restriction calorique, sans régime alimentaire spécifique, a un effet biologique remarquable. Cela offre donc de l’espoir en termes de santé publique. »

SOURCE : YaleNews
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Un régime hypocalorique augmente la durée de vie

Prochain article

Tout sur la thermothérapie et ses avantages

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.