Crédit photo : SciTechDaily/La recherche identifie une cible pour le développement potentiel de nouvelles thérapies pour traiter le déclin cognitif lié à l’âge
/

« J’ai la mémoire qui flanche… »

Une étude récente dévoile les raisons derrière notre oubli des interactions personnelles

322 vues
Publié dans SciTechDaily


Une étude récente menée par l’École de médecine de l’Université du Maryland (UMSOM) a mis en évidence la frustration de se souvenir du visage d’une personne après avoir engagé une conversation avec elle quelques heures auparavant. Ce déclin de la mémoire est courant avec l’avancée en âge, bien que sa cause demeure encore partiellement méconnue. Les résultats de cette étude, publiée dans Aging Cell, apportent des informations précieuses sur ce dysfonctionnement.

Mise en évidence la frustration de se souvenir du visage d’une personne après avoir engagé une conversation avec elle quelques heures auparavant

Identification d’une cible prometteuse

La recherche identifie une cible pour le développement potentiel de nouvelles thérapies pour traiter le déclin cognitif lié à l’âge. La perte de mémoire liée à l’âge peut être profondément déconcertante, notamment lorsqu’il s’agit d’associer un nom au visage d’une personne avec laquelle vous avez parlé seulement quelques heures auparavant. Bien que les chercheurs n’aient pas encore identifié les raisons précises de ce dysfonctionnement, une récente étude réalisée à la faculté de médecine de l’Université du Maryland (UMSOM) a apporté de précieux indices à ce sujet. Les résultats de cette étude, publiée récemment dans la revue Aging Cell, sont prometteurs.

Des chercheurs ont découvert un nouveau mécanisme dans les neurones en utilisant des souris vieillissantes, ce qui explique la diminution des souvenirs liés aux interactions sociales avec l’âge. De manière prometteuse, ils ont réussi à inverser cette perte de mémoire en laboratoire.

Les résultats obtenus par les chercheurs ont identifié une cible spécifique dans le cerveau, ouvrant ainsi la voie au développement potentiel de thérapies visant à prévenir ou à inverser la perte de mémoire associée au vieillissement normal. Il convient de souligner que les problèmes de mémoire liés à l’âge diffèrent de ceux causés par des maladies telles que la maladie d’Alzheimer ou la démence. Jusqu’à présent, aucun médicament n’est disponible pour prévenir ou inverser le déclin cognitif résultant du vieillissement normal.

Crédit photo : Pixabay/Mohamed Hassan
Jusqu’à présent, aucun médicament n’est disponible pour prévenir ou inverser le déclin cognitif résultant du vieillissement normal

« Si une personne âgée assiste à un cocktail, elle reconnaîtra probablement les noms ou les visages des autres participants, mais elle pourrait avoir du mal à se rappeler quel nom allait avec quel visage », a déclaré le responsable de l’étude, Michy Kelly, PhD, professeur agrégé d’anatomie et de neurobiologie à l’UMSOM.

Les souvenirs associatifs sociaux, qui combinent plusieurs éléments d’information lors d’interactions personnelles, dépendent d’une enzyme appelée PDE11A présente dans une région du cerveau impliquée dans la mémoire liée aux expériences de vie. Le Dr Kelly a récemment mené des recherches sur la PDE11A, mettant en évidence que les souris possédant des variantes génétiques similaires de cette enzyme étaient plus enclines à interagir que celles présentant une forme différente de PDE11A. Dans cette nouvelle étude, la Dre Kelly et son équipe ont entrepris d’explorer le rôle de la PDE11A dans la mémoire associative sociale chez les individus vieillissants, ainsi que la possibilité d’utiliser la manipulation de cette enzyme pour prévenir la perte de mémoire associée.

Les problèmes de mémoire liés à l’âge diffèrent de ceux causés par des maladies telles que la maladie d’Alzheimer ou la démence

Les scientifiques peuvent étudier les interactions sociales des souris avec leurs congénères en observant si elles sont disposées à essayer un nouvel aliment, en se basant sur leurs souvenirs d’avoir détecté cette nourriture dans l’haleine d’une autre souris. Les souris évitent de consommer de nouveaux aliments afin de prévenir toute maladie ou risque de décès. Lorsqu’elles perçoivent l’odeur de la nourriture dans l’haleine d’une autre souris, les souris établissent une association entre cette odeur et les phéromones de l’autre souris. Ce souvenir agit comme un signal de sécurité, indiquant que tout aliment portant cette odeur est sécuritaire à consommer à l’avenir.

Crédit photo : SciTechDaily/École de médecine de l’Université du Maryland
Enzyme mémoire PDE11A (vert) dans le cerveau des souris jeunes (à gauche) et âgées (à droite)

Une piste prometteuse

La Dre Kelly et son équipe ont observé que les souris âgées présentaient une capacité à reconnaître les odeurs alimentaires et les odeurs sociales de manière distincte, mais qu’elles étaient incapables de se souvenir de l’association entre les deux, ce qui est similaire au déclin cognitif observé chez les personnes âgées.

De plus, ils ont fait une découverte selon laquelle les niveaux de PDE11A augmentent avec l’âge chez les humains et les souris, en particulier dans l’hippocampe, une région du cerveau impliquée dans de nombreux types d’apprentissage et de mémoire. Cette augmentation de PDE11A dans l’hippocampe ne se limitait pas à sa localisation normale chez les jeunes souris ; au contraire, elle s’accumulait de manière préférentielle sous forme de petits filaments dans les compartiments des neurones.

Les chercheurs se sont interrogés sur la possibilité que la présence excessive de PDE11A dans ces filaments soit responsable de l’oubli des souvenirs associatifs sociaux chez les souris plus âgées, ainsi que de leur refus de manger les aliments sûrs qu’elles détectaient dans l’haleine d’une autre souris. Afin de répondre à cette question, ils ont procédé à une suppression génétique du gène PDE11A chez la souris pour empêcher ces augmentations liées à l’âge. Sans PDE11A, les souris plus âgées ne souffraient plus d’oubli de la mémoire associative sociale, ce qui signifie qu’elles acceptaient à nouveau de manger la nourriture sûre détectée dans l’haleine d’une autre souris. Lorsque les chercheurs ont réintroduit la PDE11A dans l’hippocampe de ces souris âgées, celles-ci ont de nouveau oublié la mémoire associative sociale et ont refusé de manger la nourriture sûre.

Une piste prometteuse pour le développement de médicaments visant à prévenir cette perte de mémoire chez l’homme réside dans une découverte supplémentaire : les chercheurs ont constaté que les filaments concentrés de PDE11A présentaient une modification chimique supplémentaire en un endroit spécifique de l’enzyme, que la PDE11 diffuse dans tout le neurone ne possédait pas. Lorsqu’ils ont empêché cette modification chimique, les niveaux de PDE11 ont diminué et son accumulation sous forme de filaments a également été évitée.

« La PDE11 joue un rôle dans bien plus que la mémoire, notamment dans les préférences en matière de fréquentation des personnes. Ainsi, si nous devions développer une thérapie pour lutter contre le déclin cognitif, nous ne voudrions pas éliminer complètement la PDE11, car cela pourrait entraîner d’autres effets secondaires négatifs » , a déclaré le Dr Kelly. Elle et ses collègues plaisantent en disant qu’un médicament qui éliminerait la PDE11 garantirait que vous vous souveniez de vos amis et de votre famille, mais vous pourriez ne plus les apprécier. « Notre objectif est donc de trouver un moyen de cibler spécifiquement la forme problématique de PDE11A, afin de ne pas perturber le fonctionnement normal et sain de l’enzyme. »

Le doyen Mark T. Gladwin, MD, vice-président exécutif des affaires médicales, UM Baltimore, et professeur distingué John Z. et Akiko K. Bowers à UMSOM, a déclaré: « Nous sommes à la pointe de l’iceberg quand il s’agit de comprendre comment le cerveau vieillit, il est donc crucial d’avoir des études de recherche fondamentale comme celles-ci pour nous aider à approfondir notre compréhension et éventuellement trouver des moyens de prévenir le déclin cognitif. »

SOURCE : SciTechDaily
Traduit de l’anglais

Laisser une réponse

Your email address will not be published.

Précédent article

Jusqu’où ralentir le vieillissement ?

Prochain article

Durée de vie vs Durée de santé

Dernières nouvelles de Blog

L’agent secret oméga-3

Elles sont minuscules, mais les graines de chia compensent leur taille par une valeur nutritionnelle exceptionnelle.