Crédit photo : Pexels/Tima Miroshnichenko
/

Thérapie génique et cellules cérébrales

Un nouveau traitement pour les maladies neurologiques et psychiatriques, a été développé par des chercheurs de l’UCL.

474 vues
Publié dans News Azi

L’épilepsie et d’autres maladies cérébrales peuvent être causées par l’hyperactivité d’un petit groupe de cellules cérébrales. Les traitements médicamenteux ne sont souvent pas efficaces pour ces conditions car ils affectent l’ensemble du cerveau plutôt que les cellules spécifiques en cause.

Crédit photo : Pexels/Tima Miroshnichenko
L’UCL développe un nouveau traitement pour les maladies neurologiques et psychiatriques.

Bien que les thérapies génétiques puissent offrir une solution prometteuse pour traiter ces maladies, les méthodes actuelles ne ciblent pas spécifiquement les cellules cérébrales hyperactives. Cependant, un nouveau traitement décrit dans la revue Science et testé sur des souris utilise une technique qui ne modifie que les cellules hyperactives tout en épargnant les cellules normales.

Selon le Dr Gabriele Lignani de l’UCL Queen Square Institute of Neurology, auteur de l’étude, ils ont développé une thérapie génique qui ne s’active que dans les cellules hyperactives et se désactive lorsque l’activité revient à la normale.

Crédit photo : New Azi
Les chercheurs ont exploité la capacité de certaines séquences d’ADN.

« Nous avons exploité la capacité de certaines séquences d’ADN à contrôler l’expression des gènes en réponse aux signaux métaboliques. En redirigeant ce mécanisme de détection d’activité pour stimuler la production de molécules qui empêchent les cellules du cerveau de se déclencher, nous avons montré que les crises d’épilepsie peuvent être supprimées. »

La thérapie génique est autorégulée et peut donc être utilisée sans décider a priori quelles cellules cérébrales doivent être ciblées.

Les gènes

Pour mettre au point cette thérapie génique, l’équipe a examiné plusieurs gènes qui se déclenchent en réponse à une stimulation et a lié leurs promoteurs (séquences d’ADN qui régulent la transcription de l’ADN en ARN) à des canaux potassiques choisis pour leur capacité à réduire la décharge des cellules nerveuses. Les combinaisons promoteur/canal potassique ont été testées à la fois sur des souris et sur des mini-cerveaux cultivés en laboratoire à partir de cellules souches humaines obtenues à partir de la peau.

Crédit photo : Shutterstock
Pour créer la thérapie génique, l’équipe a examiné plusieurs gènes connus pour « s’activer » en réponse à la stimulation.

L’équipe a découvert que l’association du promoteur du gène CFOS immédiat précoce avec le gène du canal potassique KCNA1 était très efficace pour réduire l’excitabilité neuronale après une crise induite et pour supprimer les crises spontanées sans affecter la cognition. Ce nouveau traitement s’est avéré plus efficace que les thérapies géniques précédentes et les médicaments antiépileptiques testés dans le même modèle, avec une réduction d’environ 80% des crises spontanées chez les souris épileptiques.

Maladies neuropsychiatriques

Selon les chercheurs, cette thérapie génique pourrait également être utilisée pour traiter d’autres troubles dans lesquels certaines cellules cérébrales sont hyperactives, comme la maladie de Parkinson.

D’après le professeur Dimitri Kullmann, co-auteur de l’étude et membre de l’UCL Queen Square Institute of Neurology, leurs résultats montrent que l’activité des cellules cérébrales peut être normalisée grâce à cette approche et qu’elle pourrait être utilisée pour traiter des maladies neuropsychiatriques importantes qui ne répondent pas toujours aux médicaments.

« Il est important de noter qu’il pourrait en principe être étendu à de nombreux autres troubles tels que la maladie de Parkinson, la schizophrénie et les troubles de la douleur, où certains circuits cérébraux sont hyperactifs. »

SOURCE : News Azi
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Arrêter le discours négatif et réduire le stress

Prochain article

Votre smartphone, prochain cabinet médical ?

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.