Crédit photo : Pexels/Achraf Alan / Faire quelque chose qui va à l’encontre de votre nature, de votre caractère ou de votre perception de vous-même.
/

Sortir sans crainte de votre zone de confort

Vous rencontrez des difficultés pour sortir de votre zone de confort ?

1 046 vues
Publié dans Psychology Today par Lybi Ma

Idées essentielles :

  • Explorez de nouvelles activités pour sortir de votre zone de confort.
  • Prenez note des activités inédites que vous souhaitez essayer.
  • En adoptant une perspective différente, favorisez la curiosité, l’engagement et l’énergie.

Une étude parue dans le Journal of Positive Psychology met en lumière une intervention susceptible de nous aider à quitter notre zone de confort, favorisant un changement positif de personnalité et une croissance personnelle.

Crédit photo : Psychology Today
Notez toutes les activités que vous voulez essayer qui sont différentes de ce que vous faites habituellement.

Le Dr Pninit Russo-Netzer, responsable de l’étude, exprime son intérêt pour le processus de changement chez les individus : « Je suis toujours intriguée par le décalage que j’observe souvent dans mes recherches et ma pratique entre l’intention de changer sa vie et sa mise en action. »

Pour mieux comprendre les obstacles auxquels les gens font face lorsqu’ils tentent d’effectuer des changements positifs dans leur vie et apprendre à les surmonter, le Dr Russo-Netzer et son équipe ont mis en place une nouvelle intervention, baptisée « intervention comportementale d’étirement », qui encourage les participants à s’engager dans des activités qui leur sont étrangères.

Crédit photo : Pexels/Rodnae Productions
Transformez vos idées en étapes concrètes.

Les participants à l’étude ont été répartis au hasard dans deux groupes :

  • S’engager dans des activités hors de leur zone de confort pendant deux semaines.
  • Tenir un journal de leurs activités habituelles (groupe témoin).

Les chercheurs ont évalué l’auto-évolution des participants pendant la période d’essai. Ils ont découvert que s’investir dans des activités proches de la zone de confort améliorait la satisfaction de vie, surtout chez les personnes qui avaient initialement une faible satisfaction.

De plus, les participants qui ont le plus bénéficié de cette intervention étaient ceux qui ont choisi de sortir de leur zone de confort pour aider les autres, par exemple en participant à des activités de bénévolat dans des écoles pour aider des élèves malentendants, en faisant don de cheveux aux personnes en traitement contre le cancer ou en devenant famille d’accueil.

En restant ouverts et réactifs, nous devenons disposés à expérimenter et à « jouer » avec notre aversion pour le risque et l’incertitude.

Selon les constatations de Russo-Netzer, l’une des raisons du succès de cette intervention réside dans le fait que les participants ont été autorisés à choisir eux-mêmes l’activité « étendue » à poursuivre.

Crédit photo : Pexels/La Bouala
À quand remonte la dernière fois que vous avez fait quelque chose pour la première fois ?

« Un aspect crucial de notre intervention est l’autonomie laissée aux individus pour sélectionner leur activité en dehors de leur zone de confort », explique Russo-Netzer. « Cette approche leur accorde une liberté de choix, encourage la motivation intrinsèque liée à la décision personnelle, et les pousse psychologiquement à se dépasser tout en préservant leur sentiment de confort et de sécurité. »

Pour ceux qui éprouvent des difficultés à s’aventurer hors de leur zone de confort, les chercheurs proposent les conseils suivants pour faciliter le processus :

1. Prenez conscience de vos compétences :

Faites une liste de toutes les activités que vous souhaitez essayer et qui diffèrent de vos habitudes habituelles. Cette prise de conscience vous permettra de mieux comprendre vos zones de confort et vos domaines d’apprentissage.

Cela peut inclure des choses que vous avez envisagées depuis un moment, mais auxquelles vous n’avez pas encore eu l’occasion de vous essayer, comme relever de nouveaux défis ou agir de manière contraire à votre nature, votre caractère ou votre perception de vous-même. Ces activités peuvent être réalisées seul ou en compagnie d’autres personnes, et elles peuvent être de grande ou de petite envergure.

Ensuite, transformez ces idées en étapes concrètes. Fixez une heure précise pour l’une de ces activités et notez les résultats obtenus.

2. Expérimentez avec un esprit ouvert :

En faisant preuve d’ouverture d’esprit et de réceptivité, nous nous rendons plus enclins à expérimenter et à « jouer » avec notre aversion pour le risque et l’incertitude. La curiosité, l’engagement et la vitalité peuvent être encouragés en abordant cette expérience comme une opportunité de nous découvrir davantage.

Les individus qui cultivent la curiosité et l’ouverture d’esprit ont plus de facilité à sortir de leur zone de confort. Nous pouvons nous entraîner à élargir notre zone de confort en nous exposant régulièrement à de nouvelles expériences. Par exemple, lorsqu’ils rencontrent quelqu’un d’atypique, ils n’hésitent pas à engager la conversation : la curiosité l’emporte sur la peur de l’approche. Lorsqu’ils doivent prendre la parole en public sur un sujet qui leur tient à cœur, la passion l’emporte sur la timidité, etc. Cet état d’esprit est essentiel pour profiter pleinement des opportunités offertes par la vie. Posez-vous des questions telles que :

  • Qu’est-ce que cela signifie de se surprendre ?
  • Quand avez-vous fait quelque chose pour la première fois pour la dernière fois ?

« Cela peut impliquer d’essayer un nouveau passe-temps, de faire une découverte inédite, de sourire ou de faire un compliment à un étranger dans la rue, voire d’explorer son propre quartier comme un touriste », explique Russo-Netzer.

SOURCE : Psychology Today
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Différences épigénétiques chez les jumeaux

Prochain article

4 étapes pour surmonter vos croyances limitantes

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.