/
290 vues
3 minutes de lecture

Notre âge biologique serait modulable

Des recherches récentes viennent appuyer la thèse de plus en plus répandue selon laquelle notre âge biologique, différent de notre âge chronologique, serait modulable

Crédit photo : Science Alert / Identification des moyens de réinitialiser les horloges épigénétiques, qui contrôlent l'expression des gènes et influent sur l'âge biologique
Publié dans Science Alert par Clare Watson

Une équipe de chercheurs internationaux a découvert des marqueurs du vieillissement biologique qui s’élevaient en réponse à des événements stressants comme une intervention chirurgicale importante, une grossesse ou une infection grave, mais qui revenaient à leur niveau initial après une période de récupération. Ralentir ou inverser les effets du vieillissement est considéré comme un objectif ambitieux pour la médecine et les professionnels de la santé.

Crédit photo : Shutterstock
Les récentes recherches ont permis de mieux comprendre la capacité naturelle de l’ADN à être modifié par les cellules

Des modifications épigénétiques

Les récentes avancées de la recherche ont permis de mieux comprendre la capacité naturelle de l’ADN à être modifié par les cellules, grâce à l’ajout ou la suppression de marques chimiques qui modulent l’expression des gènes. Ces modifications épigénétiques peuvent refléter l’influence des facteurs environnementaux et du mode de vie, tels que la malnutrition, les infections ou le stress, survenus au cours de l’enfance ou à l’âge adulte. Les changements épigénétiques sont ainsi une sorte d’horloge moléculaire qui permet d’estimer l’âge biologique des tissus et des organes par rapport à l’âge chronologique d’une personne.

En plus de ces changements épigénétiques, la mesure de la longueur des télomères, ces capuchons protecteurs qui se raccourcissent à chaque division cellulaire, est une autre méthode utilisée par les scientifiques pour estimer l’âge biologique.

Crédit photo : Shutterstock
Les chercheurs ont comparé plusieurs horloges épigénétiques pour trouver un signal parmi le bruit de millions de cellules en activité

Les télomères, ces capuchons protecteurs situés aux extrémités des chromosomes, sont des marqueurs de l’âge biologique qui peuvent se raccourcir sous l’effet du stress, de grossesses multiples ou d’autres facteurs, accélérant ainsi le vieillissement des cellules.

Jusqu’à récemment, la recherche sur la longévité se concentrait principalement sur des moyens d’allonger les télomères pour prolonger la vie des animaux. Mais aujourd’hui, les scientifiques cherchent plutôt à identifier des moyens de réinitialiser les horloges épigénétiques, qui contrôlent l’expression des gènes et influent sur l’âge biologique.

Selon Vadim Gladyshev, biologiste moléculaire à la Harvard Medical School et co-auteur de la nouvelle étude, bien que l’âge biologique soit modulable, la mesure dans laquelle il peut être inversé au cours de la vie et les événements qui déclenchent ces changements demeurent encore méconnus.

Cette nouvelle étude suggère que les effets néfastes du stress sur le vieillissement pourraient être réversibles.

Pour autant, il est déjà apparu que l’âge biologique est potentiellement réversible, comme en témoignent des résultats étonnants obtenus par le passé chez des humains et des animaux.

Crédit photo : Pexels/Kat Smith
L’exposition au stress semble augmenter l’âge biologique, mais lorsqu’elle est réduite, l’âge biologique peut être partiellement ou entièrement restauré

Même si la grossesse est une période éprouvante pour le corps de la mère, les cellules des femmes enceintes semblent plus jeunes que leur âge chronologique ne le suggère, selon des études. En 2019, des chercheurs ont observé que la prise d’un cocktail de trois médicaments courants pouvait rajeunir biologiquement une personne de quelques années, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives pour lutter contre le vieillissement.

Une mesure de l’impact du stress

Cette nouvelle étude, qui a utilisé plusieurs horloges épigénétiques pour mesurer l’impact du stress sur l’âge biologique chez des animaux et des humains, suggère que les effets néfastes du stress sur le vieillissement pourraient être réversibles. Selon les chercheurs, l’exposition au stress semble augmenter l’âge biologique, mais lorsqu’elle est réduite, l’âge biologique peut être partiellement ou entièrement restauré. Cette observation est particulièrement évidente dans le cas d’une intervention chirurgicale majeure. En somme, ces résultats encourageants renforcent l’idée que l’âge biologique n’est pas figé, et que des moyens de le ralentir ou de le réduire pourraient être découverts à l’avenir.

Des patients âgés ayant subi une intervention chirurgicale d’urgence ont montré des marqueurs de vieillissement biologique qui ont atteint leur niveau de base une semaine après l’opération. Les résultats chez les souris ayant subi une opération chirurgicale ont suivi le même modèle. Toutefois, les patients ayant subi une intervention chirurgicale élective n’ont pas présenté de signes de vieillissement accéléré.

Les chercheurs ont comparé plusieurs horloges épigénétiques pour trouver un signal parmi le bruit de millions de cellules en activité. Certaines horloges n’ont pas détecté de changement. Les chercheurs estiment que leurs résultats suggèrent que le corps est capable d’inverser les processus de vieillissement biologique. Cependant, il est difficile de les exploiter thérapeutiquement pour inverser les effets du vieillissement.

Les fluctuations dans les processus corporels sont observées, mais leur utilisation thérapeutique pour inverser les effets du vieillissement est encore incertaine. La médecine moderne peut à peine reproduire les capacités remarquables du corps humain, ce qui soulève la question de savoir si les changements fugaces dans le vieillissement cellulaire ont des effets durables ou détectables sur la santé.

Cette étude a été publiée dans la revue scientifique Cell Metabolism.

SOURCE : Science Alert
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

La révolution de l’IA décapitera le cancer

Prochain article

Réparer l’ADN endommagé dans les neurones !

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.