Crédit photo : Unsplash/Mhrezaa / Développement de stratégies qui permettent de retarder le vieillissement cérébral et de prévenir les maladies neurodégénératives
/

Un régime hypocalorique pour l’hippocampe

Réduction de l'inflammation et de la perte de neurones dans l'hippocampe

219 vues
Publié dans Medical Xpress

Des chercheurs de l’Institut des neurosciences de l’UAB (INc-UAB) ont mené une étude sur des rats âgés pour évaluer les effets d’un régime hypocalorique sur l’hippocampe, une région du cerveau essentielle pour l’apprentissage et la mémoire. Les résultats de l’étude, publiés dans la revue Nutrients, montrent que le régime alimentaire permet une amélioration cognitive en réduisant l’inflammation et la perte de neurones dans cette zone cérébrale.

Crédit photo : Medical Xpress
Neurones de l’hippocampe en développement (marqués en vert) d’un jeune rat adulte

Observation d’altérations cérébrales

Grâce aux avancées scientifiques, technologiques et médicales, notre société bénéficie aujourd’hui d’une espérance de vie plus longue. Toutefois, cela s’accompagne d’une augmentation des maladies neurodégénératives liées à l’âge. Pour faire face à ce défi, il est essentiel de mener des recherches sur des stratégies efficaces permettant de retarder le vieillissement cérébral et de prévenir ces maladies. Des altérations cérébrales sont observées chez les personnes âgées et peuvent entraîner des dysfonctionnements cognitifs.

Ces altérations incluent une augmentation du stress oxydatif et de l’inflammation, une altération de l’expression génique, une réduction de la production de nouveaux neurones et une perturbation des mécanismes de la plasticité synaptique. Ces processus sont influencés par des facteurs génétiques et environnementaux et se produisent particulièrement dans l’hippocampe, une région clé du cerveau pour la mémoire et l’apprentissage.

Crédit photo : Unsplash/Freestocks
Les rats soumis à un régime hypocalorique ont une meilleure capacité d’apprentissage et de mémorisation

Pour lutter contre ces altérations, des recherches sont menées pour développer des stratégies qui permettent de retarder le vieillissement cérébral et de prévenir les maladies neurodégénératives. Les régimes hypocaloriques sont connus pour leurs effets bénéfiques sur l’espérance de vie et les fonctions cognitives chez les humains et les animaux, mais les processus cellulaires qui sous-tendent ces effets sont encore mal compris.

Dans cette étude menée par la Professeure Gemma Guillazo du Département de Psychobiologie et Méthodologie et le Professeur Carlos Barcia du Département de Biochimie et Biologie Moléculaire de l’INc-UAB, les chercheurs ont confirmé que les rats soumis à un régime hypocalorique ont une meilleure capacité d’apprentissage et de mémorisation que les rats nourris avec une alimentation constante.

Les résultats confirment l’importance d’une alimentation adaptée pour préserver la santé cognitive au fil des ans.

Ces résultats sont un pas important pour comprendre les mécanismes cellulaires sous-jacents aux effets bénéfiques des régimes hypocaloriques sur le cerveau.

Crédit photo : Unsplash/Obi – @pixel7propix
Les régimes hypocaloriques sont connus pour leurs effets bénéfiques sur l’espérance de vie et les fonctions cognitives

Des résultats concluants

Les résultats de l’étude indiquent que le groupe ayant suivi un régime hypocalorique a obtenu de meilleurs résultats au test de reconnaissance d’objets spatiaux, un test de mémoire qui permet d’évaluer le fonctionnement de l’hippocampe, entre autres. En outre, les données suggèrent que cette amélioration est associée à une réduction de la perte neuronale liée à l’âge et de l’activité inflammatoire dans cette région du cerveau. Ces résultats confirment l’importance d’une alimentation adaptée pour préserver la santé cognitive au fil des ans.

Le Dr Guillazo explique que cet article met en lumière les effets bénéfiques d’un régime hypocalorique pour la préservation des fonctions de l’hippocampe et la réduction de l’inflammation liée au vieillissement. Ces résultats soulignent l’importance d’interventions ciblées pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées, de modifier certains comportements, notamment alimentaires, pour promouvoir un vieillissement cérébral sain et prévenir les déficits cognitifs liés à l’âge.

SOURCE : Medical Xpress
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

La voix du sommeil

Prochain article

Les ultrasons pour chasser le cancer du cerveau

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.