Crédit photo : International Business Times / Ouverture d'une voie à de nouveaux traitements pour les lésions cérébrales.
/
218 vues
2 minutes de lecture

Une réussite dans le traitement des lésions cérébrales

Transplantation de micro-fragments de tissu cérébral humain chez des rats, dans le but de restaurer des lésions cérébrales

Publié dans International Business Times par Nandika Vinal Chand

Dans une étude innovante, des chercheurs ont réalisé avec succès une transplantation de micro-fragments de tissu cérébral humain dans le cerveau de rats, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives pour le traitement des lésions cérébrales. De plus, ils envisagent d’introduire des organoïdes cérébraux humains dans le cerveau des rongeurs. Cette avancée a permis de créer une connexion entre les tissus cérébraux humains et les réserves de sang du rat.

Crédit photo : Pexels/Chokniti Khongchum
Les médecins pourraient être en mesure de cultiver des gouttes de tissu cérébral à partir des propres cellules d’un patient en laboratoire

Cette percée scientifique pourrait offrir aux médecins la possibilité de cultiver des micro-fragments de tissu cérébral à partir des cellules d’un patient en laboratoire. Ces fragments pourraient être utilisés pour réparer les lésions cérébrales consécutives à un accident vasculaire cérébral ou à un traumatisme.

Une voie prometteuse pour les organoïdes

Les chercheurs considèrent les organoïdes comme une voie prometteuse pour la recherche, ce sont des cultures tridimensionnelles de tissus cultivées in vitro à partir de cellules souches. Ces organoïdes peuvent être induits pour imiter la structure d’un organe spécifique en utilisant des facteurs de croissance et d’autres molécules ciblées. En raison de leur structure distincte, les scientifiques estiment qu’ils s’intègrent mieux dans le cerveau que des cellules en vrac.

Crédit photo : Shutterstock
Une mesure avec précision du marqueur clé du vieillissement biologique

Bien que des essais réussis aient été réalisés en transplantant des organoïdes cérébraux humains chez des souris et des rats jeunes, peu de scientifiques ont tenté de les utiliser dans des cerveaux adultes endommagés. Dans la dernière étude, les chercheurs ont observé que plus de 82 % des organoïdes implantés ont survécu à l’expérience complète. Ils ont également constaté que le cerveau des rats a vascularisé les organoïdes survivants, les intégrant ainsi au reste du système visuel.

H. Isaac Chen, neuroscientifique translationnel à la Perelman School of Medicine de l’Université de Pennsylvanie et co-auteur de l’étude, a souligné que les chercheurs ont découvert un lien direct entre les yeux et les neurones de l’organoïde.

Les scientifiques ont réussi à relier les tissus cérébraux humains aux réserves de sang du rat

Crédit photo : International Business Times
Transplantation de gouttes de tissu cérébral humain chez des rats pour réparer les lésions cérébrales.

Lorsque les rats expérimentaux ont été soumis à un stimulus visuel clignotant, les neurones des organoïdes ont montré une activité, suggérant leur fonctionnement dans le cortex visuel. Chen a expliqué que les neurones humains peuvent prendre beaucoup de temps à atteindre leur maturité, environ 9 à 12 mois. Cependant, dans cette étude, des réponses ont été observées relativement tôt.

Travail à accomplir…

Malgré ces résultats encourageants, Chen a souligné qu’ils étaient encore loin des essais cliniques. Anna Devor, neuroscientifique à l’Université de Boston, qui a mené une étude distincte sur les organoïdes chez la souris, a également admis qu’il restait du travail à faire. Elle a déclaré : « Pour l’instant, nous implantons simplement l’organoïde et espérons le meilleur. Une certaine connectivité se forme, mais nous ne comprenons pas encore pleinement son mécanisme. » Étant donné que les organoïdes sont ajoutés à un tissu cérébral mature, les facteurs de croissance qui favoriseraient normalement le développement du cerveau sont en grande partie absents. Devor a souligné que les scientifiques doivent trouver un moyen de les ajouter artificiellement pour que la croissance de l’organoïde corresponde à celle de son cerveau hôte.

SOURCE : International Business Times
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

L’éradication des cellules zombies pourrait être la clé anti-âge

Prochain article

Vieillissement biologique : de nouvelles mesures !

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.